Archives de catégorie : France

Où est notre liberté d’opinion ?

Imaginez que le parlement français vote une loi permettant de refouler à l’aéroport les étrangers, défendeurs de la cause animale, qui appellent à boycotter chez eux le foie gras français. Inimaginable et scandaleux, direz-vous ! Vous avez raison, la France et n’importe quel pays démocratique ne pourraient jamais faire ça.  Cependant, un pays, qui se dit démocratique, a pris une telle mesure. Le gouvernement israélien a interdit l’accès de son territoire aux étrangers qui appellent à boycotter chez eux les produits provenant des territoires palestiniens collonnisés. On aurait pu penser que cela suscite une réprobation générale. Détrompez-vous ! Dans l’édition TdG du 9 mars, sous le titre diffamant « Pas de subventions aux antisémites », nous apprenons que notre parlement national  a adopté une motion UDC  de supprimer les subventions aux ONG  accusées de boycotter Israël.  A méditer sur notre liberté d’opinion.

 

Daniel Fortis                                                                                                                                                           Conches                                                                                                                  Genève, le 8 mars 2017                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                              

Ingérences religieuses

Mercredi 22 février, le conseil représentatif des institutions juives de France, le CRIF, a invité à son dîner traditionnel une grande partie de la classe politique française et les candidats à la présidentielle, François Fillon, Emmanuel Macron et Benoît Hamon. Leurs bonnes notes leur ont valu d’être invités  pour recevoir leur  « certificat  casher ». Les autres candidats, avec leurs mauvaises notes, n’ont pas été invités et n’ont pas reçu la bénédiction du CRIF. Ainsi, Marine Le Pen a le tort d’être la fille de son père, Jean-Luc Mélenchon a eu tort de prendre des positions pro-palestiniennes et l’écologiste, Yannick Jadot  a eu tort d’appeler à boycotter les produits provenant des territoires occupés. Quelle étrange république qui se revendique d’être la championne de la laïcité et de la séparation de la religion et de l’Etat et  dont les serviteurs se soumettent à cet examen religieux et communautaire ! A ce titre, les candidats, ne devraient-ils pas aussi solliciter  le « certificat  halal » auprès du Conseil français du culte musulman et aller à confesse auprès du Primat des Gaules ? Cette intolérable ingérence de la religion dans les débats bafoue les principes démocratiques.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                       26  février 2017  

Colonisation, deux poids, deux mesures

Le candidat à l’élection présidentielle française, Emmanuel Macron, a déclaré que la colonisation française en Algérie avait été un crime contre l’humanité. Il a profondément blessé les rapatriés et ravivé la douleur de leur déracinement. Ils ne méritaient pas ces propos excessifs car ils pensaient de bonne foi que cette terre était la leur et que leur colonisation, teintée de paternaliste, était la plus acceptable de toutes les colonisations dans le monde. Aujourd’hui, notre vision de la colonisation a changé. Elle est perçue , à juste titre, comme injuste et intolérable. Alors , pourquoi la colonisation de la Palestine n’est-elle pas sanctionnée ? Avec cynisme, fourberie et arrogance, le gouvernement israélien colonise tous les jours, sous nos yeux,  la Cisjordanie  avec le soutien de l’administration américaine. L’occupation, l’annexion et la répression impitoyable de toute résistance mériteraient beaucoup plus que la France une condamnation pour crime contre l’humanité. La France a accepté la création d’un Etat algérien alors qu’Israël dénie au peuple palestinien le droit d’exister dans un état . Alors, Monsieur Macron , ayez le courage de dénoncer ce crime contre l’humanité !

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                  20 février 2017

La France mérite mieux

La campagne de l’élection présidentielle pollue depuis deux ans la vie politique française. Avec une presse qui entretient la chikaya avec des petites intrigues politiciennes, avec des commentateurs politiques sentencieux qui exacerbent les enjeux , avec une multitude de sondages qui égarent l’opinion publique , avec des candidats qui privilégient l’éloquence et la posture au détriment du fond, les citoyens, manipulés par une hystérie sécuritaire et identitaire, doivent pourtant choisir entre : une candidate qui erre dans la  Trump Tower pour quémander en vain une entrevue , un  candidat choisi pour sa droiture et son sens moral qui tente maladroitement de banaliser l’indécence de la rétribution de son épouse, un jeune et louvoyant candidat, transfuge de la gauche, qui surfe sur le libéralisme et l’ubérisation, un candidat de la vieille  gauche qui veut se réincarner et un candidat qui nous fait miroiter des utopies. Pour sortir de ce contexte malsain, il est urgent de s’affranchir de la constitution de la cinquième République. Cette monarchie républicaine avive toutes les ambitions et incite aux pratiques sectaires, corporatistes et partisanes qui divisent la société. Son système majoritaire marginalise la moitié de l’électorat et provoque des ralliements avec des  petits arrangements et le copinage. Quel président élu aura le courage et l’abnégation d’entreprendre la grande réforme de la constitution ?

