Archives de catégorie : Palestine

La déclaration Balfour

La vengeance d’Israël est assouvie. Gaza est pratiquement rayée de la carte. Sa population décimée, rejetée et abandonnée, erre dans les ruines à la recherche d’un abri et de nourritures. 

Après cette effroyable punition, que va faire le « vainqueur » de ce champ de ruines et de ses habitants ? Le gouvernement israélien propose une nouvelle Nakba : organiser un exode des Palestiniens comme « migrants volontaires » vers des pays en demande de main-d’œuvre. Cette épuration ethnique permettra d’entreprendre tranquillement une recolonisation (voir les témoignages glaçants d’extrémistes juifs dans votre édition du 11 janvier 2024).  Selon le gouvernement de Netanyahou, l’après-Gaza serait géré par une force multinationale occidentale et Israël assurerait la sécurité et contrôlerait les frontières. Pour cacher cyniquement cette annexion, une administration civile palestinienne serait mise en place pour autant qu’elle fasse allégeance à l’état hébreu.  

Cet asservissement du peuple palestinien et l’éradication de son identité sont en totale contradiction avec les termes de la déclaration de lord Balfour, ministre anglais des affaires étrangères sous le protectorat en 1917. Cette déclaration est l’acte fondateur de l’Etat d’Israël. Il est dit précisément : « RIEN NE SERA ACCOMPLI QUI PUISSE PORTE ATTEINTE AUX DROITS CIVIQUES ET RELIGIEUX DES COLLECTIVITES NON-JUIVES EXISTANT EN PALESTINE »

La communauté internationale s’opposera-t-elle au funeste projet israélien de faire disparaître la Palestine ? Aura-t-elle le courage d’imposer des sanctions jusqu’à l’arrêt des bombardements et des annexions ainsi que l’engagement de restituer les territoires occupés ?  Il n’y a pas d’autres alternatives pour une solution à deux Etats. 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                               Genève, le 12 janvier 2024

Que faisons-nous pour empêcher la disparition de la Palestine?

Après le pogrom commis par le Hamas, la vengeance compréhensible d’Israël défie cependant toute proportionnalité. Son  but, l’éradication totale du Hamas, est non seulement illusoire mais sert de justification à la totale destruction du nord de Gaza et à l’exode de ses habitants. Cette punition collective conduit à  un nettoyage ethnique. Dans le Sud de Gaza, territoire plus petit que le canton de Genève, plus de deux millions de Palestiniens affamés, sans eau, sans électricité, sans toit  ne peuvent pas survivre. Ils seront eux aussi inévitablement contraints à l’exode.  

En Cisjordanie, l’épuration ethnique est planifiée. Après le mitage et le démembrement du pays, le gouvernement israélien accélère sa politique expansionniste. Alors que tous les regards sont tournés vers Gaza, l’armée israélienne livre des armes aux colons. Ceux-ci, sous le prétexte de se défendre, harcèlent et menacent  la population palestinienne et procèdent à des incursions meurtrières. Depuis le 7 octobre, ils ont «  neutralisé » plus de deux cent prétendus terroristes qui habitaient  près de leurs colonies. Quant à l’armée d’occupation, elle ferme les yeux et continue à éliminer par les armes toute résistance. La population palestinienne subit une telle oppression et de telles conditions humiliantes de vie  qu’elle finira par quitter ses terres.

Devant la menace de l’anéantissement de la Palestine, les pays européens sont silencieux et continuent de prôner hypocritement l’utopie d’un état palestinien. Quant aux Etats-Unis, ils protègent indéfectiblement Israël et sa politique expansionniste avec  leurs porte-avions et leurs sous-marins en Méditerranée. Ils se rendront complice de l’avènement du Grand Israël. Cependant, une question pourrait bientôt tous nous hanter «  Qu’avons-nous fait pour empêcher la disparition de la Palestine ?

