Archives de catégorie : geneve

MAH: la réconciliation autour d’un projet ambitieux

Au-delà de la déception des défenseurs et de l’« amère » victoire des opposants au projet, il est nécessaire de tourner la page, d’oublier les invectives et de s’insurger contre la perspective d’attendre dix ans un nouveau projet. Genève a la chance que ses citoyens partagent les mêmes convictions. Genève mérite un beau musée. Sa rénovation et son adaptation aux nouvelles technologies sont incontournables. Son accès et son concept doivent être attratifs pour un large public. Le partage de ces principes peut créer une nouvelle synergie. Celle-ci doit être portée par un projet audacieux et mobilisateur. L’exceptionnelle situation du musée ( position dominante et dégagée à l’entrée de la  Vieille ville) mérite une meilleure visibilité. Sans remettre en cause l’ arborisation et les cheminements latéraux de la butte de l’Observatoire, sa surélévation centrale occulte le musée et dissocie la ville haute de la ville basse. D’un attrait tout relatif, elle crée une zone rébarbative le long de la rue Ferdinand-Hodler. Elle se trouve cependant dans un alignement remarquable (mais peu remarqué) du Rond-Point de Rive au jet d’eau. Quelle meilleure opportunité pour redéfinir un nouvel axe urbain ponctué par un symbole fort  tel une « pyramide du Louvre » genevoise servant d’accès et d’extension à notre musée. Ce bâtiment neuf intégrerait plus facilement toute la technique et les commodités dans ses sous-sols. Sa partie émergeante transparente, lumineuse et conviviale pourrait abriter les zones publiques ( billetterie, boutique, restaurant, salle de conférence et expositions temporaires). Quant au musée  rénové et sa cour, ils offriront des espaces de quiétude, de réflexion et de détente . La belle et majestueuse façade de notre musée sera mise en valeur par le « dialogue visuel » avec une audacieuse modernité. On pourra alors rêver que nos touristes visitent notre musée à la place de notre sempiternelle horloge fleurie.

 

Daniel Fortis

1231 Conches

Terreur sur Genève: discrète libération.

Le 10 décembre 2015, Genève était tétanisée par une menace terroriste. Une photo floutée de quatre inconnus ( qui le sont restés) avait été envoyée par des services secrets américains pour informer les autorités suisses de l’imminence d’un attentat. Un état d’urgence avait été immédiatement instauré et tous les musulmans étaient devenus des terroristes potentiels. Dans ce climat de peur, deux Syriens avaient été arrêtés et détenus pendant quarante-cinq jours. Leur voiture, immobilisée sur la route de Thonon à la suite d’une crevaison, avait attiré l’attention de la police qui avait déclaré avoir trouvé des « traces » d’explosifs. Toutes les chaînes de télévision avaient alors fait leurs titres avec « Menace terroriste à Genève, deux arrestations « . Aujourd’hui, comme le dahu, personne n’a vu les quatre terroristes de la photo ni les explosifs des deux Syriens. Leur libération a donc eu lieu, dans la plus grande discrétion, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre eux. Existe-t-il encore des personnes qui doutent de la manipulation planétaire du management de la terreur ? Pour ceux qui doutent encore, réveillez-vous ! Demain, il sera trop tard. Le nouvel ordre mondial nous aura privés de toutes nos libertés au prétexte de nous protéger.
Daniel Fortis
1231 Conches

L’énigme des photos floutées

En plein débat sur le renforcement de la loi sur le renseignement, les services secrets américains révèlent l’imminence d’une action terroriste à Genève. Quatre terroristes sont apparemment recherchés. Les médias diffusent la photo de leur groupe. Mais, aussi étonnant que cela puisse paraître, les photos sont FLOUTEES ! Pourquoi ? Quelles sont les obscures raisons d’empêcher le simple citoyen d’identifier une personne qui le menace et de lui retirer la possibilité de donner des renseignements essentiels pour la maîtriser ? Cet incompréhensible floutage s’apparente à une non-assistance à personne en danger.
Cette volonté de tenir à l’écart le citoyen est suspecte. Elle révèle que les services de sécurité préfèrent garder la main mise sur l’enquête quitte à se priver de renseignements propre à arrêter plus rapidement les terroristes. Où est la démocratie dans cette rétention d’informations ? Faudrait-il comprendre que leurs desseins est de contrôler la rédaction de la version officielle pour instrumentaliser leurs conclusions ? Il est inquiétant que la société soit infantilisée et manipulée par des services qui exploitent la peur.
Daniel Fortis
1231 Conches

