Le meilleur des mondes

La presse a annoncé le premier clonage d’embryon humain. Cette nouvelle doit nous réjouir car de nombreuses maladies incurables seront vaincues et notre espérance de vie sera prolongée.

Qu’en pensent les Afghans pour qui l’espérance de vie ne dépasse guère plus de 40 ans? Bénéficieront-ils des progrès de la science ? et à quel prix ?. Pour l’instant, les bombes américaines écrasent les Talibans qui pour la plupart ne savaient pas ce qui c’était passé le 11 septembre. Loin de s’attaquer aux origines du terrorisme, cette guerre conforte l’hégémonie du monde occidental sur le reste du monde. La chaîne CNN, complètement inféodée à l’impérialisme américain, désinforme et manipule l’information pour imposer son idéal de société basé sur deux fondements : La glorification de la puissance militaire américaine défendant la planète des forces du MAL et la présentation en permanence des cours de la bourse garantissant aux retraités américains liftés et DHEAlisés de jouer au golf jusqu’à 100 ans sous le soleil de Floride.

Ce monde idyllique auquel aspirent tous les Américains à un coût. Mais ce coût est supporté principalement par le reste du monde. Comment, en effet, financer le bien-être à nos toujours plus nombreux retraités ? Les produits financiers, le pillage des matières premières au mépris de l’environnement et l’exploitation à bas prix de main d’œuvre corvéable apportent la solution.

Nous comprenons bien que pour accéder à ce « meilleur des mondes » il faut faire la guerre à ces barbares qui s’attaquent à notre puissance économique.

Cette croisade sous la bannière étoilée oblige, sous peine de sanctions, tous les gouvernements à faire allégeance aux Etat-Unis ( « tout pays qui n’est pas avec nous est contre nous » G. W. BUSH ).

Cependant, les peuples et leurs consciences n’accepteront pas cet impérialisme et finiront par se révolter devant cette arrogance intolérable.

La manipulation des esprits

Au lendemain de l’attentat du 11 septembre, les Etats-Unis sont entrés en guerre contre le terrorisme. Avant d’analyser les résultats de l’enquête, les autorités ont désigné des coupables facilement identifiables pour le citoyen américain. A l’aide de schémas tirés de la filmographie d’Hollywood, ils ont défini le scénario : Ben Laden dans le rôle du docteur NO, les talibans dans le rôle des abominables créatures sanguinaires mi-homme, mi-démon, Al Quaïda avec ses milliards de dollars, et le décor de l’Afghanistan avec ses bases secrètes.

Cependant, tous les faits contredisent ce scénario manipulateur et simpliste. Les autorités américaines ont été contraintes de « trouver » opportunément une cassette vidéo dans une maison en ruine pour impliquer Ben Laden. Les abominables talibans se sont avérés soit des « illuminés » soit des « paumés » de la civilisation occidentale qui, pour la plupart, ne savaient pas ce qui s’était passé le 11 septembre. Les bases secrètes truffées de technologie de pointe et abritant des armes effroyables, biologiques et nucléaires, se sont avérées des « grottes rudimentaires » et les armes, des Kalachnikov vétustes et des vieux chars russes aussi fiables qu’une Lada. Les millions de dollars nécessaires à la préparation de l’attentat se sont transformés en quelques milliers de dollars pour acheter des billets d’avion, des cutters et des programmes de simulations de vol.

Les autorités américaines continuent de mentir sur les ramifications planétaires du terrorisme dans la préparation de ces attentats et occultent la démarche individuelle qui anime les terroristes aussi bien aux Etats-Unis qu’en Israël. Mis à part quelques révélations sur les terroristes ayant séjournés en Europe, une chape de plomb pèse sur les autres terroristes. Ne serait-il pas primordial d’étudier le parcours et la personnalité de ces kamikazes pour comprendre et combattre le terrorisme? A t-on peur de dévoiler que ceux-ci ont sacrifié leur vie à travers une démarche personnelle qui repose sur la désespérance et l’humiliation. Le manichéisme et le bellicisme américain occultent cette analyse pour continuer à entretenir l’hystérie antiterroriste.

Cependant, si les Etats-Unis ne s’attaquent pas aux causes de ce terrorisme, celui-ci ne sera jamais éradiqué. Et, ce n’est pas la formidable puissance américaine qui, au mépris de toutes les règles humanitaires, y parviendra. Le résultat de cette politique ne sera pas seulement improductif mais engendrera encore plus de fanatisme et de haine.

 

 

Pour échapper à cet engrenage infernal, les Etats-Unis doivent comprendre qu’ils ne sont pas seuls sur cette planète et que leurs valeurs, la force et l’argent, ne sont pas des valeurs de paix.