Tous les articles par Daniel Fortis

La déclaration Balfour

La vengeance d’Israël est assouvie. Gaza est pratiquement rayée de la carte. Sa population décimée, rejetée et abandonnée, erre dans les ruines à la recherche d’un abri et de nourritures. 

Après cette effroyable punition, que va faire le « vainqueur » de ce champ de ruines et de ses habitants ? Le gouvernement israélien propose une nouvelle Nakba : organiser un exode des Palestiniens comme « migrants volontaires » vers des pays en demande de main-d’œuvre. Cette épuration ethnique permettra d’entreprendre tranquillement une recolonisation (voir les témoignages glaçants d’extrémistes juifs dans votre édition du 11 janvier 2024).  Selon le gouvernement de Netanyahou, l’après-Gaza serait géré par une force multinationale occidentale et Israël assurerait la sécurité et contrôlerait les frontières. Pour cacher cyniquement cette annexion, une administration civile palestinienne serait mise en place pour autant qu’elle fasse allégeance à l’état hébreu.  

Cet asservissement du peuple palestinien et l’éradication de son identité sont en totale contradiction avec les termes de la déclaration de lord Balfour, ministre anglais des affaires étrangères sous le protectorat en 1917. Cette déclaration est l’acte fondateur de l’Etat d’Israël. Il est dit précisément : « RIEN NE SERA ACCOMPLI QUI PUISSE PORTE ATTEINTE AUX DROITS CIVIQUES ET RELIGIEUX DES COLLECTIVITES NON-JUIVES EXISTANT EN PALESTINE »

La communauté internationale s’opposera-t-elle au funeste projet israélien de faire disparaître la Palestine ? Aura-t-elle le courage d’imposer des sanctions jusqu’à l’arrêt des bombardements et des annexions ainsi que l’engagement de restituer les territoires occupés ?  Il n’y a pas d’autres alternatives pour une solution à deux Etats. 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                               Genève, le 12 janvier 2024

Que faisons-nous pour empêcher la disparition de la Palestine?

Après le pogrom commis par le Hamas, la vengeance compréhensible d’Israël défie cependant toute proportionnalité. Son  but, l’éradication totale du Hamas, est non seulement illusoire mais sert de justification à la totale destruction du nord de Gaza et à l’exode de ses habitants. Cette punition collective conduit à  un nettoyage ethnique. Dans le Sud de Gaza, territoire plus petit que le canton de Genève, plus de deux millions de Palestiniens affamés, sans eau, sans électricité, sans toit  ne peuvent pas survivre. Ils seront eux aussi inévitablement contraints à l’exode.  

En Cisjordanie, l’épuration ethnique est planifiée. Après le mitage et le démembrement du pays, le gouvernement israélien accélère sa politique expansionniste. Alors que tous les regards sont tournés vers Gaza, l’armée israélienne livre des armes aux colons. Ceux-ci, sous le prétexte de se défendre, harcèlent et menacent  la population palestinienne et procèdent à des incursions meurtrières. Depuis le 7 octobre, ils ont «  neutralisé » plus de deux cent prétendus terroristes qui habitaient  près de leurs colonies. Quant à l’armée d’occupation, elle ferme les yeux et continue à éliminer par les armes toute résistance. La population palestinienne subit une telle oppression et de telles conditions humiliantes de vie  qu’elle finira par quitter ses terres.

Devant la menace de l’anéantissement de la Palestine, les pays européens sont silencieux et continuent de prôner hypocritement l’utopie d’un état palestinien. Quant aux Etats-Unis, ils protègent indéfectiblement Israël et sa politique expansionniste avec  leurs porte-avions et leurs sous-marins en Méditerranée. Ils se rendront complice de l’avènement du Grand Israël. Cependant, une question pourrait bientôt tous nous hanter «  Qu’avons-nous fait pour empêcher la disparition de la Palestine ?

