FORFAITS FISCAUX: VOIR PLUS LOIN.

L’UBS a participé à l’élaboration d’un rapport révélant que les Ultra-riches (plus de 30 millions de francs de fortune) n’ont jamais été aussi nombreux dans le monde. En pleine campagne pour la votation sur les forfaits fiscaux, cette information devrait susciter une réflexion au- delà des intérêts purement vénaux et égoïstes de notre pays et interpeller les défenseurs de cette pratique injuste. Pourquoi les Crésus s’enrichissent-ils inexorablement d’année en année alors que tous les signaux économiques sont dans le rouge ? Les raisons sont à trouver dans les montages financiers sophistiqués , l’évasion fiscale, la corruption, les cartels et ,aussi, les petits arrangements fiscaux comme les forfaits. Que deviendrait le monde si tous les pays courtisaient les Riches avec le dumping fiscal ? Un monde exsangue d’argent public où la démocratie et la solidarité succomberaient devant la dictature de l’argent et le libéralisme sauvage. Les défenseurs de cette pratique injuste prédisent un exode massif des étrangers bénéficiaires des forfaits. Les rares forfaitaires qui partiront vers d’autres cieux moins fiscalisés sont des personnes peu intégrées, opportunistes et volatiles qui n’apportent aucune plus-value à notre économie et n’entretiennent pas de relation forte avec notre pays. La Suisse ne doit pas rater l’occasion de montrer au monde l’exemplarité de sa décision de cesser de courtiser injustement les fortunes étrangères et de sortir de cette spirale infernale des Riches toujours plus riches et les Pauvres toujours plus pauvres.

Le devoir d’oubli

Les vainqueurs de la Grande Guerre ( 1914 – 1918) commémorent le 11 novembre l’un des plus abominable gâchis du vingtième siècle. Une guerre voulue et instrumentée par les Riches et les Puissants. Des peuples manipulés et trompés par une propagande mensongère et haineuse. Une « boucherie » organisée par des dirigeants planqués qui disposaient des soldats comme de la chair à canon. Des actions militaires absurdes relevant de l’entêtement et de l’amour-propre des généraux. L’horreur des gaz toxiques. Les gueules cassées et leur calvaire. Les exécutions sommaires des objecteurs de conscience et des pacifistes. Et, pour finir, l’armistice du 11 novembre qui n’a été qu’un diktat des vainqueurs pour écraser et détruire les vaincus. Cette humiliation du peuple allemand est responsable de l’avènement de la folie nazie.
Cent ans après, qui peut être fier d’un telle victoire ?
Le devoir d’oubli ne devrait-il pas remplacer le devoir de mémoire ?

Rosetta: réalité ou fiction

En 2014 , l’industrie spatiale a accumulé les échecs dans des missions à moins de 700 kilomètres au- dessus de nos têtes. Une fusée Soyouz rate la mise en orbite du satellite Galiléo. Une fusée Antarès ne parvient pas à ravitailler la station internationale en explosant quelques secondes après son décollage. La navette destinée au tourisme spatial s’écrase après une avarie de moteur. Ce manque de fiabilité de notre actuelle technologie est incompréhensible face au fabuleux exploit de la sonde Rosetta. Partie en 2004, avec une technologie des années nonante, elle a rejoint une comète située à 450.000.000 kilomètres. Pendant 10 ans, aucune avarie, une précision diabolique, un guidage millimétrique malgré le décalage de près d’une heure entre l’envoi d’une donnée de la sonde Rosetta et la réception par celle-ci d’une éventuelle correction, une maintenance sans faille pendant 10 ans de tous les mécanismes pour la dépose en douceur de Philae sur la comète. Comment ne pas se poser des questions ? Nous comprenons que les scientifiques européens à qui on a confié un milliard d’euros, il y a 20 ans, pour cette mission ne peuvent pas se permettre d’échouer.
Pour assurer la réussite de l’opération et pour justifier la recherche spatiale européenne, ils inondent les médias d’images virtuelles pour préparer le grand public à croire à une fiction cinématographique incroyable. Est-il vraiment déraisonnable de douter ?