Archives pour la catégorie Irak

Syrie : Les quasi-preuves

Deux journalistes du Monde ont déclaré avoir les quasi-preuves de l’utilisation d’arme chimique par le régime syrien.

L’histoire se répète.

Il y a dix ans, Colin Powell, le secrétaire d’Etat américain brandissait à l’ONU une fiole sensée contenir un produit chimique faisant partie de la panoplie des armes de destruction massive de Saddam Hussein.

Ce grossier mensonge a permis d’envahir l’Irak pour faire main basse sur son pétrole. Aujourd’hui, la machine à manipuler les opinions et le lavage de cerveaux fonctionnent à plein régime dans les médias occidentaux pour diaboliser le régime syrien et soutenir une opposition dont les dirigeants-fantoches sont des amateurs incapables de contenir la poussée islamiste.

Cette politique attise la guerre civile , déstabilise la région et contribue à saborder la conférence de Genève. Pour justifier leur position, les pays européens en sont réduits à bricoler des quasi-preuves qui ne sont que des quasi-mensonges.

Une parodie de justice

Une parodie de justice

Saddam Hussein a été pendu le 30 décembre à la sauvette par des bourreaux cagoulés. Son attitude digne et courageuse devant sa mort et ses responsabilités restera dans les mémoires.

Une parodie de justice l’a condamné à une mort programmée à l’issue d’un procès grotesque durant lequel ses trois avocats ont été assassinés. Un tribunal, aux ordres des occupants américains, a prononcé son verdict sur un seul chef d’accusation : L’exécution de 148 villageois en représailles à un attentat contre le convoi présidentiel.

Ce verdict devrait en appeler un semblable pour les soldats américains qui ont massacré 24 civils irakiens en représailles à une attaque. Seront-ils pendus ou recevront-ils un blâme?

Ce verdict élude toutes les questions liées à la compromission des puissances occidentales dans le soutien au régime et prive le peuple Irakien de la Vérité.

La vérité est que Saddam Hussein a été adulé par l’Occident lorsqu’il achetait des armes et combattait l’islamisme et, a été diabolisé lorsqu’il s’est intéressé au pétrole koweïtien. Il aura été broyé par l’histoire de l’Irak victime de l’avidité et la fourberie des puissances occidentales pour le contrôle du pétrole.

La guerre illégitime de W. BUSH est le dernier épisode qui a fait bien plus de victimes que les exactions du président irakien. Pourtant, aucun tribunal n’aura le courage de l’inculper.

La terre ne tourne plus rond

Au Proche -Orient, Israël détruit le Liban avec le prétexte de libérer deux soldats. Son acolyte, les Etats-Unis, gendarme du monde autoproclamé, approuve cette avanie et cyniquement s’oppose à un cessez-le-feu. L’Etat Hébreu, conforté par son indéfectible comparse perd tout sens de la mesure, s’enferme dans ses certitudes et nargue la communauté internationale.

 

Au Moyen-Orient, la croisade anglo-saxonne qui devait apporter la paix et la stabilité de la région, a déclenché une effroyable guerre civile. Le procès de Saddam Hussein se transforme en une pantalonnade où ses avocats sont tirés comme des lapins. Pendant ce temps, la marionnette appelée « Premier Ministre irakien » se fait ovationner au Congrès américain pour qu’il oublie que, chez lui, ses déplacements ne se font que sous escorte militaire.

 

En sport, le pays de la magouille et de la tricherie remporte la coupe du monde de football. Le dernier vainqueur du Tour de France cycliste a en commun avec Lance Armstrong, sextuple vainqueur, qu’il est un bon américain croyant, ami de Georges Bush et qu’il se dope. Pendant ce temps, les riches deviennent plus riches, les pauvres plus pauvres, ce qui est le plus important.

 

Depuis que les Etats-Unis dirigent le monde, le fric a asservi toutes nos valeurs et tous ceux qui défendent d’autres valeurs sont des terroristes qu’il faut abattre.

 

Peuple américain, délivre-nous des irresponsables qui te gouvernent pour sauvegarder notre planète.

