Archives de catégorie : divers

Synagogue – suite

L’INCENDIE DE LA SYNAGOGUE – SUITE

Le juge d’instruction chargé de l’enquête sur l’incendie du 24 mai 2007 a déclaré que l’enquête était au point mort . Après cinq mois d’enquête : « pas d’indice », « aucun témoin », « analyse ADN sans résultat » et mode opératoire inconnu. Et, conclusion du juge, « il reste peu de chance de mettre la main sur le coupable » .

Comment nos élus et la communauté juive peuvent-ils se satisfaire de cette lamentable conclusion après l’émotion suscitée ? Au lendemain de l’incendie, en l’absence de tout indice, et avant tout enquête, des propos outranciers étaient prononcés et les coupables désignés : « acte antisémite, acte terroriste, Nuit de Crystal «

La communauté se réfugiait dans une victimisation injustifiée et nos élus cédaient à ce « terrorisme » en défilant en cortège repentant et larmoyant.

Il est essentiel que cette enquête aboutisse pour trouver les coupables mais aussi pour faire cesser notre culpabilisation.

Notre trublion cantonal se déchaîne

Notre trublion cantonal se déchaîne.

Maître Charles PONCET, notre trublion cantonal, a de nouveau sévi. Dans une lettre ouverte publiée dans l’Hebdo du 31 août 2006, il s’est, cette fois, défoulé sur Micheline Calmy-Rey. Il fustige notre conseillère fédérale pour avoir évoquer le caractère disproportionné de l’agression israélienne au Liban. Il n’a pas assez de mots pour la vilipender : réaction calamiteuse, gaffe monumentale, insigne gaucherie. Il l’accuse de ruiner l’image de la Suisse. De quelle image parle-t-il ? De celle d’une Suisse opportunément neutre pour préserver, en toutes circonstances, ses intérêts financiers ou de celle d’une Suisse garante des Conventions de Genève ?

Traitée de grenouille coassante, il l’accuse d’être inféodée à des intellectuels gauchistes, antisémites et au crâne ovoïde !!!

L’outrance de ces propos révèle chez son auteur soit une phobie anti-féministe et anti-socialiste soit un délire de son égo – lui aussi disproportionné.

Il se trouve bien seul dans sa condamnation. La commission du Conseil des Etats n’a rien eu à redire aux propos de la ministre et quatre Suisses sur cinq l’approuvent. Mis à part l’administration américaine et ses « caniches », tous les gouvernements ont réagi à la folie destructrice qui a saisi les dirigeants israéliens.

En regard à ses prises de positions antérieures, l’éloge de la frilosité et du « d’abord se taire » (« primum tacere » pour ses lecteurs érudits) est proprement sidérant de sa part. Il est vraiment à géométrie variable avec ses convictions et sa propension à agresser.

Il est dommage qu’il mette son érudition au service de diatribes dont l’outrance n’a d’égal que leur dérision.

L’arrière-gauche de la Trinité et Tobago

L’arrière-gauche de la Trinité et Tobago

« Carton rouge », le livre du journaliste anglais Andrew Jenning sur les magouilles financières de la FIFA et du CIO , s’est vu frappé d’interdiction en Suisse !!!. Devrait-on comprendre que notre pays, qui abrite ces organisations, veut occulter les commissions, les pots-de-vin et les tricheries qui gangrènent le sport-fric ?

La plupart des milieux journalistiques étaient pourtant« montés aux barricades »,au nom de la liberté d’expression, pour s’opposer à la censure des pitoyables caricatures de Mahomet. Pourquoi restent-ils silencieux devant cette scandaleuse censure ? Faudrait-il comprendre que le football ,devenu la nouvelle religion mondiale, est intouchable ? Les grands acteurs de l’économie mondiale l’ont bien compris et sponsorisent la grand- messe du foot. Ils ont compris l’intérêt de se rapprocher du « peuple » pour atténuer leur image de mondialistes voraces.

