Archives pour la catégorie societe

La France à la dérive

Le drame de Nice est un traumatisme qui met en évidence l’échec de la politique sécuritaire du gouvernement. L’état d’urgence, le fichage, les renseignements et les bombardements en Syrie ne sont que  duperies et  poudre aux yeux. Totalement inefficaces, ils font pourtant l’objet de surenchères de la part des guignols de la politique française qui s’écharpent pitoyablement sur ce drame pour servir leurs ambitions. Verra-t-on un jour un président français, s’affranchir de la pression politicienne et médiatique, bousculer le conformisme arrogant de l’ »élite » et briser les clivages de la société française ?

Un homme qui ose dire la vérité. Que l’état d’urgence, dirigé exclusivement contre la population musulmane, est inefficace et délétère. Que les attentats sont perpétrés par des délinquants déstructurés, d’électrons libres de la non-intégration  et de suicidaires qui se transcendent dans le martyre et l’horreur. Que les radicalisations « express »  sont une invention et une supercherie des services  pour camoufler les causes du désastre sociétal français. Que les interventions françaises en Lybie, au Mali et en Syrie sont incohérentes et illégitimes. Qu’elles  tuent dans l’indifférence des milliers de civils et donnent le prétexte à des représailles. Que le tout-sécuritaire prôné par Israël est une voie sans issue qui n’engendre que la haine. Que nos valeurs ne sont pas universelles et qu’elles ne doivent pas être imposées par la force. Que le « Vivre ensemble » ne peut exister que dans le respect de la diversité.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                    21 juillet 2016

Un nouveau souffle pour l’Europe

Libérée de l’obstruction systématique de l’Angleterre en matière de politique étrangère, de transparence fiscale, de  défense et d’environnement, l’Europe pourra enfin mieux  affirmer son identité et ses idéaux après son divorce avec la « vieille » Angleterre. Ce pays n’a jamais été européen et s’est toujours aligné sur les Etats-Unis auxquels il pourra demander son adhésion comme cinquante-et-unième Etat.

Quant à l’Europe, elle doit saisir sa chance et se redynamiser autour de ses valeurs. S’affranchir de l’ultralibéralisme anglo-saxon et de ses lobbys, quitter l’Otan, soigner sa russophobie et son islamophobie, résister à la big-datarisation et à notre flicage au nom de la lutte contre le terrorisme. Mais, aussi, réformer ses institutions, sanctionner les dérives populistes et ultranationalistes de certains de ses membres, réduire et dynamiser son mammouth bureaucratique et défendre les valeurs humanistes et environnementales.

Elle peut s’inspirer du modèle suisse en mettant en évidence sa diversité culturelle, linguistique, géographique et ses valeurs communes à travers sa riche et mouvementée histoire. Instaurer un mode de communication autre que la dictature de l’anglais qui n’est plus aujourd’hui une langue européenne. Souvenez-vous de l’espéranto, cette langue aux racines diverses inventée par un Polonais, Ludwik Zamenhof en 1887. Elle aurait pu être le ciment de l’Europe. Malheureusement, elle a été combattue par les régimes conservateurs et fascistes. De telle initiative sont nécessaires pour donner un nouveau souffle à l’Europe.

 

Daniel Fortis                                                                                                      Genève, le 1er juillet 2016

1231 Conches

LA CULTURE-FOOT

 

A l’occasion de la grand-messe de l’Euro de foot, votre journal (TdG du 4-5 juin) a consacré six pleines pages de squizz et de jeux pour les  fans . En première page, huit photos de tatouage, de barbe, d’amygdales, de boucles d’oreille et de nombril sont à attribuer aux diverses vedettes du football. Les réponses gagnantes sont les amygdales de Zlatan  Ibrahimovic et le nombril de Xherdan  Shaquiri. En deuxième et troisième pages, un jeu de l’oie avec des questions telles que « Quelles sont les attitudes de l’entraineur anglais Roy  Hodgson  sur le banc de touche : fume-t-il, crache-t-il ou jure-t-il ?  En quatrième page, dix citations de footballeurs qu’il faut restituer à leurs auteurs ( l’une des plus élégantes : Viens chez moi et tu verras si  je suis homosexuel. Et ramène ta sœur aussi….  ). Et, le plus érudit sera celui qui aura attribué cette citation au semi-Dieu philosophe Zlatan. A la cinquième page, l’apologie du foot à travers les réseaux sociaux, les applications, les jeux , les paninis et autres qui rapportent des millions aux dirigeants de la FIFA. Enfin, dans la dernière page de ce supplément week-end, il est proposé aux enfants, pour développer leur sens de la sportivité, un découpage pour habiller leur équipe honnie qu’ils doivent piquer d’aiguilles façon vaudou. N’a-t-on pas atteint les sommets de la vulgarité ? On peut en douter en voyant ces millions de supporters avinés et vociférants  et douter aussi de l’avenir de notre prétentieuse et arrogante  civilisation. Le football pourrait cependant être porteur de valeurs positives s’il s’affranchissait de la dictature de l’argent.

