Archives pour la catégorie Syrie

L’ingérence française au Liban

Quelle légitimité la France a-t-elle d’interférer dans les affaires libano-libanaises après l’étrange démission de Saad Harari ? Considère-t-elle qu’elle a  toujours des prérogatives  découlant du protectorat qu’elle s’est octroyé de 1920 à 1944 en Syrie  ? Sous son mandat , elle a créé artificiellement le Liban en amputant une partie du territoire syrien. Cela a engendré le communautarisme, une instabilité permanente et une guerre civile sanglante. L’influence de la Syrie et la présence du parti chiite du Hezbollah au Liban ne sont qu’un retour à une réalité historique. Refusant celle-ci,  la France a rejoint la coalition des va-t-en-guerre composée des Etats-Unis, de l’Arabie Saoudite et d’Israël. Pour assurer la vente de ses avions de guerre, elle s’associe à la politique belliqueuse contre l’Iran qui, pourtant, n’a pas cessé de donner des gages d’apaisement et d’ouverture  en respectant tous ses engagements.  Ce n’est pas le discours grandiloquent  de Macron sur le rapprochement des civilisations sous la carapace de ferraille du Louvre d’Abu Dhabi qui éludera sa lourde responsabilité d’attiser la guerre entre chiites et sunnites. Il est loin le temps où la parole de la France était indépendante  et respectée pour sa sagesse . Souvenons-nous du discours mémorable de Dominique de Villepin à la tribune de l’ONU contre la guerre en Irak.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                           Conches , le 19 novembre 2017

La leçon n’a pas été retenue

En 2003, les Etats-Unis ont envahi l’Irak au prétexte fallacieux des armes de destruction massive. Leur intervention meurtrière a été dévastatrice . En 2017, les Etats- Unis n’ont pas retenu la leçon. En l’absence d’enquêtes sérieuses sur les attaques chimiques en Syrie et malgré les démentis syrien et russe, le gendarme autoprogrammé du monde  bombarde le pays sans la légitimité de l’ONU. Comment peut-on croire que Bachar-el-Assad ait pu commanditer de telles atrocités ? Le  bon sens devrait nous alerter  en analysant la situation.  Le président syrien est en passe de s’imposer avec des armes conventionnelles.  Il a le soutien de la majorité des Syriens. Il redevient un acteur incontournable dans les négociations face à une mosaïque de groupuscules islamiques terroristes. Dans ces conditions ,  pourquoi se saborderait-il avec des actions abominables ? Invraisemblable.  Ce qui est plus vraisemblable, c’est l’implication de cette « opposition » aux abois dont la seule survie réside dans une intervention étrangère. Est-il déraisonnable d’évoquer une opération  sous « false flag » ( faux- drapeau) ? En livrant des informations  sur un dépôt d’armes où sont entreposés secrètement  des armes chimiques , ils piègent l’armée syrienne  qui sera tenue comme responsable de la diffusion des agents chimiques. La naïveté  des dirigeants occidentaux est inquiétante. Il fut un temps cependant où des dirigeants éclairés, comme Dominique de Villepin, refusait la manipulation.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                           10 avril  2017

Syrie, quel gâchis.

Après une  guerre civile qui a fait  trois cent mille morts , dévasté un pays magnifique et répandu la haine , nous assistons, six ans après, au  retour à la case de départ avec un régime syrien conforté. L’ingérence et l’intervention occidentale (sans légitimité) ne sont-elles pas responsable de ce gâchis ?

Pour n’avoir pas vu la complexité de ce pays, pour avoir voulu imposer dogmatiquement une Syrie sans Bachar-el-Assad, pour  avoir ignoré le soutien d’un grand nombre des Syriens au régime, pour n’avoir pas compris qu’il n’y aurait pas de printemps syrien, pour avoir fantasmé sur une opposition modérée qui n’a jamais existé (si ce n’est dans les salons parisiens), pour avoir armé des résistants dont on ne connaissait rien et qui se sont révélés des djihadistes et ,enfin, pour avoir bombardé les monstres qu’elle avait engendrés, la coalition occidentale est à l’origine du chaos dans toute la région, du drame humanitaire des émigrés et d’un terrorisme qui est une réplique à  ses frappes aériennes.