Le foot, c’est l’opium du peuple, c’est l’exutoire de la frustration sociale et c’est l’exacerbation d’un nationalisme primaire. Les empereurs romains avaient bien compris qu’il fallait offrir au peuple du pain et des jeux ( auxquels il faut ajouter aujourd’hui la bière et les filles de l’Est) pour qu’il se tienne tranquille. La paninimania s’est emparée de tous nos écoliers qui encombrent leurs neurones à retenir le nom de l’arrière-gauche de la Trinité et Tobago.

La télévision va orchestrer ce grand raout mondial. Tout le monde sera « scotché » devant son écran pour voir deux équipes favorites faire un match nul convenu d’avance pour éliminer un outsider. On finira par souhaiter que l’arrière-gauche de la Trinité et Tobago inscrive sur un coup de tête, à la dernière minute, le but qui qualifiera son équipe en finale du Mondial. Une finale « Suisse – Trinité et Tobago », quelle belle affiche ! Allez « Hop Suisse ».

 

Impressions d’Inde

IMPRESSIONS D’INDE

KERALA 28.03.2005 au 15.04.2005

 

Pays de tous les superlatifs, de tous les contrastes et de toutes les contradictions. Rien n’est ici banal, insignifiant ou médiocre. La normalité de nos valeurs est ici complètement bouleversée. Comme dans une séance d’ayurveda, notre corps et notre tête sont massés, frottés, frappés sans ménagement entre bien-être et souffrance. On en ressort sonné mais serein.

La succession d’images, d’impressions où se mêlent bonheur de vivre et souffrance submerge notre conscience à tel point que le trop-plein se déverse dans notre inconscient. Des nuits agitées restituent dans des rêves délirants, cette surabondance de ressenti.

Malgré le foisonnement incohérent des images, les scènes de la vie quotidienne obéissent à une ordonnance où chaque personne et chaque chose a un sens. Des femmes cassent des cailloux pour l’encaissement des routes, des hommes cheminent le long des routes sans but apparent, toute sorte de véhicules poussifs et vétustes circulent dans un flux tortueux et bruyant mais laminaire, des enfants aux sourires radieux manifestent leurs exubérances, les femmes aux saris de couleurs flamboyantes cheminent avec une démarche princière à côté de mendiants dans une déchéance extrême et des vaches alanguies regardent placidement les agitations de la foule. La vie s’écoule simplement, sans agressivité et sans compétition. La circulation avec ses dépassements effectués dans des conditions apparemment périlleuses, deviennent une sorte de ballet accompagné par un concert de klaxon à la signification bien précise. Aucun agent de circulation, aucune priorité, aucune agressivité, aucun vroum-vroum d’excités macho, mais, l’attention, le respect de l’autre et une vitesse modérée pour réagir en toute circonstance.

 

Immense pays qui a su intégrer, assimiler et faire cohabiter toutes les cultures ( Aryenne, grecque, chrétienne, moghole, occidentale ) et toutes les religions. La tolérance et la sagesse ont permis cette cohabitation. Ainsi les chrétiens pour ne pas heurter les autres religions se déchaussent dans les églises, respectent la distinction des hommes et des femmes. L’appel à la prière du muezzin est discret. Et chacun respecte les fêtes de l’autre.

 

Cet admirable et fragile équilibre risque cependant d’être balayé et submergé par le tsunami de la modernité et du matérialisme occidental. Toutes les publicités sont réalisés avec des modèles indien « occidentalisés » et provocants. Le cinéma et la télévision indienne sont pollués par des émissions débiles inspirées par notre civilisation. La société traditionnelle indienne résistera-t-elle au mirage occidental ?

 

Ce pays souffle le « chaud et froid » sans transition. La sublime harmonie des Backwaters contraste avec l’extrême inhumanité des grandes villes. La pureté et l’exubérance des paysages du Kerala s’oppose à la laideur et à la pollution des mégalopoles. La richesse indécente de quelques-uns côtoie l’indigence révoltante des autres.

L’Inde repousse les extrêmes pour mieux nous faire comprendre la grandeur et la fragilité de notre condition humaine.