 

Daniel Fortis

1231 Conches

Iran diabolisé, Iran courtisé.

Depuis la levée de l’embargo, tous les gouvernements d’Europe déroulent le tapis rouge aux dirigeants iraniens. L’appât du gain leur a fait oublier qu’ils ont diabolisé l’Iran pendant quarante ans, qu’ils ont tenté de le détruire en armant Saddam Hussein, qu’ils lui ont imposé un embargo et que Laurent Fabius, qui aujourd’hui le courtise, l’avait menacé de bombardements. Quelle fourberie ! Ce pays a résisté en s’arcqueboutant sur ses valeurs et sur un régime autoritaire suscitant de nombreuses critiques. Il est pourtant dépositaire d’une histoire à l’origine des plus grandes avancées de notre civilisation : la sédentarisation, l’agriculture, l’écriture, l’astronomie et les premières lois sociétales. Au 20eme siècle , l’avidité et l’ingérence des compagnies pétrolières, la corruption, les coups d’Etat et les répressions ont éprouvé ce pays. Cette douloureuse histoire a créé un Iran complexe, contradictoire et écartelé entre des réformateurs et les conservateurs. Ma modeste expérience iranienne m’a permis d’apprécier son peuple évolué, cultivé, fier et bienveillant. Celui-ci doit profiter de l’ouverture économique pour ne pas aggraver la fracture sociale. L’Iran doit se garder de ressembler aux monarchies du Golfe inféodées à l’argent et à l’Occident. Il doit aussi, sans renier ses valeurs islamiques, s’affranchir de l’intégrisme religieux. Sa riche histoire, la diversité de ses origines et ses poètes doivent l’inspirer. C’est la meilleure réponse à ceux qui ont mis ce magnifique pays au ban des nations. Ils n’ont pas eu la chance de voir l’envoûtante place Royale d’Ispahan, d’admirer la magie visuelle de sa mosquée et de déambuler dans ses parcs qui dégagent un sentiment de sérénité et de paix.
Daniel Fortis
1231 Conches

Les formes diverses des complots

Devant la persistance du doute des citoyens, les médias multiplient les émissions sur les théories du complot pour les diaboliser. De façon incompréhensible, aucun dissident n’est invité au prétexte que leurs thèses sont dangereuses pour l’ordre publique ! Les journalistes se prêtent à un simulacre de recherche de vérité et, avec un amalgame de théories saugrenues, ils ironisent, décrédibilisent et condamnent toutes les théories sans aucune analyse. Le vrai journalisme n’a pas peur de donner la parole aux contestataires et leur permet d’expliquer les formes diverses que peuvent prendre les complots. La scénarisation des événements, l’infiltration de groupes, le truquage des enquêtes et des expertises, le matraquage médiatique et l’ instrumentalisation politique peuvent en être les composants. Les complots de l’administration américaine avec le mensonge des armes de destruction massive irakiennes et celui du massacre des nouveaux-nés koweitiens en 1990 en sont des exemples. Mais les complots peuvent aussi comporter que partiellement ces composants. Les attentats déjoués résultent la plupart du temps d’un complot consistant à infiltrer un réseau, suggérer et faciliter l’organisation de l’attentat et arrêter les terroristes. Ils peuvent être aussi minimalistes en laissant se réaliser des événements pour ensuite les instrumentaliser ( Pearl-Habour et le 11 septembre). La complexité, la sophistication et la subtilité de ces scénarios issus des services secrets sont ignorées pour ne laisser la place qu’à la diabolisation de tous ces « dangereux » complotistes qui osent contester la pensée unique.
Daniel Fortis
1231 Conches

Les théories du complot ont la vie dure

Votre journal ( TdG du 16 et 17 janvier) consacre cinq pages aux théories du complot. Douze théories sont caricaturées en quelques lignes. Déclarées comme spécieuses, vos journalistes les tournent en dérision en ignorant tout de leur fondement, de leur complexité et de l’argumentation objective des faits. Ils se lancent dans une étude psychologique des complotistes victimes de radicalisation par internet. Dans le cadre des attentats du 11 septembre 2001, ils auraient de la peine à démontrer la déviance complotiste de plus de deux mille bureaux d’ingénieurs et d’architectes américains dont la compétence est évidente. Ceux-ci ont tous signé un manifeste rejetant les conclusions incohérentes de l’enquête de l’administration américaine au motif qu’elle bafoue les plus élémentaires lois de la physique, de la statique, de la dynamique et de la chimie et réclament l’ouverture d’une enquête indépendante. Ils sont dès lors marginalisés et contraints de se défendre d’être négationnistes, antisémites, islamistes, fascistes ou communistes et d’expliquer leur déviance complotiste. La réponse est pourtant simple. L’histoire récente est pleine de mensonges à l’origine de complots avérés. L’incendie du Reichstag, le massacre de Katyn, le charnier de Timisoara, les moines de Tibhirine, l’assassinat d’Arafat, le massacre des bébés koweitiens et, enfin, les armes de destruction massive en Irak. Les mensonges à l’origine de ces complots sont accompagnés d’une instrumentalisation médiatique et politique avec des sondages, des micros-trottoirs, des statistiques et des expertises tendancieuses. Le matraquage du mensonge permet d’en faire une vérité. Napoléon Bonaparte disait que « L’Histoire est une suite de mensonges sur lesquels on est d’accord ». La vérité est cependant tenace et ceux qui la réclament ne sont pas prêts de se taire.
Daniel Fortis
1231 Conches