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                             5 février 2017  

Syrie, quel gâchis.

Après une  guerre civile qui a fait  trois cent mille morts , dévasté un pays magnifique et répandu la haine , nous assistons, six ans après, au  retour à la case de départ avec un régime syrien conforté. L’ingérence et l’intervention occidentale (sans légitimité) ne sont-elles pas responsable de ce gâchis ?

Pour n’avoir pas vu la complexité de ce pays, pour avoir voulu imposer dogmatiquement une Syrie sans Bachar-el-Assad, pour  avoir ignoré le soutien d’un grand nombre des Syriens au régime, pour n’avoir pas compris qu’il n’y aurait pas de printemps syrien, pour avoir fantasmé sur une opposition modérée qui n’a jamais existé (si ce n’est dans les salons parisiens), pour avoir armé des résistants dont on ne connaissait rien et qui se sont révélés des djihadistes et ,enfin, pour avoir bombardé les monstres qu’elle avait engendrés, la coalition occidentale est à l’origine du chaos dans toute la région, du drame humanitaire des émigrés et d’un terrorisme qui est une réplique à  ses frappes aériennes.

Cette situation inextricable engendrée par notre arrogance et notre inconséquence ne pouvait être résolue que par des solutions radicales. La Russie a bien compris que l’islamisme modéré n’existe pas et que le régime syrien est incontournable. Son intervention au côté de celui-ci est brutale. Mais comment peut-il en être autrement ? Le réalisme de la politique russe peut être dérangeant  mais il est préférable à  l’errance et l’incohérence politique de nos donneurs de leçons.

 

Daniel Fortis

1231  Conches                                                                                                              1er décembre 2016

Les trois petits points noirs

La télévision française a réalisé un reportage sur le porte-avions Charles de Gaulle à la gloire de l’armée française qui défend, parait-il, la France de la menace djihadiste. Elle a interviewé les « courageux » pilotes qui vont aller bombarder Mossoul et ses deux millions d’habitants. Ces fiers soldats de la République ne se préoccupent pas de la catastrophe humanitaire qu’ils vont provoquer. Persuadés que leurs bombes ne vont tuer que les Méchants, ils préfèrent fermer les yeux sur les dégâts collatéraux. Sont-ils prêts à écouter la complainte du petit Mohammed ?

«Maman et moi étions dans le jardin de notre maison à Raqqa. Tout à coup, trois petits points noirs sont apparus dans le ciel. Ils grossissaient en faisant un bruit toujours plus fort. C’étaient des avions. Sur leurs queues, il y avait trois couleurs bleu, blanc et rouge. Maman et moi avons couru vers notre maison. Il y a eu une explosion. Un nuage de poussière m’empêchait de voir. J’ai crié et appelé ma  maman. Quand le nuage de poussière est parti, j’ai vu ma maman. Elle ne bougeait plus et du sang était tout autour d’elle. J’ai crié parce que le feu avançait. Elle ne m’a pas répondu. J’ai eu tellement mal que mes yeux n’ont plus rien vu. Maintenant, je suis  dans le ciel et il n’y a plus de petits points noirs qui font beaucoup de bruit »

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                  2 octobre 2016

 

Fabriqué, déjoué et instrumentalisé

Les trois mousquetaires de la lutte antiterroriste, le compatissant Hollande, le soldat Valls et le sentencieux Cazeneuve ont remercié leurs services d’avoir déjoué la tentative d’ « attentat » au butane de trois jeunes femmes. L’une de celles-ci âgée de 19 ans ( naturellement radicalisée et fichée S ) emprunte l’auto de son père, met cinq bonbonnes de gaz dans le coffre (sans aucun système de mise à feu) et place ostensiblement une bonbonne vide sur le siège avant, abandonne la voiture dans une ruelle  et allume les feux de détresse pour être sûr que le premier passant alerte la police. Comment peut-on faire plus pour que cette tentative digne des pieds nickelés soit déjouée ? Et pourtant, cela n’a pas interpellé la sphère médiatique qui a relayé les déclarations de la police sans le moindre filtre d’un élémentaire bon sens. Cet « attentat » que leurs « auteures » ont tout fait pour qu’il échoue est à l’évidence une manipulation des services de l’Etat. Le management de la terreur est la spécialité du gouvernent français et est le dernier joker d’un président aux abois dans les sondages. L’ultime façon de remonter dans l’opinion publique (et cela marche) est d’entretenir en permanence la menace terroriste pour précipiter la population dans la peur et l’amener à soutenir ceux qui clament leur détermination à la défense de la patrie. Comment les médias français  peuvent-ils être dupes et complices de ces fourberies?