Succès titanesque

Tous les médias ont relaté l’exploit historique de l’atterrissage de Huygens sur Titan, le satellite de Jupiter. La jubilation des scientifiques devant leurs écrans nous a fait oublier, un moment, les malheurs de notre planète. La perspective de comprendre l’évolution de notre planète il y a trois milliards d’années a suscité des propos dithyrambiques sur l’avancée de nos connaissances. Un amalgame de spectaculaires animations virtuelles suivies de clichés ternes ( agrémentés d’une bande sonore !!! ) provoque l’extase de ces scientifiques fonctionnarisés qui pourront justifier et reconduire les énormes budgets qu’on leur octroie. Ils pourront aussi préparer de nouvelles missions dont le succès est curieusement et systématiquement assuré – s’ils ne confondent pas les mètres et les yards dans leur calcul.

Dans un monde, où les gouvernements sont incapables de mettre en place un réseau d’alerte rudimentaire pour avertir dans un délai de quelques heures la venue d’un tsunami, on fait joujou avec des engins sophistiqués afin de combler un vide quasi métaphysique. A l’heure où tous les voyants sont au rouge concernant la dégradation de notre environnement et où l’urgence d’une réaction mondialisée n’est pas de trois milliards d’années mais de quelques décennies, certains pays comme les Etats-Unis refusent de signer les accords de Kyoto. Les puissances occidentales préfèrent consacrer des milliards à la recherche spatiale pour asseoir leur suprématie et leur puissance.

Même si cette recherche peut être porteuse d’espoir, les retombées restent aléatoires et lointaines par rapport à l’urgence de la situation.

Que dirons-nous à nos enfants et petits-enfants lorsqu’ils nous demanderont « Qu’avez-vous fait au début du siècle pour sauvegarder la planète ? ».

« Nous explorions le système solaire… »

Il était une fois le G8

Il y a un an, le centre de Genève se paraît de la couleur jaune.

Tous les signes extérieurs de richesse étaient occultés. Les belles voitures restaient au garage. Les vitrines des magasins de luxe se protégeaient derrière des panneaux. Les établissements bancaires donnaient congé à leurs employés. Les bourgeois désertaient la ville pour leurs résidences secondaires.

Les médias nous avaient paniqué. La police et l’armée avaient déployé un dispositif délirant. Les autoroutes, les douanes, le lac étaient interdits pour juguler la venue prévisible et inévitable de quelques 300 casseurs patentés, commandités par on ne sait qui. Des hélicoptères tournoyaient nuit et jour sur la ville pour contrôler et maîtriser la Genève d’en bas. L’état de guerre était déclaré à tous ceux qui contestaient le nouvel ordre mondial alors que les casseurs venus et repartis tout aussi mystérieusement sévissaient sans que la police ne réagisse.

A quelques dizaines de kilomètres, la ville d’Evian devenue une forteresse accueillait les « grands » de ce monde pour une garden-partie avec petits fours, poignée de main médiatique, sourires forcés, banalités, lieux communs et promesses hypocritiques. Pour cette pantalonnade des sommes vertigineuses avaient été dépensées. Le président BUSH « honorait » d’une visite-éclair cette parodie de gouvernance mondiale. Avec arrogance il savourait sa « victoire » irakienne. Il ne savait pas encore la tournure qu’allaient prendre les événements et persistait dans sa vision simpliste et débile : Les Bons et les Méchants, les Puissants et les faibles, les Riches et les pauvres, les Pollueurs et les pollués, les Manipulateurs et les manipulés.

A Genève, la population étrangement calme et résignée investissait tranquillement les places et les rues et s’exprimait sur les panneaux jaune. Les drapeaux de la Paix flottaient sur le pont du Mont-Blanc. Une atmosphère surréaliste planait sur Genève dans l’attente du cataclysme annoncé. Cette Genève fidèle à sa tradition prônait la paix, la tolérance et la vision d’un autre monde.

L’art de noyer le poisson

Le mercredi 28 janvier nous avons subi le délayage pseudo-juridique d’un lord sur les circonstances de la « mort » de M. David KELLY inspecteur en désarmement en Irak.

Ce rapport est un monument d’hypocrisie et une insulte à la justice.

