Ben Salmane ou Hani Ramadan

Alors que le prince héritier saoudien ben Salmane, responsable de l’assassinat et du découpage du
corps d’un journaliste, est reçu avec tous les honneurs à l’Elysée par le président Macron, le ministre
français de l’Intérieur Gérald Darmanin interdit à Hani Ramadan (le frère de Tariq) l’entrée du
territoire français. Quel est son crime ? Avoir défendu la cause palestinienne et avoir dénoncé
l’expansionnisme sioniste. Accusé d’antisionisme, il est traité d’antisémite dans un amalgame
scandaleux. Mais son crime ne s’arrête pas là. Sa dénonciation de l’alignement des médias et des
gouvernements derrière la doxa sioniste lui vaut l’étiquette infamante de conspirationniste. Pourtant
les sanctions iniques à son égard lui donnent raison. En France, les droits de l’Homme sont à
géométrie variable. Entre le respect du droit à la liberté d’expression d’un intellectuel et la
compromission avec un dictateur voyou et assassin, le gouvernement français a choisi. Le pétrole.

Daniel Fortis
Genève, le 29 juillet 2022

L’OTAN, la solution ou le problème

Lors du dernier sommet de Madrid, l’OTAN s’est trouvé un nouvel ennemi. La Chine. Sous le fallacieux prétexte qu’elle représente un défi systémique, l’organisation a invité l’Australie, le Japon et la Corée du Sud pour former une nouvelle coalition anti-chinoise dans le Pacifique. Personne n’est dupe que la puissance économique de la Chine motive cette nouvelle alliance. Avec la désignation du nouvel ennemi chinois (qui n’a jamais envahi un pays), l’OTAN montre son véritable visage. Celui du défenseur des intérêts de l’Occident par les armes. Plus exactement ceux des Etats-Unis. Pourquoi l’Europe, traitée en vassale, devrait-elle s’aligner dans cette guerre pour la suprématie économique ?  

Depuis la chute du mur de Berlin en 1989, l’OTAN n’a pas cessé de mettre l’huile sur le feu, de créer des tensions et d’accumuler des fiascos au Kosovo, en Afghanistan, en Irak et en Lybie. Alors que la Russie avait retiré toutes ses troupes des pays de l’Est et ne menaçait personne, l’organisation aurait dû se dissoudre et laisser l’Europe gérer cette transition pacifique. Mais les Etats-Unis voyaient d’un mauvais œil l’émancipation de l’Europe. Sous la bannière de l’OTAN, ils se sont implantés en reniant leurs paroles dans les pays de l’Est et dans les pays baltes. La probable implantation en Ukraine, synonyme d’encerclement de la Russie, a déclenché l’ire et la folie de Poutine.

Néanmoins, la Finlande et la Suède ont demandé leur adhésion à l’organisation en s’engageant à augmenter leur budget militaire pour acheter du matériel américain. L’Europe, vassalisée, cède à cette hystérie militariste et oublie tous ses engagements environnementaux au profit de ces marchands de guerre. La Suisse doit résister à la tentation de faire allégeance à l’OTAN et de brader sa neutralité. La vision occidentale d’un monde partagé entre les forces du Bien (sous-entendu nous) et les forces du Mal (sous-entendu eux) est non seulement primaire mais porteuse de tous les germes de la guerre.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                Genève, le 3 juillet 2022  

Boutcha, le nouveau Timisoara

Les médias nous inondent d’images abominables de la banlieue de Boutcha. Des vidéos anonymes, principalement de source ukrainienne, utilisent le floutage, le camouflage et des témoignages surjoués pour démontrer les pires exactions des troupes russes (minage des cadavres, exécutions sommaires, tortures, viols). La violence des images est proportionnelle à leur incohérence (dissémination et abandon des morts dans des positions suspectes, indifférence des passants et des automobilistes, sacs mortuaires immaculés jetés dans une tranchée à quelques mètres d’une église). Cela fait penser au faux charnier de Timisoara. En 1983, dans le cimetière de Timisoara, la télévision yougoslave avait mis en scène vingt cadavres sensés illustrer le massacre par la police de Ceausescu de milliers de manifestants. Les télévisions occidentales avaient relayé sans réserve cette information mensongère. L’effroi et l’indignation générale avaient permis l’arrestation et l’exécution du dictateur et de son épouse après un simulacre de procès. L’exhumation de vieux cadavres et la fiction d’un massacre avaient suffi. Au Kosovo en 1999, le scénario avait été similaire avec l’exhibition de morts sur le bas-côté de la route de Raçak. Cette mise en scène macabre avait déclenché l’intervention de l’OTAN.