Cette situation inextricable engendrée par notre arrogance et notre inconséquence ne pouvait être résolue que par des solutions radicales. La Russie a bien compris que l’islamisme modéré n’existe pas et que le régime syrien est incontournable. Son intervention au côté de celui-ci est brutale. Mais comment peut-il en être autrement ? Le réalisme de la politique russe peut être dérangeant  mais il est préférable à  l’errance et l’incohérence politique de nos donneurs de leçons.

 

Daniel Fortis

1231  Conches                                                                                                              1er décembre 2016

Les trois petits points noirs

La télévision française a réalisé un reportage sur le porte-avions Charles de Gaulle à la gloire de l’armée française qui défend, parait-il, la France de la menace djihadiste. Elle a interviewé les « courageux » pilotes qui vont aller bombarder Mossoul et ses deux millions d’habitants. Ces fiers soldats de la République ne se préoccupent pas de la catastrophe humanitaire qu’ils vont provoquer. Persuadés que leurs bombes ne vont tuer que les Méchants, ils préfèrent fermer les yeux sur les dégâts collatéraux. Sont-ils prêts à écouter la complainte du petit Mohammed ?

«Maman et moi étions dans le jardin de notre maison à Raqqa. Tout à coup, trois petits points noirs sont apparus dans le ciel. Ils grossissaient en faisant un bruit toujours plus fort. C’étaient des avions. Sur leurs queues, il y avait trois couleurs bleu, blanc et rouge. Maman et moi avons couru vers notre maison. Il y a eu une explosion. Un nuage de poussière m’empêchait de voir. J’ai crié et appelé ma  maman. Quand le nuage de poussière est parti, j’ai vu ma maman. Elle ne bougeait plus et du sang était tout autour d’elle. J’ai crié parce que le feu avançait. Elle ne m’a pas répondu. J’ai eu tellement mal que mes yeux n’ont plus rien vu. Maintenant, je suis  dans le ciel et il n’y a plus de petits points noirs qui font beaucoup de bruit »

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                                  2 octobre 2016

 

Une incompréhensible et suspecte passivité

La presse nous a appris que le dernier numéro du magazine Dabiq est disponible sans problème sur internet . Les thèmes de cette revue de propagande de l’Etat Islamique sont l’apologie des attentats, l’appel au meurtre des mécréants , des photos de massacres, la condamnation des homosexuels et la description idyllique de la vie sous le califat . La possibilité d’accéder aussi facilement à cet agent de radicalisation est incompréhensible. Que font les services antiterroristes du monde entier pour bloquer la propagation de ce poison ? Alors qu’un imam prononçant le dixième des monstruosités de cette revue serait immédiatement arrêté, les services de sécurité du monde entier, de façon incompréhensible, laissent se propager cette haine sur le Net. Le blocage de ces sites aurait  dû être leur priorité depuis de nombreuses années. Ils préfèrent instaurer des lois liberticides à l’encontre de tous les citoyens pour ,paraît-il, combattre le terrorisme. Qu’ils commencent par Dabiq ! Leur suspecte passivité nous  interpelle. On peut se demander si ces sites ne les arrangent pas pour entretenir la peur et  pour faire passer, en les infiltrant, des revendications farfelues d’attentats perpétrés par des psychopathes. Cela s’appelle le management de la terreur. Ne l’oubliez pas lorsque vous voterez le 25 septembre sur la loi sur le renseignement. Cette peur entretenue et instrumentalisée est mauvaise conseillère.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                        1er septembre 2016

 