Tony BLAIR n’aurait pas menti !!! Alors que tout le monde pressentait la manipulation autour du danger des ADM irakiennes, le premier ministre répétait obsessionnellement que l’Irak pouvait déployer en quarante cinq minutes les armes les plus effroyables. A-t-il cru en toute bonne foi les rapports tendancieux de ces services ? Il faudrait donc en conclure que le caniche de M. BUSH est d’une naïveté qui confine à la bêtise.

Cette parodie de recherche de la vérité déshonore la justice d’un pays dont les citoyens sont vraiment pris pour des c…

M. David KELLY réputé pour son intégrité et sa rigueur se serait donc suicidé ? Il n’aurait pas pressenti les remous suscités par ses déclarations ? Il n’aurait pas supporté le déshonneur d’avoir dit une vérité connue de tous ?

Ces questions n’ont pas effleuré Lord HUTTON qui a préféré ne pas soulever la chape de plomb que les services de police ont étendu sur les circonstances de la mort de M. KELLY.

Est-ce que l’évocation de l’assassinat de M. KELLY est plus ridicule que l’évocation des ADM de l’Irak ? Certainement pas.

Aux oubliés de Guantanamo

Vous, les rescapés du bombardement de la prison de MAZAR-EL-CHARIF.

Vous, les rescapés des camions de la mort.

Vous, les rescapés des massacres des moudjahidin.

Vous avez été mis en cage comme des animaux parce que vous avez cru trop fort aux dogmes de votre religion.

Vous portez des chaînes aux pieds mais vous ne savez pas de quoi vous êtes accusés.

Vous êtes brisés, humiliés et torturés depuis deux ans pour expier le drame du 11 septembre que la plupart de vous ignorait.

Vous êtes traités comme des sous-hommes au mépris des droits les plus élémentaires.

Vous êtes oubliés par toutes les instances internationales qui ne veulent pas froisser la susceptibilité des maîtres du monde.

Vous êtes victime de cette machination planétaire tendant à démontrer l’omniprésence du terrorisme. Le délire sécuritaire obsessionnel qui en résulte permet à des cow-boys texans, sous prétexte de la lutte contre le terrorisme, d’asservir le monde à leur nouvel ordre mondial débile : Les Bons et les Méchants, les Puissants et les Faibles, les Riches et les Pauvres, les Pollueurs et les Pollués, les Manipulateurs et les Manipulés.

Ce monde binaire ne peut que susciter la révolte et la violence. Et toutes les îles de notre planète ne suffiront pas à enfermer et à museler ceux qui s’opposeront à cette nouvelle dictature.

« OTANASIE » des petits et des faibles

M. BERLUSCONI a invité les Grands de ce monde à fêter le rapprochement de la RUSSIE dans une base militaire sous haute surveillance. A l’issue de cette cérémonie, les grands « décideurs » de la planète ont posé pour une photo de famille. Qu’ils étaient beaux, qu’ils étaient fiers, qu’ils étaient contents d’eux-mêmes!

M. BERLUSCONI, grand organisateur de ce show manifestait un délire jubilatoire à côtoyer les Grands de ce monde. M. CHIRAC avait oublié que moins d’un Français sur cinq avait voté pour lui au premier tour et était tout ragaillardi par le « plébiscite » manichéen du 2ème tour des élections.

M. BUSH, assuré du soutien des citoyens américains autour de son discours simpliste sur les forces du Bien et du Mal, arborait un sourire d’autosatisfaction devant ses vassaux.

M. BLAIR, le plus fidèle parmi les fidèles, se tenait fièrement à côté de ce dernier.

M. POUTINE, au sourire malicieux, se réjouissait opportunément des perspectives de son intégration à l’OMC et à l’OTAN. Les champs pétrolifères des anciennes républiques islamiques de l’ex-URSS lui étant promis, la répression en Tchéchénie oubliée, il pourra ouvrir son pays aux financiers de tout poil.

Le ralliement de la RUSSIE à l’OTAN aurait dû avoir comme effet la dissolution de facto de cette organisation. A l’opposé, celle-ci se renforce sous le fallacieux prétexte de la lutte anti-terroriste. En réalité, elle s’érige en grand gardien du nouvel ordre mondial basé sur une dictature économique, culturelle et militaire qui finira par asservir les petits et les faibles.