Archives de catégorie : Palestine

La Palestine devient la Judée-Samarie

Alors que la planète est tétanisée par la pandémie du coronavirus, le gouvernement israélien profite  sournoisement  d’annexer une partie de la Cisjordanie et la vallée du Jourdain .  A la tête de ce pays qui se prétend être démocratique , Benayim  Netanyahou, inculpé judiciairement pour corruption, a réussi à s’accrocher à  son poste de premier ministre en alternance avec  Benny Gantz.  Ecartant  provisoirement leurs différends, les deux comparses se sont entendus  sur la continuation du dépeçage de la Palestine .  Avec l’appui de l’arrogant  et caractériel  Donald Trump , ils manigancent pour l’avènement  du Grand  Israël  . Ils instrumentalisent  des textes bibliques pour justifier une spoliation bafouant les droits les plus élémentaires des Palestiniens. Aucune légitimité géographique,  historique ou culturelle .  Seul le dessein de s’accaparer  des territoires stratégiques et le potentiel hydrique de la vallée du Jourdain a motivé le gouvernement israélien. Les Palestiniens seront contraints de mendier quelques mètres cube d’eau pour survivre avant d’assister à l’agonie de leur pays. Cette nouvelle forfaiture condamne à jamais la solution à deux Etats  et enterre tous les espoirs de paix .  L’ONU , pourtant à l’origine de la création d’’Israël et garante de  l’existence d’un Etat palestinien ,  a failli à sa mission et montre sa totale  impuissance.  Face à cette atteinte inadmissible aux droits fondamentaux, la communauté internationale ne réagit pas . En d’autres temps, l’annexion de la Crimée , pourtant plébiscitée par ses habitants et conforme à son histoire, avait valu à la Russie de lourdes sanctions.  Quant à nos démocraties, dans la crainte  d’être accusées d’antisionisme,  elles se confinent dans le silence et ferment lâchement les yeux. Lorsqu’elles se réveilleront la Palestine aura disparu et s’appellera la Judée-Samarie.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                     Genève,  le 20 mai 2020

Réponse à mes contradicteurs

Ayant fustigé le cynique plan de « paix » israélo-américain, certains lecteurs m’ont qualifié de pourfendeur de l’état hébreu. Je souhaite rectifier. Si j’ai souvent dénoncé les agissements de l’actuel gouvernement israélien, je n’ai jamais remis en cause la légitimité de l’Etat d’Israël. Sa création en 1948 était une réponse appropriée à l’abominable génocide. Cependant sa mise en place  par l’ONU a été catastrophique et hors de contrôle. Elle comportait à l’origine tous les germes d’un conflit qui dure depuis septante ans. L’incohérent partage de la Palestine , l’expulsion de 700.000 Palestiniens et les actions expansionistes de l’Irgoun,  de la Haganah rendaient le conflit inéluctable. Ces organisations terroristes se sont fondues dans l’armée de Tsahal qui n’a pas cessé d’agir sur le principe  «  conquête , colonisation, annexion et expulsion ». La suprématie militaire israélienne ne prédisposait pas une négociation pour la paix.  Cependant, le 3 septembre 1993, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat signaient le traité de paix d’Oslo. Ils ont payé de leur vie la promotion de la paix. Yitzhak Rabin a été assassiné par un extrémiste juif qui est encore aujourd’hui considéré par certains  comme un héros!  Yasser Arafat , quant à lui, est mort, en quinze jours, de « vieillesse » avec un taux invraisemblable de polonium radioactif ! Ces assassinats ont anéanti tout espoir de paix et la recherche de celle-ci n’est plus la priorité de l’actuel gouvernement. Sous le titre «  un plan de paix indéfendable » , l’excellent journal israélien Ha’Aretz a dénoncé lui aussi le cynisme des dirigeants israéliens. Puisse la société israélienne s’en inspirer!

Daniel Fortis Genève, le 2 mars 2020

Le cynique « plan de paix » américain.

Lors de la présentation du «  plan de paix « pour la Palestine,  l’indécente jubilation de Netanyahou et de Trump restera le symbole de l’une des plus grande perfidie du siècle. En l’absence du principal intéressé, les deux comparses, tous deux accusés de divers délits dans leur propre pays, se sont entendus pour déposséder les Palestiniens de leurs terres dans l’indifférence générale. La lâcheté de nos démocraties est révoltante. Aucun pays , la Suisse comprise , n’a émis la moindre critique. L’ONU, pourtant à l’origine de la création des deux Etats , n’a pas réagi pas à l’ignoble provocation israélo- américaine. Les ONG , complètement  anesthésiée par tant de cynisme, se résignent. Pire encore, les Palestiniens, réduits au silence, humiliés, vilipendés, réprimés , ne réagissent même plus.  Ils essaient de survivre entre deux coups de bâtons. Dans ces conditions, comment peut-on s’étonner de la montée de l’antisémitisme ? Aucun de nos dirigeants  n’a la clairvoyance d’analyser cette dérive à l’aune de la permanente humiliation subie par le monde musulman. Nos communautés juives éclairées ne devraient-elles pas condamner cette cynique provocation  et  se distancer des deux incendiaires  qui l’ont fomentée ? Elles démontreraient qu’elles ne sont pas systématiquement alignées derrière le gouvernement israélien et contribueraient ainsi à  combattre le fléau de l’antisémitisme.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                           Genève, le 29 janvier 2020

Israël, le temps du dégagisme

Pour tenter de se soustraire à ses inculpations judiciaires, Netanyahu s’accroche au pouvoir. Pour obtenir le soutien des nationalistes et des ultra-religieux, il a promis d’annexer la vallée du Jourdain s’il était élu. La communauté internationale , tétanisée par la crainte d’être accusée d’antisionisme ,n’a  émis que de timides réprobations à l’égard de ce projet annexionniste bafouant les droits les plus élémentaires.