L’emergence suspecte de DAECH

La coalition internationale est rentrée en guerre contre quelques dizaines de milliers d’individus affiliés à DAECH. Comment cette nébuleuse est-elle parvenue à défier la planète, alors qu’elle n’existait pas en 2013 ? Incompréhensible et surtout suspect.
Il y a deux ans, des militaires baasistes irakiens investissaient des arsenaux et se servaient d’armes avec l’inconscience ou la complaisance du gouvernement irako-américain. Armés et financés par les monarchies du Golfe, alliées de l’Occident, ils remontent tranquillement l’Euphrate, soumettent les populations, conquièrent Mossoul et son pétrole et instaurent à Raqqa un califat très structuré aux ordres de l’énigmatique el-Baghdadi.
Alors que des bombardements sur les voies de communications auraient pu stopper l’avancée de cette bande armée, empêcher l’exportation du pétrole, protéger les sites historiques et asphyxier le « monstre », les Occidentaux n’ont répliqué que par des frappes sporadiques et inefficaces .Aveuglés par leur obsession d’abattre le régime syrien , les Occidentaux ont laissé émerger DAECH, sous le regard complaisant d’Israël. Ils n’ont pas compris que cette bande armée allait se légitimer dans une croisade contre les régimes, les frontières et le mode de vie imposés par l’Occident. Cet engagement « mystique » a immédiatement exercé un attrait sur des jeunes desoeuvrés, déstructurés et desociabilisés de nos sociétés. Prenant conscience du danger, des services spéciaux occidentaux lancent alors une campagne de diabolisation avec des vidéos effroyables aux origines obscures. Ils fichent et arrêtent des individus suspectés de radicalisme en éludant les causes profondes du malaise et de la dérive de ceux-ci. Ils manipulent et instrumentalisent les enquêtes sur les attentats pour désigner DAECH et justifier une guerre totale. Ne récoltent-ils pas ce qu’ils ont semé ?

Daniel Fortis
1231 Conches

La Turquie et la lutte antiterroriste

Les gouvernements occidentaux se sont réjouis du ralliement du gouvernement turc à la coalition internationale contre les terroristes de Daesh. Le premier jour, les avions turcs ont bombardé quelques positions terroristes et, insidieusement, dès le deuxième jour, ils ont visé une autre cible beaucoup plus importante pour eux : leurs ennemis séculaires, les indépendantistes kurdes qui combattent, pourtant eux aussi, Daesh. Allez comprendre la logique. Celle-ci ne peut être comprise que par l’instrumentalisation perfide de la lutte antiterroriste pour la défense d’intérêts politiques, géostratégique, expansionnistes et économiques. Au prétexte de celle-ci, les Américains ont envahis l’Afghanistan et l’Irak. Les Russes ont écrasé les indépendantistes tchétchènes. Les Chinois ont maté la rebellion tibétaine. Les Israéliens ont construit le mur de la honte pour sanctuariser leurs conquêtes territoriales et les Français font du néocolonialisme sur le continent africain. Sur le plan intérieur, la lutte antiterroriste a permis d’imposer à tout le monde le fichage et les écoutes téléphoniques ainsi que le controle de nos courriers, de nos déplacement et de nos dépenses par d’obscures services de renseignements qui exploitent la nébuleuse informatique et les réseaux « sociaux ». Tétanisé par une menace terroriste, mise en scène en permanence par nos gouvernements, les citoyens ne réagissent plus. Ils finiront par être transformés en une masse d’individus surveillés, manipulés et conditionnés pour fonctionner en consommateurs dociles et interchangeables dans une structure soumise aux seules lois économiques.

Daniel Fortis
1231 Conches

Mossoul: des statues en plâtre!