L’exode fiscal

De riches contribuables ont choisi de quitter Genève vers des paradis fiscaux à Monaco, à Londres, à Dubaï (TdG du 29 juin 2015). Quelle piètre attitude vis-à-vis de la ville dont le système politique, social, institutionnel et sécuritaire ainsi que le rayonnement et les infrastructures leur ont permis de développer leurs affaires et de constituer leurs fortunes. Si la volatilité de certains contribuables étrangers qui avaient choisi Genève pour son attractivité fiscale quittent aujourd’hui notre ville, cela s’inscrit dans le contexte du tourisme fiscal mondialisé malheureusement non sanctionné. Il n’en est pas de même éthiquement pour les contribuables genevois liés à l’immobilier et au notariat qui choisissent l’exode fiscal. Ils ont bénéficié pendant de nombreuses années de la flambée des prix due aux exilés fiscaux étrangers. Leur obsession d’échapper au fisc , la peur de l’échange automatique d’informations et leur cupidité leur font oublier la reconnaissance qu’ils devraient manifester à leur canton.

FORFAITS FISCAUX : (-1) x (-1) = +1

Le produit de deux nombres négatifs est positif. Cette règle pourrait expliquer le résultat surprenant du vote sur les forfaits fiscaux qui est en contradiction avec tous les sondages. En effet, à la question « Etes-vous pour l’abolition des forfaits ? Le vote NON correspond à « OUI aux forfaits « et le vote OUI correspond à « NON aux forfaits ». Si, pour les personnes informées, alertes intellectuellement et d’un niveau de scolarité suffisant , cela ne présente pas de difficultés de compréhension. Ce n’est pas évident pour une frange moins avertie de la population. Celle-ci a tendance à interpréter la question dans un système plus simple « Pour ou contre les forfaits « . Les réponses deviennent diamétralement opposées. . La confusion des esprits devant ce questionnement ambigu est évidente à Zürich où les résultats sont totalement incohérents avec la précédente votation. Dans une autre consultation populaire « Etes-vous favorable à l’interdiction de constructions de minarets ? Même cause, même effet. Un résultat incroyable en contradiction avec tous les sondages. Il est temps que nos autorités cessent de libeller les questions des votations de telle façon qu’une fraction de la population moins favorisée soit trompée en votant à l’inverse de ses convictions.

FORFAITS FISCAUX: VOIR PLUS LOIN.

L’UBS a participé à l’élaboration d’un rapport révélant que les Ultra-riches (plus de 30 millions de francs de fortune) n’ont jamais été aussi nombreux dans le monde. En pleine campagne pour la votation sur les forfaits fiscaux, cette information devrait susciter une réflexion au- delà des intérêts purement vénaux et égoïstes de notre pays et interpeller les défenseurs de cette pratique injuste. Pourquoi les Crésus s’enrichissent-ils inexorablement d’année en année alors que tous les signaux économiques sont dans le rouge ? Les raisons sont à trouver dans les montages financiers sophistiqués , l’évasion fiscale, la corruption, les cartels et ,aussi, les petits arrangements fiscaux comme les forfaits. Que deviendrait le monde si tous les pays courtisaient les Riches avec le dumping fiscal ? Un monde exsangue d’argent public où la démocratie et la solidarité succomberaient devant la dictature de l’argent et le libéralisme sauvage. Les défenseurs de cette pratique injuste prédisent un exode massif des étrangers bénéficiaires des forfaits. Les rares forfaitaires qui partiront vers d’autres cieux moins fiscalisés sont des personnes peu intégrées, opportunistes et volatiles qui n’apportent aucune plus-value à notre économie et n’entretiennent pas de relation forte avec notre pays. La Suisse ne doit pas rater l’occasion de montrer au monde l’exemplarité de sa décision de cesser de courtiser injustement les fortunes étrangères et de sortir de cette spirale infernale des Riches toujours plus riches et les Pauvres toujours plus pauvres.

