Archives de catégorie : France

Les enseignements de l’incendie de Notre-Dame

La chronologie des événements de l’incendie de Notre-Dame est surprenante. A 18 h20  une alarme de détection de fumée se déclenche. Pendant 20 minutes, des investigations  sont entreprises. De façon incompréhensible, elles ne donnent aucun résultat. Les premières flammes déclenchent une deuxième alarme  à 18 h 40. A ce moment,  les pompiers sont alertés. Ils arrivent à 18 h 57 soit près de 40 minutes après la première alarme !! Leur combat contre le feu est déjà perdu. L’embrasement de la charpente est inexorable. Les moyens des pompiers sont totalement dérisoires . Ils assistent impuissants à la propagation du feu.  Avec un courage qui force notre admiration , ils sont réduits à arroser les parties en maçonnerie pour  les protéger de dégâts superficiels ( leurs destructions n’étant pas en cause ) et à maîtriser les poutres incandescentes tombées dans la nef. Sans minimiser leur action, il faut être objectif et reconnaître que le feu  ne s’est arrêté que parce que celui-ci n’avait plus de carburant. La déclaration objective et humble du capitaine des pompiers «  nous avons fait ce que nous pouvions faire » tranche avec le discours officiel . Celui-ci  cache mal le manque de réactivité et le défaut de procédure après la première alarme et, surtout, l’ impuissance absolue contre un  élément naturel comme le feu. Cela ne nous amène-t-il pas à faire une analogie avec le réchauffement climatique ? Le manque de réactivité de nos dirigeants face aux urgences environnementales est irresponsable . S’ ils ne réagissent pas aux  premiers signes d’alarme, ils deviendront totalement impuissants face à l’Inéluctable.

 

 

Daniel Fortis                                                                                                    Genève,  le 20 avril 2019

 

Notre-Dame et la version de 9-11

Décidément les lois de la physique sont différentes selon que l’on se retrouve d’un côté ou de l’autre côté de l’Atlantique.

Le 11 septembre 2001 , les 46 étages du WTC 7 (  structure métallique dont la température de fusion est de 1600 degré !) a été pulvérisé en 6,5 sec à la suite d’incendies éparses dans quelques étages.

Le 16 avril 2019, l’échafaudage de la cathédrale Notre-Dame (en aluminium dont la température de fusion est de 700 degrés) est intact après un embrasement total pendant plusieurs heures ( voir photo ).

Qui peut croire encore dans la version officielle du 11 septembre ?

Un drame moyenâgeux

Un incendie a réduit en cendre en quelques heures la charpente de l’un des joyaux de Paris. Les moyens dérisoires des pompiers pour sauver Notre-Dame nous rappelle notre impuissance face aux événements naturels. L’abattement et la résignation d’une foule sidérée , larmoyante et en prières nous rappelle notre condition humaine. Au Moyen-Age, la foule aurait fait une chaîne humaine pour acheminer des seaux d’eau . Aujourd’hui, hébétés , nous ne sommes capables que de sortir notre smartphone. Notre arrogance technologique est mise à mal. L’intelligence artificielle, la 5G, les algorithmes, les drones et les fusées n’ont rien pu faire . L’armée française, plus préoccupée à sillonner les mers avec ses porte-avions, a été inexistante.  Si un enseignement est à retirer de ce drame , c’est bien de rester modeste et d’admettre que les éléments comme le feu, l’eau, le vent sont les plus forts . Les climato-septiques et les forcenés de la toute-puissance de la science contre le réchauffement climatique devraient se poser des questions. Ce drame se révélera-t-il salutaire pour une prise conscience de la fragilité humaine ?

 

Daniel Fortis                                                                                               Genève, le 16 avril 2019

Une semaine déroutante

Notre conseiller d’Etat Serge Dal Busco découvre que CEVA n’a pas de WC et demande à ses services d’étudier en toute urgence des solutions alternatives . On pourrait croire  à  un poisson d’avril !

L’alunissage brutal de la sonde  israélienne ravi Netanyahu. C’est un grand pas vers l’annexion de la Lune.

Des  scientifiques, plus intéressés par une recherche métaphysique de l’ordonnance spatiale que par notre survie sur la terre, jubilent. Après deux ans de traque photographique et avec un grand effet d’annonce, ils ont présenté au « vulgus populus » un montage photographique sensé  représenter un trou noir.

Bafouant les principes de la liberté d’information, les Etats-Unis  avec leur comparse anglais ont arrêté Julian Assange pour piratage informatique. C’est vraiment «  l’hôpital qui se fout de la charité ».