Elle fait du « deux poids, deux mesures » quand elle sanctionne lourdement  la Russie pour  l’annexion de la Crimée  ( pourtant plébiscitée par ses habitants et légitimée par l’histoire) et ferme les yeux, d’autre part, sur le mitage et l’annexion par la force de territoire palestiniens. Quant à la légitimité historique évoquée par les ultra-religieux, elle ne relève que de l’instrumentalisation  de textes bibliques inventés par des scribes il y a 2500 ans.

L’arrogance de Trump qui propose d’acheter  le Groenland  est moins grande que celle  du candidat du Likoud qui prévoit simplement d’annexer la Cisjordanie. Cela coûte moins cher et surtout cela permet de maîtriser totalement l’hydrologie de la région. Les Palestiniens seraient contraints à mendier quelques mètres cube d’eau pour survivre avant d’assister à l’agonie de leur pays au profit du Grand Israël. Notre silence nous rendrait  complices de cette forfaiture. Si l’Etat d’Israël veut préserver sa respectabilité, il  doit «  dégager » Netanyahu et retrouver le chemin du dialogue et de la paix.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                        Genève, le 17 septembre 2019

Un amalgame pernicieux

Pendant trois mois, les médias français ont relaté avec une certaine complaisance le déchainement de violences contre les forces de l’ordre et les représentants du gouvernement . Mais, il a suffi de quelques insultes antisionistes à l’égard du philosophe Alain Finkielkraut pour déclencher la machine médiatique de diabolisation . Le pernicieux amalgame entre antisionisme et antisémitisme est utilisé.  En réaction aux positions islamophobes et blessantes du philosophe, les agressions verbales antisionistes d’un individu, tout en étant inacceptables, relèvent de la liberté d’opinion.  Pourquoi le sionisme à l’origine de la politique expansionniste d’Israël et de l’écrasement du peuple palestinien ne pourrait-il pas être dénoncé sans être traité d’antisémite ? Nous pouvons être admiratifs et solidaires de la communauté juive riche de son histoire douloureuse , de ses traditions, de sa sensibilité et de son rayonnement dans de nombreux domaines. Et, en même temps, nous avons le droit de critiquer l’Etat sioniste qui prône la guerre et la répression et qui bafoue  la justice internationale au nom d’un roman biblique écrit par  des scribes il y a 2700 ans. Comment peut-on avoir un revendication absolue sur un territoire alors que l’histoire des civilisations nous enseigne que nous en sommes les dépositaires temporairement aux grés des aléas du climat, des épidémies, des catastrophes naturelles et des guerres ? L’appropriation d’un territoire au nom d’un dieu , qu’il soit chrétien, juif ou musulman est une usurpation.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                  20  février  2019

Le négationisme sioniste

L’auteur de l’article «  La Palestine » ( TdG du 13 septembre) alimente le négationnisme sioniste qui soutient que la Palestine n’existe pas. Il cite des propos hors-contexte de dirigeants palestiniens déclarants que le peuple palestinien n’existe pas ! Il est vrai qu’au début du 20eme siècle  la Palestine n’était qu’une région de l’empire ottoman où vivaient 90 % de musulmans et seulement 10% de Juifs et de chrétiens. En 1916 , les  puissances coloniales françaises et britanniques se sont octroyés des protectorats en créant artificiellement des frontières ( Syrie et Liban pour la France et Irak et Palestine pour l’Angleterre). En 1917, le ministre britannique, lord Balfour, adresse à lord Rothschild , une lettre dite déclaration Balfour dont les termes sont révélateurs : « Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l’établissement en Palestine d’un foyer national pour les Juifs et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif étant clairement  entendu que RIEN NE SERA FAIT QUI PUISSE PORTER ATTEINTE AUX DROITS CIVIQUES ET RELIGIEUX DES COLLECTIVITES NON-JUIVES EXISTANT EN PALESTINE. Bien qu’unilatérale et sans légitimité démocratique, cette déclaration énonce cependant clairement la présence d’une population palestinienne de confession musulmane majoritaire et l’injonction de respecter ses droits. Aujourd’hui, le gouvernement israélien bafoue l’esprit de cette déclaration dont il ne cesse de se réclamer . Il nie l’existence d’un peuple palestinien et rejette, en corollaire, la création d’un Etat Palestinien. En concluant que «  Les Palestiniens sont des citoyens israéliens à part entière « , mon contradicteur travestit la réalité et considère que les Palestiniens ne peuvent exister que dans la renonciation à leur identité.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                              Genève,  le 15 septembre 2018