Une traversée pour les Neutrinos

Votre journal (Le Temps du 10 février) nous a révélé le nouveau projet des physiciens du CERN : un anneau en tunnel de cent kilomètres nommé FCC ( Future collisionneur circulaire) partant de Meyrin et contournant le Salève avec, au passage, ce que les Genevois réclament depuis cinquante ans: UNE TRAVERSEE DE LA RADE.

Ainsi, les neutrinos et les bosons pourraient avoir leur traversée de la rade avant les Genevois. Pourtant, nous venons de dépenser six milliards pour le LHC (Grand Collisionneur de Hadrons actuellement à l’arrêt jusqu’en 2015) pour faire une démonstration quasi- métaphysique de l’existence du boson de Higgs.

Mais ce collisionneur ne suffit pas à ces scientifiques. Ils sont prêts à inventer une nouvelle théorie des particules pour justifier les coûts pharaoniques de leur nouveau « joujou ». Sans vouloir dénigrer la recherche fondamentale, il faut établir des priorités dans la recherche.

La dégradation de notre environnement et les dérèglements climatiques de notre planète ne devraient-ils pas être les priorités de la recherche?

En effet, que dirons-nous à nos petits-enfants lorsqu’ils nous demanderont «Qu’avez-vous fait au début du siècle pour sauvegarder la planète?» «Nous construisions des supercollisionneurs pour découvrir l’Ultime Particule».

Les ayatollahs de la sécurité

Ancien étudiant du collège Calvin, j’ai lu avec effroi dans votre édition du 8 janvier que la cour de cet illustre bâtiment allait être balafrée par une semi-autoroute en béton pour l’accès des pompiers. Un tracé en diagonale aggravera l’impact et saccagera toute l’ordonnance des arbres.

Qui a pu imposer une telle horreur?

Au nom de la sécurité et avec la bonne conscience du respect des normes les plus excessives, des techniciens du service du feu en sont responsables. Imbus de leurs prérogatives, ils refusent d’interpréter raisonnablement les normes et s’enferment dans le rigorisme.

Ces roitelets sévissent, sans aucun discernement, dans tous les domaines de la construction au détriment de la qualité des projets et avec un renchérissement injustifié des coûts. Il n’est pas question de contester le respect raisonnable des nouvelles normes mais de dénoncer le jusqu’au-boutisme de ces ayatollahs de la sécurité.

Notre Salève massacré

Le 17 juillet, la commune de Veyrier était enveloppée d’un épais nuage de poussière consécutif au dynamitage des parois du Salève. Le téléphérique émergeait de ce nuage après avoir surplombé une zone cauchemardesque – la gravière du Salève.

Celle-ci représente ce que l’Homme peut produire de pire.

Une zone dévastée, un univers minéral sans arbre, sans animaux, massacrée à l’explosif avec en fond sonore le bruit sinistre des éboulements. Notre Salève, ainsi balafré, est visible depuis la côte vaudoise jusqu’au Fort l’Ecluse. Plus d’un demi-million d’habitants du bassin genevois assiste impuissant au grignotage de ce patrimoine commun. La commune et les entreprises bénéficiaires de la concession dont la collusion est évidente… se donnent bonne conscience en déversant des produits brunâtres sur les parois rocheuses mises à vif.

Comment peut-on rester silencieux face au cynisme, à la cupidité et à l’arrogance des responsables ?

Les arguments, tels que le maintien de l’activité et de l’emploi et les retombées financières, sont négligeables par rapport à l’importance de ces dégâts irréversibles et la dévastation du Salève.

Cette obstination à exploiter cette gravière est une provocation pour tous les Genevois et ne contribue pas à harmoniser nos relations transfrontalières. Nos amis savoyards devraient le comprendre !