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                            Genève, le 21 novembre 2023

Terre sainte

Sur notre planète, il y a un minuscule territoire appelé Terre Sainte qui est le théâtre des errements les plus sombres de notre humanité. Guerre, massacre, pogrom, terrorisme, expulsions, spoliation, répression, humiliation. Un territoire dévasté, fragmenté, défiguré par un mur .Un territoire sous contrôle policier omniprésent où règnent la peur, la haine et la violence. C’est pourtant le sanctuaire des religions juive, chrétienne et islamique qui vénèrent le même dieu tout-puissant, bon et miséricordieux. Si Dieu existe, comment peut-il rester spectateur de ce déchainement de haine provoqué par des responsables religieux sensés le représenter? Ceux-ci dévoient son message de paix et instrumentalisent des textes écrits il y a des millénaires pour revendiquer cette terre. Ils transforment la Terre sainte en une terre maudite. Les religions monothéistes sont une catastrophe pour l’humanité. L’invention de la notion primaire du Bien et du Mal est à l’origine d’une multitude de guerres religieuses. Dans l’abominable conflit actuel, les autorités religieuses sont dramatiquement silencieuses. A-t-on vu une mobilisation de rabbins ou d’imams pour faire cesser ce massacre ? Le pape, quant à lui, est spectateur de cette tragédie. Ses rares déclarations lénifiantes sont  à l’image de celles des dirigeants occidentaux qui perdent  toujours plus de leur crédibilité aux yeux du  monde. Par compromission, par lâcheté,  par intérêt, ils ont depuis des décennies fermé les yeux sur toutes les violations commises par les deux parties et hésitent maintenant à appeler à l’arrêt immédiat de cette dévastation et de cette insoutenable tuerie. Habituées à donner des leçons aux autres pays, nos démocraties refusent de voir que le modèle occidental n’est plus la référence. Quant aux religions responsables de cet embrasement, leur silence et leur démission démontrent la faillite de leur mission sur cette terre.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                               Genève, le 1er novembre 2023    

La guerre des images

La lettre du jour de votre dernier courrier des lecteurs (TdG 27.10.23) est une interminable litanie des pires exactions attribuées au Hamas le 7 octobre. Les descriptions abominables avec des détails sordides déclenchent un choc émotionnel qui court-circuite toute réflexion et toute analyse. Sans remettre en cause la réalité du pogrom commis par le Hamas, ces crimes suscitent néanmoins des interrogations. L’auteur de la lettre a-t-il , lui-même, visionné les vidéos ou rapporte-t-il des commentaires de source essentiellement israélienne ?  Pourquoi des journalistes indépendants ont-ils  été empêchés de se rendre librement sur les lieux des massacres ?  La guerre des images et des témoignages  polluent nos écrans dans le but de gagner la guerre des opinions publiques. Le Hamas, lui aussi, utilise des images atroces d’un prétendu bombardement sur un hôpital pour déclencher des manifestations dans le monde entier. Il ne faut pas tomber dans les erreurs et les dissimulations post-11 septembre de l’administration américaine. Celle-ci  a entrainé le monde entier dans une guerre antiterroriste avec des mensonges et des slogans primaires tels que « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous ». Dans le conflit actuel, les faucons israéliens déclarent » si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes un antisémite ». Le Hamas, quant à lui,  déclare «  Si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes complices d’un génocide ». Il faut résister à ce piège binaire et prendre des distances avec les articles et les images intentionnellement insupportables qui servent à radicaliser et à manipuler. L’outrance de cette guerre de l’image est un poison qui ancre les esprits dans la haine de l’Autre et rend impossible toutes perspectives d’apaisement.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                            Genève, le 29 octobre 2023  

