Archives de catégorie : science

Un MAH trop sage

Liaison historico-culturelle

Après deux ans de réflexions, une commission d’experts a rendu ses conclusions concernant la rénovation du MAH. Elles préconisent la concentration des activités sur le site historique avec une extension sur l’école des Beaux-Arts et la création en sous-sol de 2000 m2 de surface d’exposition. La presse a parlé de regard neuf et de projet novateur et ambitieux. Cependant, où trouve-t-on la nouveauté et l’ambition  dans ce projet étriqué et passéiste ? Où se trouve l’intégration du musée dans le tissu urbain, l’accessibilité depuis la basse Ville, la mise en scène du musée  et son ouverture sur la ville ? Où est son attractivité auprès des jeunes ? La plupart des musées ont développé des activités annexes pour attirer ceux-ci : restaurant, amphithéâtre, concert, son et lumière. Le cadre dans lequel s’enferme (et s’enterre) le MAH est trop convenu et trop sage. Il est ancré dans le 19eme siècle et manque d’ambition et d’ouverture. Il ignore les coûts et les difficultés de modernisation d’anciennes bâtisses pour satisfaire les exigences informatiques, techniques, sécuritaire, administratives et sanitaires. Un nouveau bâtiment (comme au Louvre) construit sur la Butte de l’Observatoire serait plus rationnel et permettrait de trouver des surfaces d’exposition  lumineuses et contemporaines ainsi que des activités culturelles et festives attractives. Un parcours spatial historico-culturel depuis le Jardin Anglais avec un cour de Rive piétonnier offrirait une liaison remarquable avec la Basse-Ville.  Cela, tout en préservant aux bâtiments actuels leurs espaces de quiétude, de réflexion et de détente. Il est important que le périmètre du prochain concours d’architecture intègre le potentiel de la Butte pour ouvrir de nouvelles perspectives qui feront du MAH un haut-lieu culturel et la renommée de Genève.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                   Genève , le 3 juillet 2018

La voiture électrique

La plupart des experts indépendants considèrent que la voiture électrique est l’avenir de la mobilité. Cependant  les lobbys de l’industrie, du pétrole et de la finance tentent de contrecarrer son avènement pour préserver leurs intérêts. Les  gouvernements  qui prélèvent des taxes exorbitantes sur les carburants sont complices.  Ce puissant cartel  falsifie les expertises  et oppose une mauvaise foi à tous les arguments en faveur de la voiture électrique. La contrainte de la recharge et l’autonomie  sont constamment évoqués et  sont présentés  comme rédhibitoires. Comme pour le téléphone portable, cette contrainte est gérable et sans rapport avec les  innombrables  avantages  qu’offre la voiture électrique. A eux  seuls , les critères du bruit et de la pollution devraient être déterminants.  Mis à part le prix d’achat actuel (dépendant du volume de production )  le critère économique  est  favorable en terme d’entretien, de fiabilité  et de prix du kilowatt .Et, enfin, le critère de confort de conduite (souplesse, accélération et sécurité) est à l’avantage de la voiture électrique.  En mettant tous ces critères en balance, il est incompréhensible qu’aujourd’hui  la majorité des conducteurs privilégient encore le bruit, les gaz polluants et les saccades des moteurs thermiques poussifs. Cependant, il faut l’avouer,  la voiture électrique a un handicap. Elle ne fait pas « vroum-vroum » et ne régale pas les oreilles des fans de décibels.  Ne serait-il pas temps de changer de mentalité ?