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                            Genève, le 21 novembre 2023

Terre sainte

Sur notre planète, il y a un minuscule territoire appelé Terre Sainte qui est le théâtre des errements les plus sombres de notre humanité. Guerre, massacre, pogrom, terrorisme, expulsions, spoliation, répression, humiliation. Un territoire dévasté, fragmenté, défiguré par un mur .Un territoire sous contrôle policier omniprésent où règnent la peur, la haine et la violence. C’est pourtant le sanctuaire des religions juive, chrétienne et islamique qui vénèrent le même dieu tout-puissant, bon et miséricordieux. Si Dieu existe, comment peut-il rester spectateur de ce déchainement de haine provoqué par des responsables religieux sensés le représenter? Ceux-ci dévoient son message de paix et instrumentalisent des textes écrits il y a des millénaires pour revendiquer cette terre. Ils transforment la Terre sainte en une terre maudite. Les religions monothéistes sont une catastrophe pour l’humanité. L’invention de la notion primaire du Bien et du Mal est à l’origine d’une multitude de guerres religieuses. Dans l’abominable conflit actuel, les autorités religieuses sont dramatiquement silencieuses. A-t-on vu une mobilisation de rabbins ou d’imams pour faire cesser ce massacre ? Le pape, quant à lui, est spectateur de cette tragédie. Ses rares déclarations lénifiantes sont  à l’image de celles des dirigeants occidentaux qui perdent  toujours plus de leur crédibilité aux yeux du  monde. Par compromission, par lâcheté,  par intérêt, ils ont depuis des décennies fermé les yeux sur toutes les violations commises par les deux parties et hésitent maintenant à appeler à l’arrêt immédiat de cette dévastation et de cette insoutenable tuerie. Habituées à donner des leçons aux autres pays, nos démocraties refusent de voir que le modèle occidental n’est plus la référence. Quant aux religions responsables de cet embrasement, leur silence et leur démission démontrent la faillite de leur mission sur cette terre.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                               Genève, le 1er novembre 2023    

On ne peut pas bâtir son bonheur sur le malheur des autres

Sous le titre «  On ne fait pas son bonheur sur le malheur des autres «  votre journal a publié une interview de Metin Arditi ( TdG du 20.10.23 ) . Cette personnalité de confession juive nous a donné une leçon de lucidité et d’ouverture exceptionnelle. Tout en restant solidaire de ses coreligionnaires, il ne cède pas face à la rage et à la spirale infernale et sans issue de la vengeance sans limite. Il appelle à une introspection et à une analyse sur les causes de ce déchainement de haine et d’atrocités du 7 octobre 2023. Cette démarche  a suscité un tollé parmi une majorité des courriers des lecteurs publiés ces derniers jours. Sensibilisés par des images d’une extrême violence fournies exclusivement par les autorités israéliennes, les auteurs de ces articles n’appellent qu’à une destruction du Hamas qui implique de facto la destruction de Gaza et un nombre incalculables de morts civils. Monsieur Arditi préfère une prospective de paix en mettant à plat et objectivement une situation de guerre qui dure depuis 75 ans. Il fait honneur à sa communauté en considérant tous les aspects de cet engrenage dans lequel sont inclus l’injustice, l’humiliation et l’oppression faites aux Palestiniens. Au risque d’être cloué au pilori par les siens, il  refuse l’instrumentalisation des textes bibliques et préconise une recherche de la paix à travers le dialogue et la cohabitation équilibrée de deux Etats souverains.

Daniel Fortis                                                                                          Genève, le 25 octobre 2023

La guerre des images

La lettre du jour de votre dernier courrier des lecteurs (TdG 27.10.23) est une interminable litanie des pires exactions attribuées au Hamas le 7 octobre. Les descriptions abominables avec des détails sordides déclenchent un choc émotionnel qui court-circuite toute réflexion et toute analyse. Sans remettre en cause la réalité du pogrom commis par le Hamas, ces crimes suscitent néanmoins des interrogations. L’auteur de la lettre a-t-il , lui-même, visionné les vidéos ou rapporte-t-il des commentaires de source essentiellement israélienne ?  Pourquoi des journalistes indépendants ont-ils  été empêchés de se rendre librement sur les lieux des massacres ?  La guerre des images et des témoignages  polluent nos écrans dans le but de gagner la guerre des opinions publiques. Le Hamas, lui aussi, utilise des images atroces d’un prétendu bombardement sur un hôpital pour déclencher des manifestations dans le monde entier. Il ne faut pas tomber dans les erreurs et les dissimulations post-11 septembre de l’administration américaine. Celle-ci  a entrainé le monde entier dans une guerre antiterroriste avec des mensonges et des slogans primaires tels que « Ceux qui ne sont pas avec nous sont contre nous ». Dans le conflit actuel, les faucons israéliens déclarent » si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes un antisémite ». Le Hamas, quant à lui,  déclare «  Si vous n’êtes pas avec nous, vous êtes complices d’un génocide ». Il faut résister à ce piège binaire et prendre des distances avec les articles et les images intentionnellement insupportables qui servent à radicaliser et à manipuler. L’outrance de cette guerre de l’image est un poison qui ancre les esprits dans la haine de l’Autre et rend impossible toutes perspectives d’apaisement.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                            Genève, le 29 octobre 2023  