Deux poids, deux mesures

Deux poids, deux mesures

Après l’émotion unanime suscitée par les attentats abominables de Londres, il ne faut pas céder au discours simpliste des faucons américains justifiant une guerre totale jusqu’à la victoire finale sur AL-QUAIDA, nébuleuse maléfique et insaisissable qui veut déstabiliser l’Occident en attaquant nos valeurs et notre mode de vie. Cette analyse entretient l’islamophobie et nous détourne la cause principale de ces attentats : la guerre et l’occupation de l’Irak

L’illégitimité de cette guerre contre un pays qui ne menaçait personne, qui n’était pas en mesure de déployer une quelconque arme de destruction, qui, non seulement, ne soutenait pas le terrorisme mais le combattait, apparaît au monde musulman comme une humiliation infligée par l’impérialisme occidental. Le bombardement de Bagdad nommé cyniquement « opération choc et terreur » a tué plusieurs dizaines de milliers de civils assimilés à des dommages collatéraux.

Mais, naturellement, la terreur programmée dans les salons de la Maison Blanche et du No 10, Downing Street n’est pas du terrorisme !!!

Tant qu’il y aura « deux poids, deux mesures », l’injustice et l’humiliation serviront de terreau au terrorisme.

Le Cynisme de l’armée américaine

Rebondissements, volte-faces, chantages, confusions, Julia encensé, Julia diabolisé, ravisseur mystérieux, « bavures »,et, surtout, incompréhension et totale incohérence. Cependant, devant celles-ci, l’ensemble des médias se retrouvent sur le postulat simpliste que les auteurs de ces enlèvements sont des groupes islamiques terroristes proches de la résistance. Absurde.

Dans le cas des journalistes Chesnot et Malbrunot, comment expliquer leurs enlèvements alors qu’ils manifestaient une position très critique vis à vis de l’intervention américaine ? Comment expliquer leur captivité très confortable pendant plus de deux mois ?

Comment expliquer leur libération sans condition dans une zone très surveillée ?

Comment expliquer le silence et le manque d’implication des autorités américano-irakiennes dans la recherche des ravisseurs ?

A ces questions aucune réponse n’est donnée. Par contre, à la question « A qui profite ces prises d’otages ? », une réponse s’impose : les forces d’occupation américaines.

Le président irakien parachuté par les Américains, M. Allaoui, s’était réjoui d’entendre le président Chirac recommander aux reporters français de quitter l’Irak. Les journalistes de CNN ou de Foxnews protégés par l’armée de la « liberté » pouvaient tranquillement continuer à désinformer le monde entier.

Qui avait intérêt à museler ou, pire, à tuer les courageuses journalistes F. Aubenas et G. Sgrena qui envisageaient de faire un reportage sur la ville-martyr de Falloudja ? Les résistants irakiens ou les Américains ?

La tentative d’assassinat sur Mme G. Sgrena, camouflée en « bavures » (deux cent impacts de balles !!!) pour sanctionner une prétendue vitesse excessive, nous apporte la réponse.

Le cynisme et la monstruosité de cette action devraient valoir aux Etats-Unis, une place dans l’Axe du mal aux côtés du Honduras et de la République dominicaine.

Il faut espérer que l’Italie corrige enfin son mauvais choix aux côtés des Etats-Unis et rejoigne la Vieille Europe.

Autosatisfaction américaine

Après les élections irakiennes, l’autosatisfaction du gouvernement des Etats-Unis s’affiche dans tous nos médias. La participation à cette élection est présentée comme une victoire et tous les pro-Bush donnent dans la jubilation. Oubliés les mensonges, oubliés la manipulation, oubliés les 100.000 morts ( qui n’ont pas voté ) oubliés les répressions ( où était les bureaux de vote à Falloudja ? ), oubliés les tortures, on se congratule après cette élection. Une élection dont on connaissait d’avance le résultat. Une élection qui entérine le drame de l’Irak, la partition entre les trois communautés, chiite, sunnite et kurde et marginalise les sunnites.

Ce taux de participation présenté comme exceptionnel est tout à fait normal.

La violence et l’insécurité ne se situant que dans un triangle sunnite, il était tout à fait normal que les Kurdes, d’une part, votent pour leur permanente revendication d’indépendance et que les Chiites, assurés de leur victoire, votent massivement dans des régions qui étaient sécurisées.