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                           10 septembre 2016

La France à la dérive

Le drame de Nice est un traumatisme qui met en évidence l’échec de la politique sécuritaire du gouvernement. L’état d’urgence, le fichage, les renseignements et les bombardements en Syrie ne sont que  duperies et  poudre aux yeux. Totalement inefficaces, ils font pourtant l’objet de surenchères de la part des guignols de la politique française qui s’écharpent pitoyablement sur ce drame pour servir leurs ambitions. Verra-t-on un jour un président français, s’affranchir de la pression politicienne et médiatique, bousculer le conformisme arrogant de l’ »élite » et briser les clivages de la société française ?

Un homme qui ose dire la vérité. Que l’état d’urgence, dirigé exclusivement contre la population musulmane, est inefficace et délétère. Que les attentats sont perpétrés par des délinquants déstructurés, d’électrons libres de la non-intégration  et de suicidaires qui se transcendent dans le martyre et l’horreur. Que les radicalisations « express »  sont une invention et une supercherie des services  pour camoufler les causes du désastre sociétal français. Que les interventions françaises en Lybie, au Mali et en Syrie sont incohérentes et illégitimes. Qu’elles  tuent dans l’indifférence des milliers de civils et donnent le prétexte à des représailles. Que le tout-sécuritaire prôné par Israël est une voie sans issue qui n’engendre que la haine. Que nos valeurs ne sont pas universelles et qu’elles ne doivent pas être imposées par la force. Que le « Vivre ensemble » ne peut exister que dans le respect de la diversité.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                    21 juillet 2016

Les dérives de l’état d’urgence

Le 7 janvier, Tarek Belgacem a été abattu à bout portant par deux policiers devant le commissariat de la Goutte-d’or à Paris. La police a livré sa version : un individu brandissant un couteau de boucher a agressé deux policiers en hurlant « Allah Akbar ». Cette version est cependant en complète contradiction avec trois témoignages précis de riverains qui n’ont pas vu d’armes et qui n’ont pas relevé d’agressivité ni de cris. Les médias ont rapidement marginalisé ces témoignages et ont matraqué la version de la légitime défense en diffusant la photo du corps du « terroriste » avec, en incrustation dans l’angle, l’image floutée d’un couteau. L’alignement des médias à la version de la police s’aggrave quand la plainte pour homicide déposée par le père de la victime est passée sous silence. L’évidente et dramatique perte de sang-froid des policiers est la conséquence délétère de l’état d’urgence qui vise les Musulmans et qui exonère les forces de l’ordre de proportionner leurs actions aux circonstances. La justice française aura-t-elle le courage de dénoncer ces dérives sécuritaires et de condamner la falsification des faits ?

Daniel Fortis
1231 Conches

Un suicide très discret

A son grand soulagement, la justice française n’aura pas à se prononcer sur l’ »attentat » du 26 juin en Isère. Les médias nous ont appris discrètement la veille de Noël, dans un entrefilet, que son « auteur », Yassin Sahli, s’était suicidé en prison avec ses draps ou un câble électrique ( selon les versions ! ). Rappelons les faits : Un père de famille musulman, habitant avec ses trois enfants et sa femme, sans antécédent, unanimement apprécié de ses voisins, de ses proches et de son employeur, s’est levé un matin pour aller décapiter son patron ! Naturellement, la police a trouvé, à postériori, qu’il était inscrit dans son fameux fichier S et qu’il aurait été mystérieusement radicalisé en quelques mois. Les médias, sans émettre le moindre doute, relaient la version officielle. Pourtant, l’opacité de l’enquête et le suicide opportun de l’accusé devrait susciter au minimum un questionnement. Une étrange similitude lie les procédures des enquêtes sur les attentats terroristes : Bouclage et camouflage des lieux de l’attentat, mise à l’écart des journalistes, brigades d’intervention cagoulées, vidéos floutées des témoins, sélection des témoignages et éviction des témoignages dérangeants, arrestations et perquisitions des proches très médiatisées et leurs libérations très discrètes, fabrication « orientée » des biographies des terroristes et matraquage en boucle de la version officielle par l’intermédiaire des chaînes dite d’informations. Une « vérité » complétement verrouillée est ainsi livrée à l’opinion publique en misant sur la naïveté des citoyens. Il viendra cependant le temps où ceux-ci finiront par refuser leur manipulation et leur infantilisation.

Daniel Fortis
1231 Conches