On apprend aussi que les stars du football se livrent à une compétition de «  qui a la plus grosse ? » ( on parle de voiture ! ) Cependant une Rolls-Royce, une Lamborghini ou une Bugatti ne leur donnera  pas plus de neurones.

Pour finir sur une note plus optimiste, notre Darius Rochebin continuera à nous régaler de ses remarquables entretiens dans son émission «  Pardonnez-moi « .

 

Daniel Fortis                                                                                               Genève, le 11 avril 2019

 

 

Un amalgame pernicieux

Pendant trois mois, les médias français ont relaté avec une certaine complaisance le déchainement de violences contre les forces de l’ordre et les représentants du gouvernement . Mais, il a suffi de quelques insultes antisionistes à l’égard du philosophe Alain Finkielkraut pour déclencher la machine médiatique de diabolisation . Le pernicieux amalgame entre antisionisme et antisémitisme est utilisé.  En réaction aux positions islamophobes et blessantes du philosophe, les agressions verbales antisionistes d’un individu, tout en étant inacceptables, relèvent de la liberté d’opinion.  Pourquoi le sionisme à l’origine de la politique expansionniste d’Israël et de l’écrasement du peuple palestinien ne pourrait-il pas être dénoncé sans être traité d’antisémite ? Nous pouvons être admiratifs et solidaires de la communauté juive riche de son histoire douloureuse , de ses traditions, de sa sensibilité et de son rayonnement dans de nombreux domaines. Et, en même temps, nous avons le droit de critiquer l’Etat sioniste qui prône la guerre et la répression et qui bafoue  la justice internationale au nom d’un roman biblique écrit par  des scribes il y a 2700 ans. Comment peut-on avoir un revendication absolue sur un territoire alors que l’histoire des civilisations nous enseigne que nous en sommes les dépositaires temporairement aux grés des aléas du climat, des épidémies, des catastrophes naturelles et des guerres ? L’appropriation d’un territoire au nom d’un dieu , qu’il soit chrétien, juif ou musulman est une usurpation.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                  20  février  2019

Une France ingouvernable

Ainsi la rue et la violence ont gagné. Le gouvernement français a cédé aux gilets jaunes en accordant un moratoire sur les taxes d’essence. Alors que de nombreuses démocraties européennes sont confrontées aux mêmes difficultés, elles assistent sidérées au spectacle affligeant d’un pays en proie à la violence, à une incommunicabilité et à des discours insurrectionnels dénués de cohérence et de propositions. Nous comprenons que le mécontentement, le découragement et le manque de perspectives minent le moral d’une grande partie de la population. Cela n’autorise pas les médias français à « souffler sur les braises » en donnant une audience disproportionnée aux gilets jaunes et en créant des polémiques racoleuses pour exacerber les passions. La France n’a pas compris que l’exercice de la démocratie se fait dans les urnes et pas dans la rue . A sa décharge, la constitution de la V République est une aberration démocratique qui fige pendant cinq ans un statut monarchique du président et qui écartent par le scrutin majoritaire une grande partie de la population. Les gilets jaunes, au lieu de contester une taxe raisonnable, conforme aux engagements et justifiée à plus d’un titre, feraient mieux de réclamer une nouvelle constitution pour pouvoir exprimer leurs difficultés, leurs inquiétudes et leur opposition aux inégalités de la société. Les grandiloquents discours républicains des leaders politiques n’arrivent pas à cacher l’immaturité démocratique de la société française et de ses institutions.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                   Genève,  le 4 décembre 2018

1914-1945 , l’Europe doit se souvenir.

Avec un gigantesque déploiement de moyens, les chefs d’Etat des pays de la Grande Guerre ( 1914 – 1918) ont commémoré et magnifié l’un des plus  abominables épisodes du XX siécle. Une guerre voulue et instrumentée par les Riches et les Puissants. Des peuples manipulés et trompés par une propagande mensongère et haineuse. Une « boucherie » organisée par des dirigeants planqués qui disposaient des soldats comme de la chair à canon. Des actions militaires absurdes relevant de  l’amour-propre des généraux. L’horreur des gaz toxiques. Le calvaire des gueules cassées . Les exécutions sommaires des pacifistes. Et , enfin, l’armistice du 11 novembre qui n’a été qu’un diktat  pour écraser et humilier les vaincus et qui est responsable de l’avènement de la folie nazie. Cent ans après, qui peut être fier d’une telle « victoire » ? Doit-on perpétuer la commémoration de celle-ci et donner une tribune à un personnage comme Trump qui, lui aussi , pose à l’Europe le diktat de renoncer à une défense européenne et de payer pour une armée  en complète allégeance aux Etats-Unis , l’Otan.  Son arrogance mégalomaniaque et son absence dédaigneuse au forum sur la Paix tétanisent les Européens . « On ne peut pas se fâcher avec les Etats-Unis » disent-ils. Cela,  ne rappelle-t-il pas  les discours de Chamberlain et de Daladier de retour de Munich en 1938 qui disaient qu’« on ne peut pas se fâcher avec Hitler « ?  L’Europe qui a tant souffert de son abdication  doit se souvenir et résister à la résurgence des nationalismes.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                     Genève, le 12 novembre 2018