N’attisons pas le feu sous la cendre

Nous ne pouvons qu’adhérer à la lettre du jour du 13 juin «  Mobilisons-nous face à la haine « . L’auteur rapporte des propos nauséabonds qui font porter aux Juifs la responsabilité de la pandémie et de nos malheurs . Ils sont le fait de quelques individus primaires , englués dans des délires moyenâgeux. Deux questions méritent d’être posées. Que représentent-ils dans notre société si ce n’est que quelques groupuscules d’extrême-droite , quelques néonazis et des suprématistes blancs ? Doit-on réagir aux délires de ces malades mentaux qui se servent de l’effet amplificateur des réseaux sociaux pour diffuser leurs miasmes? Ces faits étant très marginaux et ignorés de la plupart des gens, une surréaction est contre-productive et ne sert qu’à attiser le feu sous la cendre.  Ces avanies proférées par des individus incurables ne doivent pas jeter l’anathème sur toute la société et éluder les grandes causes de mobilisation mondiales, sanitaires, racistes et environnementales. La communauté juive, si prompte (à juste titre) à dénoncer les atteintes à sa légitimité, à son honneur et à sa mémoire, devrait aussi se mobiliser pour accorder ces mêmes droits aux Palestiniens. La prochaine annexion de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain bafoue leurs droits les plus élémentaires. Aucune légitimité géographique,  historique ou culturelle .  Seul le dessein de s’accaparer  de territoires stratégiques et le potentiel hydrique de la vallée du Jourdain a motivé le gouvernement israélien. Cette attentatoire spoliation, ne mérite-t-elle pas aussi une mobilisation internationale ?

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                Genève,  le 14 juin 2020

La Palestine devient la Judée-Samarie

Alors que la planète est tétanisée par la pandémie du coronavirus, le gouvernement israélien profite  sournoisement  d’annexer une partie de la Cisjordanie et la vallée du Jourdain .  A la tête de ce pays qui se prétend être démocratique , Benayim  Netanyahou, inculpé judiciairement pour corruption, a réussi à s’accrocher à  son poste de premier ministre en alternance avec  Benny Gantz.  Ecartant  provisoirement leurs différends, les deux comparses se sont entendus  sur la continuation du dépeçage de la Palestine .  Avec l’appui de l’arrogant  et caractériel  Donald Trump , ils manigancent pour l’avènement  du Grand  Israël  . Ils instrumentalisent  des textes bibliques pour justifier une spoliation bafouant les droits les plus élémentaires des Palestiniens. Aucune légitimité géographique,  historique ou culturelle .  Seul le dessein de s’accaparer  des territoires stratégiques et le potentiel hydrique de la vallée du Jourdain a motivé le gouvernement israélien. Les Palestiniens seront contraints de mendier quelques mètres cube d’eau pour survivre avant d’assister à l’agonie de leur pays. Cette nouvelle forfaiture condamne à jamais la solution à deux Etats  et enterre tous les espoirs de paix .  L’ONU , pourtant à l’origine de la création d’’Israël et garante de  l’existence d’un Etat palestinien ,  a failli à sa mission et montre sa totale  impuissance.  Face à cette atteinte inadmissible aux droits fondamentaux, la communauté internationale ne réagit pas . En d’autres temps, l’annexion de la Crimée , pourtant plébiscitée par ses habitants et conforme à son histoire, avait valu à la Russie de lourdes sanctions.  Quant à nos démocraties, dans la crainte  d’être accusées d’antisionisme,  elles se confinent dans le silence et ferment lâchement les yeux. Lorsqu’elles se réveilleront la Palestine aura disparu et s’appellera la Judée-Samarie.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                     Genève,  le 20 mai 2020

Réponse à mes contradicteurs

Ayant fustigé le cynique plan de « paix » israélo-américain, certains lecteurs m’ont qualifié de pourfendeur de l’état hébreu. Je souhaite rectifier. Si j’ai souvent dénoncé les agissements de l’actuel gouvernement israélien, je n’ai jamais remis en cause la légitimité de l’Etat d’Israël. Sa création en 1948 était une réponse appropriée à l’abominable génocide. Cependant sa mise en place  par l’ONU a été catastrophique et hors de contrôle. Elle comportait à l’origine tous les germes d’un conflit qui dure depuis septante ans. L’incohérent partage de la Palestine , l’expulsion de 700.000 Palestiniens et les actions expansionistes de l’Irgoun,  de la Haganah rendaient le conflit inéluctable. Ces organisations terroristes se sont fondues dans l’armée de Tsahal qui n’a pas cessé d’agir sur le principe  «  conquête , colonisation, annexion et expulsion ». La suprématie militaire israélienne ne prédisposait pas une négociation pour la paix.  Cependant, le 3 septembre 1993, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat signaient le traité de paix d’Oslo. Ils ont payé de leur vie la promotion de la paix. Yitzhak Rabin a été assassiné par un extrémiste juif qui est encore aujourd’hui considéré par certains  comme un héros!  Yasser Arafat , quant à lui, est mort, en quinze jours, de « vieillesse » avec un taux invraisemblable de polonium radioactif ! Ces assassinats ont anéanti tout espoir de paix et la recherche de celle-ci n’est plus la priorité de l’actuel gouvernement. Sous le titre «  un plan de paix indéfendable » , l’excellent journal israélien Ha’Aretz a dénoncé lui aussi le cynisme des dirigeants israéliens. Puisse la société israélienne s’en inspirer!