GAZA, SORTIR DE LA SPIRALE INFERNALE

La photo aérienne de Gaza (ci-jointe) parle d’elle-même. Le contraste entre la densification extrême du territoire palestinien et les plaines cultivées des zones israéliennes est saisissant. Dans le monde, Gaza est le seul pays d’une telle densité. Deux millions et trois cent mille habitants vivent sur un minuscule territoire de 365 km2. Aucune zone agricole. Aucun aéroport. Aucune gare. Aucun port et, en plus, une interdiction de pêche au-delà de 10 kilomètres. Aucune université. Aucune industrie. La moitié de la population sans travail et sans avenir. Une dépendance totale à l’eau et à l’électricité. Deux uniques postes de frontière gérés au bon vouloir des deux voisins pour rentrer ou sortir d’un pays entouré de barbelés. Qui peut prétendre que Gaza n’est pas une prison ?

Aucun pays au monde ne subit de conditions de vie aussi avilissantes. Comment la communauté internationale et, en particulier, les pays occidentaux (qui se targuent de défendre les droits humains) peuvent-ils tolérer cette situation inhumaine ? La souffrance, la désespérance et l’humiliation ne peuvent qu’engendrer la haine et la barbarie.

Cependant les atrocités du conflit actuel peuvent servir d’électrochoc. Non pas pour assouvir une vengeance aveugle et sans limite (quoique compréhensible) mais pour sortir de la spirale infernale dans laquelle les dirigeants des deux pays ont entrainé leur peuple depuis des décennies. Après la colère, les deux peuples doivent sanctionner et renvoyer leurs faiseurs de guerres et élire des personnes de paix. Une image peut les inspirer. Celle de la  poignée de main en 1993 entre deux, jusqu’alors, ennemis jurés, Yitzhak Rabin et Yasser Arafat, scellant les Accords d’Oslo. Des extrémistes les ont lâchement assassinés pour leur faire payer leur courageuse initiative de paix et tuer l’espoir d’une cohabitation entre deux Etats souverains.

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                         Genève, le 13 octobre 2023

Les carottes de la Butte de l’Observatoire

Nous avons appris la nouvelle reculade du Conseil Administratif de la Ville de Genève dans la saga du musée d’Art et Histoire (TdG du 28 juin). Pourtant, le 4 mai 2022, après six ans de gestion chaotique du dossier, le Conseil Administratif avait enfin défini le cadre du concours d’architecture en intégrant la Butte de l’Observatoire. Il a suffi de l’opposition d’un conseiller administratif pour invalider la décision avec une argumentation écolo-dogmatique de défense des arbres sans considérer le contexte du lieu. Jusqu’en 1957, un observatoire occupait le centre de la Butte. Sa démolition a laissé sur place des matériaux impropres à toute arborisation. Une grande partie des sous-sols de la Butte est actuellement occupé par des locaux de services publics. Sous-utilisés, ceux-ci ne pourraient -ils pas être réaffectés au musée ? Pour la petite zone arborisée, il est facile de définir un périmètre de protection. Ignorant ce contexte, La Ville de Genève atermoie depuis des décennies sous la pression d’ayatollahs écologistes. Dans leur obsession, ceux-ci utilisent actuellement la butte pour implanter un jardin potager didactique destiné aux citoyens qui croient que les carottes poussent sur les arbres. Ils pensent sauver la planète en permettant aux enfants des écoles avoisinantes d’observer, de loin et les pieds au sec, la croissance des carottes. Ne serait-il pas plus profitable de les amener dans une ferme pour leur faire découvrir la réalité paysanne en extrayant de terre les carottes de leurs propres mains. L’écologie de pacotille de nos édiles obstrue toute initiative et condamne toute ambition dans l’élaboration d’un beau projet contribuant au rayonnement de Genève et au service des Genevois. N’est-il pas temps que les instances cantonales dessaisissent la Commune de ce dossier ?

Daniel Fortis

Architecte et ingénieur EPFZ-SIA

1231 Conches                                                                                   Genève, le 2 juillet 2023