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                  Genève,  le 13 janvier 2018

L’éboulement de la gravière du Saleve

La troupe Antigel a organisé, le 10 février 2018 , un son et lumière dans la gravière du Salève. Cauchemar des Genevois , ce lieu dévasté et défiguré a servi de décor à une mise en scène de fin du monde où l’éboulement survenu le samedi 11 novembre 2017 à 03h du matin aurait dû avoir sa place . En effet, ce jour-là, plusieurs milliers de mètres cube se sont détachés  de la face du Salève et sont tombés dans la zone  d’exploitation de la gravière. Seule la chance a évité des conséquences dramatiques.  Cet éboulement ( dont on voit la zone de décrochage au milieu de la falaise) est passé inaperçu. Les propos lénifiants du concessionnaire de la gravière qui a déclaré que tout était sous contrôle n’ont suscité aucun commentaire. Cependant , cet incident potentiellement très grave auraient dû remettre en cause les conditions d’exploitation de cette gravière avec des questions telles que :  Sécurisation du personnel ? Fragilisation de la falaise ?  Délitement par l’eau en absence de végétation ? Etendue des zones à risques ? Purge des zones dangereuses et avenir de cette exploitation ? Il est incompréhensible que personne n’ait demandé l’ouverture d’une enquête sur l’origine et les circonstances de l’événement ainsi que  sur la fiabilité du mode d’exploitation. Faudrait-il comprendre que les intérêts économiques sont trop importants ?

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                  Genève,  le 16  février  2018

No Billag et les mathématiques

A ceux pour qui les tables de multiplication n’inspirent qu’une vague mélodie sans les paroles,  à ceux que les identités remarquables font perdre leur identité, à ceux pour qui les dérivées sont synonyme de dérive, à ceux pour qui les cosinus font prendre la tangente, à ceux  qui pensent que Pythagore est un héros mythologique, je les implore de retenir une seule règle. Un nombre négatif multiplié par un nombre négatif donne un produit positif comme l’ennemi de mon ennemi est mon ami. Ainsi lorsque vous serez devant votre bulletin de vote pour défendre la qualité, la diversité et l’indépendance  de notre information, n’oubliez pas de voter NON à NO Billag car c’est voter OUI à la Suisse et à ses valeurs.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                          Genève,  le 15 février 2018

 

Des comparaisons dérangeantes

En préambule

Mon article est une analyse comparative de scientifique entre deux tragédies que tout sépare. Mon analyse « froide » ne porte que sur les aspects techniques des incendies et de leurs conséquences matérielles. Il m’a été reproché  de verser dans le « complotisme » en éludant la souffrance humaine. C’est justement , au nom des victimes et de ceux qui restent dans la souffrance, qu’il faut rechercher la vérité . Il ne faut pas se contenter d’explications approximatives et d’apitoiement ostensible.

 

Article

Les images dramatiques de l’incendie de Londres, le 14 juin, ravivent le douloureux souvenir des attentats du 11 septembre 2001. Ce jour-là,  deux tours de 120 étages se sont effondrées et pulvérisées en quelques secondes après des incendies délimités qui ont duré une heure après l’impact des  avions. Dans l’après-midi de ce même jour, un troisième immeuble de 46 étages, le World Center 7 , a subi ( sans avoir été atteint par des avions) , de façon inexpliquée, des feux ponctuels dans divers étages. A 17h 25, cet immeuble,  s’est pulvérisé en 7 secondes (à la vitesse de la chute libre) dans un effondrement symétrique et centralisé. La stupéfiante conclusion de l’enquête de l’administration américaine est que « l’effondrement est dû aux incendies ».

Ce qui s’est passé à Londres le 14 juin nous apporte la preuve que cette conclusion est une ineptie. Alors que les 27 étages de l’immeuble londonien se sont transformés en une immense torche ardente pendant toute une nuit, le lendemain, la structure entièrement calcinée était intacte. Cela confirme que, depuis que l’Homme construit des immeubles en béton et en acier, il n’existe pas un seul cas dans le monde où un incendie a eu comme conséquence un effondrement total  en quelques secondes. La communauté scientifique et , plus particulièrement, les ingénieurs civils et les spécialistes en démolition assistée ne sont pas dupes. Ils savent qu’une intervention extérieure a provoqué l’effondrement du World Center 7. Cependant, ils se taisent car ils craignent la mise au ban et l’opprobre général réservés aux « complotistes ». En effet, il ne faut pas toucher au mythe fondateur de la nouvelle forme de gouvernance planétaire appelée la terrocratie.