Aujourd’hui, à Boutcha, les médias occidentaux sont totalement alignés sur la propagande ukrainienne. Ils devraient comprendre que les opinions publiques n’ont pas besoin  de ces manipulations pour conforter la ferme et légitime condamnation de l’invasion de l’Ukraine. De surcroit, la diffusion d’images douteuses  comporte des risques. Celui d’être désavoué par une enquête impartiale mais aussi celui de détruire toutes les perspectives de sortie de cette crise conditionnée  par la neutralité de l’Ukraine, le gel de l’avancée de l’OTAN et l’autodétermination des régions.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                      Genève, le 5 avril 2022 

Ukraine, l’OTAN en question

Jusqu’en 1989, l’OTAN avait toute sa légitimité dans la défense de l’Europe  face à la menace russe. Avec la chute du mur de Berlin et la dissolution du pacte de Varsovie, le président russe Gorbatchev a unilatéralement et pacifiquement retiré toutes ses armes des pays de l’Est. Une nouvelle ère de paix s’ouvrait en Europe. L’OTAN qui avait toutes les raisons de se retirer n’a pas infléchi sa politique.  Non seulement, elle n’a pas retiré d’armement, mais elle s’est empressée d’élargir son emprise sur les pays libérés. Complètement inféodée aux Etats-Unis, l’OTAN est alors sortie de sa mission de défense de la zone nord-atlantique inscrite dans ses statuts. Devenue le bras armé de l’Occident et du nouvel ordre mondial, elle a pris une posture agressive en intervenant aux quatre coins du monde. Guerres du Kosovo, d’Afghanistan, d’Irak et de la Syrie qui se sont toutes soldées par des échecs et une déstabilisation dramatique. Elle pratique aujourd’hui une politique expansionniste dans les anciennes républiques de l’URSS en ignorant les liens historiques et culturels qui les lient à la Russie. Humilié par ce grignotage territorial et menacé d’un encerclement hostile, le président Poutine n’a pas cessé de répéter que l’Ukraine était sa ligne rouge. En 1962, le président Kennedy avait, lui aussi, légitimement fixé sa ligne rouge face à l’installation de bases russes à Cuba. La sagesse avait alors prévalu et la Russie s’était retirée. L’OTAN, elle, n’a pas eu la sagesse de renoncer à installer ses bases en Ukraine.  Aujourd’hui, l’obstination des Occidentaux a donné un prétexte à la dérive guerrière du président russe. Son inquiétante personnalité et son obsession nationaliste sont devenues un grand danger pour l’Europe. Si celle-ci n’avait pas fait une totale allégeance à l’OTAN et avait créé une armée européenne de défense commune, ce conflit aurait été évité. Les liens historiques entre la Russie et l’Europe auraient prévalu.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                  Genève, le 27 février  2022  

L’acharnement contre Djokovic

Après une lamentable saga, les autorités australiennes ont finalement expulsé Djokovic comme un criminel. Le plus grand joueur de tennis de tous les temps ne disputera pas le grand Chelem qui aurait pu consacrer sa suprématie. En homme libre, il a assumé son choix de ne pas être vacciné. C’est la réaction d’un être malmené, critiqué mais fier. Jeune, il a vécu le bombardement de son pays par l’OTAN et a souffert des calomnies des médias occidentaux sur la Serbie. Sur les courts, il a toujours joué devant des publics hostiles. Comment ne pas être révolté ? C’est une personnalité avec ses qualités et ses défauts, avec ses convictions et ses erreurs et avec ses positions personnelles fortes. Il ne ressemble pas à Federer. Le chouchou des sponsors. L’image du gendre idéal. La personnalité consensuelle et médiatique qui fait l’unanimité. Djokovic ne peut compter que sur son talent, son travail acharné et sa force de caractère. En l’absence de loi constitutionnelle obligeant à la vaccination, il est devenu le mouton noir qui ose résister à l’hystérie vaccinale. Cependant l’histoire des pandémies nous enseigne que la Nature a toujours eu le dernier mot. L’Homme avec son obsession des vaccins à répétition  (qui risquent d’altérer nos défenses naturelles) est impuissant face à la déferlante Omicron hors de contrôle. Comme dans les autres pandémies, l’apparition d’un variant moins virulent nous mènera naturellement à l’immunité collective et nous délivrera de l’affreuse perspective de nous faire vacciner tous les trois mois. L’acharnement actuel contre Djokovic nous paraitra alors disproportionné et minable.