 

Cristiano Ramadan ou une justice à géométrie variable

En 2009,  à Lyon, une jeune femme convertie à l’Islam suit Tariq Ramadan dans une chambre d’hôtel après une conférence. Avec un « consentement non- consenti », elle subit les ardeurs sexuelles de son mentor. En 2009,  à Las Vegas, Cristiano Ronaldo , à la sortie d’une boîte de nuit, fait son «  marché «  parmi ses nombreuses admiratrices. L’une d’elles monte dans sa chambre et subit des pratiques sexuelles violentes. Neuf ans après, les deux jeunes femmes déposent plainte. Ici, la similitude des deux histoires s’interrompt. Tariq Ramadan est jeté immédiatement en prison où il croupit depuis le début de l’année tandis que Cristiano Ronaldo continue de gambader sur tous les terrains de football avec un salaire de 2.500.000.-  Frs par mois ( sans les primes ) et continue d’être une idole  des enfants drogués de e-foot. Une justice à géométrie variable. Complaisante avec une icône commerciale de notre société de consommation et rigoureuse avec une personne qui la critiquait sur les plateaux de télévision.  Cette justice partiale est une parodie.  

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                              Genève, le 30 octobre 2018

Benallagate

Alexandre Benalla,  garde de corps  du président français est devenu le héros du feuilleton de l’été. Au cœur d’un  scandale national, il a enflammé la sphère médiatique et politique et déclenché depuis dix jours de délirantes joutes politiques et juridiques. De grandiloquents discours courroucés ont réclamé la mise en examen du président. L’importante et essentielle  réforme de la constitution a été immédiatement ajournée par les parlementaires. Les médias hystériques ont organisé un matraquage de l’affaire et ont commenté à satiété  les verbiages et les gesticulation ridicules de la classe politique .  Mais……Qu’a donc fait  Benalla pour déclencher un pareil séisme qui éclipse la victoire des Bleus et le Tour de France ?……. une vidéo qui le montre en train de neutraliser de façon musclée  deux manifestants en train de lancer des pierres contre les policiers ! Les présidents Poutine et Trump ont dû être amusés par cet emballement de tout un pays pour cette micro-affaire . Enfermé dans leur introversion franco- française , les Français ne se rendent pas compte que le monde entier se gausse de ce spectacle incroyable.  Le président Macron est le seul qui  a pris la mesure de ce « scandale « en le qualifiant de « tempête dans un verre d’eau «  et en endossant avec une certaine ironie sa totale  responsabilité pour désamorcer cet embrasement national ridicule.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                               Genève, le 27 juillet 2018

L’errance toxique des Occidentaux en Syrie

Les Etats-Unis, la France et  l’Angleterre ont bombardé la Syrie. Quelle image donnent-ils au monde ? Celle de justiciers auto- proclamés qui s’arrogent le droit de punir sans preuve ?  Celle de comparses qui bafouent des règles internationales qu’elles imposent aux autres pays ? Celle de présidents dont les gesticulations les contraignent , pour ne pas perdre la face, à intervenir avec des frappes symboliques, inconséquentes et inefficaces ?  En effet, une absurde coïncidence a fait que la ville de Douma tombait aux mains du régime syrien en même temps. Cette agression néocoloniale humiliante ne peut que provoquer une hostilité intériorisée. Ces donneurs de leçons n’ont rien compris à la complexité syrienne et au large soutien de la population à Bachar-al-Assad. Ils n’ont pas pris conscience que l’opposition modérée fantasmée ne faisait pas poids face aux islamistes. L’incohérence de leur ingérence offre à Poutine le rôle du sage qui ne répond pas à la provocation. Quant à la France, elle se compromet dans  une coalition  dont le seul but est d’anéantir le régime iranien. Trump, Netanyahu et Ben Salmane nourrissent une haine farouche de l’Iran. Ils ne craignent pas d’embraser tout le  Moyen-Orient. Le président français ferait bien de se distancer de ce trio toxique de « va-t’en-guerre « et accepter une mission de médiation.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                               Genève , le 16 avril  2018