 

Daniel Fortis – ingénieur civil EPFZ

1231  Conches                                                                                        Genève,  le 17 juin 2017

 

La menace planétaire sur nos démocraties

Les cyberattaques  se multiplient . Des hackers neutralisent et rançonnent des entreprises , des industries, des administrations et des  hôpitaux. Ils exploitent les mêmes failles de logiciels  que  la NSA  a abondamment utilisées pour nous espionner.  Les  apprentis-sorciers de l’agence de sécurité américaine sont à l’origine de ces fuites. Ils devraient mettre tout en œuvre pour lutter contre cette nouvelle forme de terrorisme. Imaginez  les conséquences des piratages des systèmes de sécurité des centrales nucléaires, des administrations , des services de la santé, des systèmes de signalisation routières, des contrôles aériens ou des états-majors des armées. . Cette menace apocalyptique est infiniment plus dangereuse que la menace terroriste djihadiste. Cependant , face à cette nouvelle menace,  que font nos gouvernements ?  Ils paraissent ne pas avoir pris conscience du danger car ils  ne consacrent que peu de moyens pour nous en protéger. Ont-ils encore les moyens de s’y opposer ? La nouvelle gouvernance mondiale des  GAFA  ( Google, Apple, Facebook  et Amazon) a déja pris le contrôle de nos vies privées. Pourquoi  ces « monstres » ne s’attaqueraient-ils pas à  la sphère publique et à nos administrations ? Si rien n’est entrepris, nos démocraties  et nos civilisations se dilueront  dans l’avancée rampante de ce totalitarisme numérique.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                      Genève,  le 28 juin 2017

 

Une nouvelle forme de terrorisme

Ces derniers jours, des industries, des administrations, des ambassades et des hôpitaux ont été la cible d’une cyberattaque mondiale. Ces rouages essentiels de notre société ont été neutralisés , paralysés et rançonnés. Cette prise en otage odieuse n’est qu’un avertissement. Potentiellement, cette nébuleuse criminelle  est capable  d’asservir , avec un clic de souris, la planète. Imaginez une prise contrôle des systèmes de sécurité des centrales nucléaires, des administrations publiques , des services de la santé, des services de distribution électriques, des systèmes de signalisation routières, des contrôles aériens ou des état-majors des armées. Ce cataclysme ferait des  millions de morts et transformerait le monde en un capharnaüm . Cette menace terroriste tentaculaire , sans aucune commune mesure avec celle de quelques psychopathes djihadistes, est une épée de Damoclès. Le 13 septembre  2001, deux jours après les attentats, une guerre totale contre le terrorisme islamiste était déclarée sans preuve. Aujourd’hui, face à une menace identifiée et infiniment  plus dangereuse,  les gouvernements sont sans réaction. Ont-ils encore les moyens de s’y opposer ? La nouvelle gouvernance mondiale des  GAFA  ( Google, Apple, Facebook  et Amazon) a déja pris le contrôle de nos vies privées. Pourquoi  ces « monstres » ne lancerait-ils pas leur filet ( le net) pour contrôler la sphère publique et les gouvernements ? Ce totalitarisme numérique rampant est la plus grande menace pour nos démocraties et nos civilisations.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                              Genève, le 17 mai 2017

Les marchands de lune

Elon Musk, fondateur de  Space X, va envoyer en 2018  deux personnes derrière la lune et revenir sur terre dans une capsule hermétique,  sécurisée et programmée. Cela ressemble aux homme-fusées dans les fêtes foraines d’antan . Comment un entrepreneur aussi génial , inventif, visionnaire et ambitieux peut-il se satisfaire d’ un « saut de puce » aussi dérisoire après les « incroyables » missions Apollo ? Il y a quarante-huit ans, des fusées Saturne décollaient du cap Canaveral avec trois engins autonomes ayant chacun leur système de propulsion et leur système de survie pour trois astronautes. Ceux-ci occupaient successivement le module, le LEM et la capsule au gré des mises en orbite, des manœuvres de séparation , d’arrimage, d’alunissage et d’amérrissage. Arrivés sur la lune , ils se déplaçaient avec un véhicule, ils faisaient du jogging et tapaient des balles de golf !  Comment peut-on croire que les ingénieurs de la NASA aient pu réaliser ce prodigieux exploit en 1969 avec la technologie et les ordinateurs des années 60, alors qu’aujourd’hui, ils ne sont  capables que d’un saut de puce derrière la lune ? Pour tenter d’expliquer ce mystère, il existe deux réponses : soit nous sommes en régression scientifique et technologique, soit  les missions Apollo ne sont qu’une fiction cinématographique. Le dicton populaire « Il ne faut pas croire qui promet la lune » doit nous inspirer pour donner la réponse.