L’énigme des photos floutées

En plein débat sur le renforcement de la loi sur le renseignement, les services secrets américains révèlent l’imminence d’une action terroriste à Genève. Quatre terroristes sont apparemment recherchés. Les médias diffusent la photo de leur groupe. Mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, les photos sont FLOUTEES ! Pourquoi ? Quelles sont les obscures raisons d’empêcher le simple citoyen d’identifier une personne qui le menace et de lui retirer la possibilité de donner des renseignements essentiels pour la maîtriser ? Cet incompréhensible floutage s’apparente à une non-assistance à personne en danger.
Cette volonté de tenir à l’écart le citoyen est suspecte. Elle révèle que les services de sécurité préfèrent garder la main mise sur l’enquête quitte à se priver de renseignements propre à arrêter plus rapidement les terroristes. Où est la démocratie dans cette rétention d’informations ? Faudrait-il comprendre que leurs desseins est de contrôler la rédaction de la version officielle pour instrumentaliser leurs conclusions ? Il est inquiétant que la société soit infantilisée et manipulée par des services qui exploitent la peur.
Daniel Fortis
1231 Conches

La réponse dérisoire de l’Europe face au phénomène migratoire

Confrontés au déferlement de migrants, les gouvernements européens ont pris des mesures dérisoires sans relation avec l’ampleur du phénomène. Que représente l’accueil de quelques centaines de milliers de migrants face aux dizaines de millions de gens désespérés de Syrie, d’Irak, de Libye et d’Afrique qui sont prêts à tout pour venir chez nous ? Si rien n’est entrepris, le flux migratoire actuel va devenir un raz-de-marée qu’aucune frontière n’arrivera à contenir. La seule solution est d’agir dans ces pays et de prendre nous-même en charge la réhabilitation d’un cadre de vie acceptable pour ses habitants. Cela incombe à l’Occident responsable de la fragmentation territoriale, du pillage des ressources et de la corruption des dirigeants de ces pays. Cela incombe aux Américains, Anglais et Français responsables de la déstabilisation de ces pays par leurs dramatiques interventions militaires en Irak ,en Afghanistan, en Libye, et maintenant en Syrie. Cela incombe à nos instances financières et économiques complices des Etats du Golf et des paradis fiscaux qui monopolisent toutes les richesses. Cela incombe à nos sociétés consommatrices et énergivores responsables du dérèglement climatique qui contraint à l’exode des populations entières. Nos dogmes productivistes et consuméristes ont été imposés à la planète pour notre seule prospérité. Ils ont créé de tels déséquilibres qu’il est de notre devoir de les corriger. Cet enjeu planétaire n’a pas encore été compris par nos dirigeants.

Daniel Fortis
1231 Conches

La Turquie et la lutte antiterroriste

Les gouvernements occidentaux se sont réjouis du ralliement du gouvernement turc à la coalition internationale contre les terroristes de Daesh. Le premier jour, les avions turcs ont bombardé quelques positions terroristes et, insidieusement, dès le deuxième jour, ils ont visé une autre cible beaucoup plus importante pour eux : leurs ennemis séculaires, les indépendantistes kurdes qui combattent, pourtant eux aussi, Daesh. Allez comprendre la logique. Celle-ci ne peut être comprise que par l’instrumentalisation perfide de la lutte antiterroriste pour la défense d’intérêts politiques, géostratégique, expansionnistes et économiques. Au prétexte de celle-ci, les Américains ont envahis l’Afghanistan et l’Irak. Les Russes ont écrasé les indépendantistes tchétchènes. Les Chinois ont maté la rebellion tibétaine. Les Israéliens ont construit le mur de la honte pour sanctuariser leurs conquêtes territoriales et les Français font du néocolonialisme sur le continent africain. Sur le plan intérieur, la lutte antiterroriste a permis d’imposer à tout le monde le fichage et les écoutes téléphoniques ainsi que le controle de nos courriers, de nos déplacement et de nos dépenses par d’obscures services de renseignements qui exploitent la nébuleuse informatique et les réseaux « sociaux ». Tétanisé par une menace terroriste, mise en scène en permanence par nos gouvernements, les citoyens ne réagissent plus. Ils finiront par être transformés en une masse d’individus surveillés, manipulés et conditionnés pour fonctionner en consommateurs dociles et interchangeables dans une structure soumise aux seules lois économiques.

Daniel Fortis
1231 Conches