Daniel Fortis Genève, le 2 mars 2020

Le cynique « plan de paix » américain.

Lors de la présentation du «  plan de paix « pour la Palestine,  l’indécente jubilation de Netanyahou et de Trump restera le symbole de l’une des plus grande perfidie du siècle. En l’absence du principal intéressé, les deux comparses, tous deux accusés de divers délits dans leur propre pays, se sont entendus pour déposséder les Palestiniens de leurs terres dans l’indifférence générale. La lâcheté de nos démocraties est révoltante. Aucun pays , la Suisse comprise , n’a émis la moindre critique. L’ONU, pourtant à l’origine de la création des deux Etats , n’a pas réagi pas à l’ignoble provocation israélo- américaine. Les ONG , complètement  anesthésiée par tant de cynisme, se résignent. Pire encore, les Palestiniens, réduits au silence, humiliés, vilipendés, réprimés , ne réagissent même plus.  Ils essaient de survivre entre deux coups de bâtons. Dans ces conditions, comment peut-on s’étonner de la montée de l’antisémitisme ? Aucun de nos dirigeants  n’a la clairvoyance d’analyser cette dérive à l’aune de la permanente humiliation subie par le monde musulman. Nos communautés juives éclairées ne devraient-elles pas condamner cette cynique provocation  et  se distancer des deux incendiaires  qui l’ont fomentée ? Elles démontreraient qu’elles ne sont pas systématiquement alignées derrière le gouvernement israélien et contribueraient ainsi à  combattre le fléau de l’antisémitisme.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                           Genève, le 29 janvier 2020

Israël, le temps du dégagisme

Pour tenter de se soustraire à ses inculpations judiciaires, Netanyahu s’accroche au pouvoir. Pour obtenir le soutien des nationalistes et des ultra-religieux, il a promis d’annexer la vallée du Jourdain s’il était élu. La communauté internationale , tétanisée par la crainte d’être accusée d’antisionisme ,n’a  émis que de timides réprobations à l’égard de ce projet annexionniste bafouant les droits les plus élémentaires.

Elle fait du « deux poids, deux mesures » quand elle sanctionne lourdement  la Russie pour  l’annexion de la Crimée  ( pourtant plébiscitée par ses habitants et légitimée par l’histoire) et ferme les yeux, d’autre part, sur le mitage et l’annexion par la force de territoire palestiniens. Quant à la légitimité historique évoquée par les ultra-religieux, elle ne relève que de l’instrumentalisation  de textes bibliques inventés par des scribes il y a 2500 ans.

L’arrogance de Trump qui propose d’acheter  le Groenland  est moins grande que celle  du candidat du Likoud qui prévoit simplement d’annexer la Cisjordanie. Cela coûte moins cher et surtout cela permet de maîtriser totalement l’hydrologie de la région. Les Palestiniens seraient contraints à mendier quelques mètres cube d’eau pour survivre avant d’assister à l’agonie de leur pays au profit du Grand Israël. Notre silence nous rendrait  complices de cette forfaiture. Si l’Etat d’Israël veut préserver sa respectabilité, il  doit «  dégager » Netanyahu et retrouver le chemin du dialogue et de la paix.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                        Genève, le 17 septembre 2019