La manipulation et la désinformation sévissent de nouveau . Une vidéo incroyable , montrant la destruction de statues préislamiques du musée de Mossoul, suscite l’indignation générale et diabolise nos ennemis. Comment pouvons-nous être abusés par des images aussi grossièrement fabriquées ? Des copies de statues en plâtre qui se brisent en mille morceaux (dont des armatures métalliques !), des séquences au ralenti, des acteurs qui surjouent leur hystérie destructrice avec des marteaux-piqueurs. Réveillons-nous, on nous raconte n’importe quoi. Les djihadistes (peut-être les mêmes qui ont pillé le musée de Bagdad en 2003 sous les yeux de l’armée américaine et qui ont vendus à travers le monde 15000 pièces) ne détruisent que des copies. Ils connaissent mieux que quiconque la valeur des statues originales et leur potentiel de revente à nos nouveaux milliardaires en mal de reconnaissance sociale. Quand nos médias cesseront-elles d’être autistes et quand retrouveront-elles leur sens critique devant toutes ces vidéos « bidonnées » balancées sur Internet par on ne sait pas qui.

Daesh: le loup-garou

Au Moyen-Age, des individus, vêtus de peaux de loups, terrorisaient la population en commettant des crimes abominables. Ils étaient commandités par les Seigneurs et l’Eglise pour entretenir la peur. Ces derniers confortaient ainsi leur domination en s’arrogeant le rôle de défenseur du Bien contre le Mal. Comment ne pas trouver une analogie avec Daesh? Cette organisation, engendrée par le chaos de l’interventionisme occidental en Irak et en Syrie, est présentée comme le Mal Absolu à travers d’abominables vidéos diffusées sur Internet. Pourtant, à aucun moment ,leur authenticité et leur provenance ne sont mises en cause alors qu’elles pourraient être réalisées par n’importe quel apprenti-informaticien de la CIA ou du Mossad. La mise en scène et l’instrumentalisation de l’horreur permet de fédérer nos sociétés occidentales dans la lutte antiterroriste et le délire sécuritaire. Nos dirigeants oublient pourtant qu’ils étaient tous d’accord, il y a trois ans, pour armer ces mêmes djihadistes qu’ils prétendent,aujoud’hui, hypocritement vouloir éliminer. En effet,comment la toute-puissante coalition occidentale est-elle incapable d’éliminer ces groupes djihadistes? La disparition de la menace de ces » loup-garous » priverait le monde occidental de justifications à sa politique militariste, sécuritaire et hégémonique et la France aurait plus de peine à justifier la vente de ses avions Rafale au dictateur égyptien.

Daniel Fortis
1231 Conches

La nouvelle croisade de l’Occident

Une coalition internationale réunissant une quinzaine de pays occidentaux et une dizaine de micro-pays arabes inféodés à notre matérialisme est partie en guerre pour sauver le monde d’une secte appelée « Etat islamique » ! La menace: quelques dizaines de milliers d’illuminés primaires habités par une haine engendrée par le sentiment d’humiliation. Ils sont rejoints par des « paumés » de chez nous qui s’inventent une cause « romanesque » pour meubler leur vide intérieur et leur désoeuvrement.
Dans les années 70, des jeunes allaient nourrir leur délire existentiel dans les volutes de la drogue à Katmandou et des groupes anarchistes défiaient avec une extrême violence notre société. Des actions ponctuelles sur le terrain ont été suffisantes pour contenir ces derniers. Nul besoin de bombardements aveugles qui ne font que disséminer le Mal et alimenter la haine.
Notre interventionnisme disproportionné n’est accepté par nos opinions publiques que par l’émotion suscitée par la diffusion des abominables vidéos de décapitation (dont l’authenticité est mise en cause par certains).
Depuis le découpage absurde des frontières imposé par les Français et les Anglais en 1916, toutes les interventions des Occidentaux se sont soldées par un échec ( Afghanistan, Irak, Libye, Mali, Syrie) . Les seules fois où les pays occidentaux auraient pu intervenir pour faire respecter un choix démocratique en Algérie et en Egypte, ils se sont tus. Dans l’ignorance totale de ce qu’ils feront de leur « victoire »,leur nouvelle croisade contre les » forces du diable »sera perçue comme une nouvelle humiliation et ne fera qu’accentuer le chaos.