Ben Salmane ou Hani Ramadan

Alors que le prince héritier saoudien ben Salmane, responsable de l’assassinat et du découpage du
corps d’un journaliste, est reçu avec tous les honneurs à l’Elysée par le président Macron, le ministre
français de l’Intérieur Gérald Darmanin interdit à Hani Ramadan (le frère de Tariq) l’entrée du
territoire français. Quel est son crime ? Avoir défendu la cause palestinienne et avoir dénoncé
l’expansionnisme sioniste. Accusé d’antisionisme, il est traité d’antisémite dans un amalgame
scandaleux. Mais son crime ne s’arrête pas là. Sa dénonciation de l’alignement des médias et des
gouvernements derrière la doxa sioniste lui vaut l’étiquette infamante de conspirationniste. Pourtant
les sanctions iniques à son égard lui donnent raison. En France, les droits de l’Homme sont à
géométrie variable. Entre le respect du droit à la liberté d’expression d’un intellectuel et la
compromission avec un dictateur voyou et assassin, le gouvernement français a choisi. Le pétrole.

Daniel Fortis
Genève, le 29 juillet 2022