N.B. Je suis pro-vaccin selon le critère du bénéfice-risque.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                           Genève, le 16 janvier 2022

La leçon n’a pas été retenue

Après la première guerre mondiale, le peuple allemand, humilié et spolié par le diktat de Versailles, était en proie au désespoir. Le dépeçage territorial du pays, la misère et la perte de repères ont contribué à l’avènement du fascisme. Hitler a séduit une grande majorité des Allemands avec des discours identitaires, nationalistes et revanchards. Il a glorifié l’histoire, la civilisation, la culture et l’appartenance à la grande nation allemande. Pour retrouver la grandeur passée et une fierté nationale, il devait  trouver un responsable aux malheurs et à la décadence du pays. Le complot JUDEO-BOLCHEVIQUE. Son obsession démente à l’éradiquer s’est terminée par un effroyable génocide et la deuxième guerre mondiale.

En 2021, la France montre tous les prémisses d’une dangereuse dérive nationaliste identitaire. Dans la course à la présidence, tous les partis de droite courent derrière Eric Zemmour. Avec une posture gaullienne, le polémiste-candidat se présente comme le défenseur de l’histoire, de la civilisation et de la culture française contre la barbarie islamique. Il va jusqu’à interdire les prénoms à consonance étrangère ! Comme l’Allemagne avant l’avènement d’Hitler en 1933, la France  se cherche en proie au doute et à de nombreux problèmes sociétaux. Un nombre inquiétant de Français cherche à trouver un responsable en désignant le complot ISLAMO-GAUCHISTE. Le simplisme de cette stigmatisation fait des ravages. La France des Lumières et des droits de l’homme se renierait si elle ne résistait pas à cette dérive populiste et ne retenait pas les leçons de l’Histoire.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                               Genève, le 19 décembre 2021                                                                                                                                                                    

La liberté à l’épreuve des balles

Une nouvelle étape a été franchie dans la dictature sanitaire. La police néerlandaise a procédé à des tirs de sommation à balles réelles contre des personnes qui manifestaient contre les restrictions et les certificats sanitaires. Vers quelle société va-t-on ? Quelle place pour la liberté ? Celle des vaccinocrates qui accusent les réfractaires d’attenter à leur liberté de retrouver la vie d’avant ou celle des vaccinosceptiques qui évoquent une atteinte fondamentale à leur liberté de choix ? Comment départager les deux camps ? LA PROPORTIONALITE. Les mesures doivent être proportionnelles au danger.  Par exemple, nous acceptons raisonnablement une limitation à 120 km/heure sur nos autoroutes au nom de la sécurité. Cependant cette vitesse reste responsable  d’un certain nombre de morts. Des experts peuvent démontrer qu’une limitation à 90 km/heure épargnerait plus de vies. Pourtant, sommes-nous prêts à rouler à 90 km/heure sur les autoroutes ?  Certainement pas. La sagesse du peuple tient compte de la notion de proportionnalité entre risques et bénéfices. Il en est de même pour les lois anti-Covid.  Alors que nous nous approchons chaque jour d’une létalité comparable à celle d’une grippe saisonnière, que de nouveaux traitements sont enfin validés et que nos hôpitaux ne sont pas surchargés, notre gouvernement cède à l’hystérie sécuritaire générale en présentant sélectivement et uniquement des chiffres anxiogènes. Contre toute logique et proportionnalité, il veut inscrire dans le marbre des dispositions législatives pour retrouver une soit-disant normalité. Quelle normalité ? Celle du fichage, du traçage, de l’obligation vaccinale et, pire, celle des tirs de sommation ? A quelques jours de la votation du 28 novembre, il est encore temps de dire NON.