 

Daniel Fortis

7, chemin des Bougeries                                                                                                 2 mars 2017

Les théories du complot ont la vie dure

Votre journal ( TdG du 16 et 17 janvier) consacre cinq pages aux théories du complot. Douze théories sont caricaturées en quelques lignes. Déclarées comme spécieuses, vos journalistes les tournent en dérision en ignorant tout de leur fondement, de leur complexité et de l’argumentation objective des faits. Ils se lancent dans une étude psychologique des complotistes victimes de radicalisation par internet. Dans le cadre des attentats du 11 septembre 2001, ils auraient de la peine à démontrer la déviance complotiste de plus de deux mille bureaux d’ingénieurs et d’architectes américains dont la compétence est évidente. Ceux-ci ont tous signé un manifeste rejetant les conclusions incohérentes de l’enquête de l’administration américaine au motif qu’elle bafoue les plus élémentaires lois de la physique, de la statique, de la dynamique et de la chimie et réclament l’ouverture d’une enquête indépendante. Ils sont dès lors marginalisés et contraints de se défendre d’être négationnistes, antisémites, islamistes, fascistes ou communistes et d’expliquer leur déviance complotiste. La réponse est pourtant simple. L’histoire récente est pleine de mensonges à l’origine de complots avérés. L’incendie du Reichstag, le massacre de Katyn, le charnier de Timisoara, les moines de Tibhirine, l’assassinat d’Arafat, le massacre des bébés koweitiens et, enfin, les armes de destruction massive en Irak. Les mensonges à l’origine de ces complots sont accompagnés d’une instrumentalisation médiatique et politique avec des sondages, des micros-trottoirs, des statistiques et des expertises tendancieuses. Le matraquage du mensonge permet d’en faire une vérité. Napoléon Bonaparte disait que « L’Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord ». La vérité est cependant tenace et ceux qui la réclament ne sont pas prêts de se taire.
Daniel Fortis
1231 Conches

Crash A320: l’info en question

La tragédie de l’A 320 de la compagnie Germanwings a suscité la stupeur , l’effroi et l’incompréhension. Dans un climat émotionnel extrême, les médias nous ont donné en permanence des informations fluctuantes au gré des témoignages, des déclarations, des avis d’expert et des analyses. L’enquête avec ses rebondissements ressemblait à une série télévisée américaine dans laquelle chacun peut trouver sa vérité. Pendant une semaine, les divers scénarios se sont succédés : problèmes techniques, dépressurisation, faute de pilotage, terrorisme et, enfin suicide. A chaque scénario, les reporters trouvaient des témoignages ou avis d’experts pour accréditer la version du jour jusqu’au moment où la police, le ministère, le procureur ou une commissions n’infirment cette version. Alors les journalistes remisaient leur scénario et recherchaient d’autres témoignages concordants avec la nouvelle version. Ce journalisme de l’événementiel en temps réel est incapable de faire des investigations indépendantes, de vérifier ses sources et de faire une synthèse. A sa décharge, il est empêché en haut lieu de faire ce travail avec la sécurisation systématique par la police des scènes du drame et des sources d’informations. Il en est réduit à faire la caisse de résonnance des déclarations officielles du gouvernement. La version finale établie par celui-ci est soigneusement choisie pour ne pas affecter les milieux économiques ou politiques et pour ne pas nuire à la cohésion nationale. C’est ainsi que la version du suicide du copilote est apparue la moins dommageable pour les divers intérêts en jeu. Les médias deviennent alors la courroie de transmission des annonces des forces qui nous gouvernent ou, plutôt, qui nous manipulent.