NB. Je suis vacciné et je recommande une vaccination raisonnable qui épargne les jeunes.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                            Genève,  le 21 novembre 2021

La presse écrite en question

Dans votre journal Le Temps du 25 octobre,  vous nous informez de la construction de 1355 logements dans les colonies de la Palestine occupée. Cette intolérable spoliation au mépris de toutes les lois internationales ne fait l’objet que d’un entrefilet dans votre rubrique  » En bref « . Un tel traitement de l’information  traduit votre acceptation de la banalisation d’un état de fait scandaleux. Comme tout le monde vous acceptez l’inacceptable pour ne pas être accusé d’antisémitisme. Votre journal contribue à instiller l’idée que la Palestine est vouée à une disparition lente et inexorable. Je comprends que la défense de la Palestine ne fait pas recette et que la publicité en première page pour Cartier est infiniment plus profitable. Cependant les difficultés de la presse écrite ne doivent pas cautionner l’asservissement à une ligne de rédaction partiale et vénale.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                       Genève, le 26 octobre 2021

Les cinquante francs de la honte

Depuis une année et demie, notre conseiller fédéral Alain Berset a géré la pandémie avec mesure et efficacité. Aujourd’hui, à notre stupéfaction, il cède à l’hystérie vaccinale en proposant une récompense de cinquante francs à celui qui convainc une personne à se vacciner. Cette incitation vénale  est, non seulement inapplicable mais malsaine et honteuse. La prochaine étape, ne serait-elle pas la prime à la dénonciation des non-vaccinés ? Dans son roman « 1984 », Georges Orwell décrit une société vers laquelle nous sommes en train de dériver. Fichage, traçage, chantage, tracasseries, restriction des libertés et délation. Les manifestants contre le pass sanitaire sont  vilipendés et traités de complotistes alors qu’ils ne font que défendre leurs droits de citoyens. Accusés d’obscurs complots, ils sont considérés comme des pestiférés. La plupart des médias s’alignent sur cette nouvelle forme de gouvernance intrusive. Ils devraient cependant  s’intéresser aux vrais complots qui gangrènent en toute impunité nos prétendues démocraties. Votre partenaire Heidi News l’a fait ( 2 octobre 2021 )  en dévoilant l’influence de l’industrie pharmaceutique sur le Congrès américain. Plus de deux tiers des élus ( 374 ) ont touché un chèque de campagne de l’industrie pharmaceutique avant l’élection de Joe Biden. A elle seule , l’entreprise Pfizer a effectué  228 donations! Cette « mise sous influence » n’est rien d’autre qu’une corruption. C’est là que réside le complot.

   NB  Je suis vacciné et prône une vaccination ciblée selon un critère bénéfice-risque qui épargne les jeunes.

   Daniel Fortis

   1231 Conches                                                                                                         Genève, le 4 octobre 2021                                                                                                                                                                            

Rétablir la vérité et l’espoir

Quelques jours après les événements du 11 septembre 2001, sans aucune enquête, Ben Laden , Al –Qaeda et les talibans étaient désignés comme les responsables.  Sans revendication , sans preuve , sans témoignage crédible , les Etats-Unis ont  arbitrairement  décidé d’envahir  l’Afghanistan . Une guerre de vingt ans,  mille milliards de dollars, des centaines de milliers de morts et, au final, un échec total. Ben Laden a été introuvable. Les bases secrètes d’Al- Qaeda se sont révélées des grottes. Les abominables  terroristes n’étaient que des barbus qui ne savaient pas ce qui s’était passé le 11 septembre . Enfermés et torturés à Guantanamo, ils ont été libérés sans charge ni procès.  Avec le retrait de l’armée américaine, Joe Biden tente de dissimuler cet immense gâchis en proclamant  que la mission est remplie avec l’élimination  des responsables du 11 septembre .  Dans quelques jours, la commémoration de cette tragédie devrait être l’occasion de dénoncer la falsification et l’instrumentalisation des faits. A cette occasion, le président américain s’est engagé à déclassifier des documents  impliquant  l’Arabie saoudite  dans la préparation des attentats. Dans l’enquête, une trentaine de pages a été censurée  pour conforter la version officielle et pour protéger l’allié saoudien. Cette enquête, réclamée  par les parents des victimes, n’est  qu’un florilège d’inepties scientifiques et de dissimulations  derrière le secret défense. Joe Biden aura-t-il  le courage de la transparence  pour restaurer l’image des Etats-Unis ? Le rétablissement de la vérité donnerait aussi une chance à la paix et au respect des promesses d’ouverture des nouveaux  dirigeants afghans.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                           Genève,  le 20 août 2021