Comment peut-on se réjouir de la tenue d’une telle élection ? Une centaine de listes de partis avec plusieurs milliers de candidats dont on ne connaissait ni les noms ni le programme. Une élection qui n’a suscité aucun débat sur le fond. Une élection avec comme seuls critères, la religion et le régionalisme. Quel crédit pourrions nous accorder à un scrutin en Suisse où le choix de nos élus se feraient selon notre appartenance à la religion catholique ou protestante ?

Finalement, comment peut-on légitimer une élection dans un pays occupé et quadrillé, toutes frontières bouclées, où des scrutateurs irakiens « indépendants » vont entériner les résultats. La communauté internationale, sans avoir été sollicitée pour vérifier ceux-ci, acceptera sans sourciller cette parodie de démocratie.

NAJAF, GUERNICA irakien

En 1937, une vague d’indignation a saisi toutes les démocraties européennes à l’annonce du bombardement par l’aviation allemande de la ville de GUERNICA. Un célèbre tableau de Picasso a stigmatisé la barbarie de cet acte.

 

En 2004, l’aviation américaine bombarde la ville sainte de NAJAF sans qu’aucune voix ne s’élève contre cette barbarie. Les médias anesthésiés égrènent le nombre de morts sans aucun état d’âme 100, 200, ……300 morts. Civils ou résistants à l’occupation, qu’importe, ce ne sont que des Irakiens traités soit de dommages collatéraux soit de terroristes ( les Allemands traitaient eux aussi les résistants français de terroristes ).Quel cynisme et quelle distorsion de la vérité !!! Avec une guerre légitimée par des mensonges, un pillage des richesses, une occupation cautionnée par un gouvernement fantoche de collabos corrompus et « parachutés » par des financiers américains, une répression sanglante accompagnée de tortures, que faut-il de plus pour que Mme Carla Del Ponte inculpe M. BUSH pour crime de guerre et crime contre l’humanité ?

L’art de noyer le poisson

Le mercredi 28 janvier nous avons subi le délayage pseudo-juridique d’un lord sur les circonstances de la « mort » de M. David KELLY inspecteur en désarmement en Irak.

Ce rapport est un monument d’hypocrisie et une insulte à la justice.

Tony BLAIR n’aurait pas menti !!! Alors que tout le monde pressentait la manipulation autour du danger des ADM irakiennes, le premier ministre répétait obsessionnellement que l’Irak pouvait déployer en quarante cinq minutes les armes les plus effroyables. A-t-il cru en toute bonne foi les rapports tendancieux de ces services ? Il faudrait donc en conclure que le caniche de M. BUSH est d’une naïveté qui confine à la bêtise.

Cette parodie de recherche de la vérité déshonore la justice d’un pays dont les citoyens sont vraiment pris pour des c…

M. David KELLY réputé pour son intégrité et sa rigueur se serait donc suicidé ? Il n’aurait pas pressenti les remous suscités par ses déclarations ? Il n’aurait pas supporté le déshonneur d’avoir dit une vérité connue de tous ?

Ces questions n’ont pas effleuré Lord HUTTON qui a préféré ne pas soulever la chape de plomb que les services de police ont étendu sur les circonstances de la mort de M. KELLY.

Est-ce que l’évocation de l’assassinat de M. KELLY est plus ridicule que l’évocation des ADM de l’Irak ? Certainement pas.

L’histoire est écrite par les vainqueurs

Quand l’Allemagne nazie triomphante occupait l’Europe, tous les résistants étaient qualifiés de terroristes manipulés par la propagande judéo-maçonnique ou par les bolcheviques.

A la libération, ces résistants devinrent des héros. En Irak nous sommes encore avec le raisonnement simpliste des envahisseurs. Tous les Irakiens qui s’opposent à la présence étrangère sur leur sol sont traités de terroristes manipulés et instrumentés par Alquaida. Quand le pays se sera libéré, ils deviendront aussi des héros. Cette guerre, basée que sur le mensonge et la manipulation, se révèle être aussi une guerre néocoloniale qui n’a aucune légitimité.. L’Irak, dépositaire de l’héritage de la grande civilisation mésopotamienne, a subi le malheur d’avoir dans son sous-sol du pétrole. Cette richesse maléfique a suscité la convoitise et la cupidité des pays occidentaux inféodés aux valeurs matérialistes.

 

Cette lamentable « aventure » et l’impasse dans laquelle se trouvent les Américains et leurs acolytes sont le résultat de l’arrogance, du cynisme et de la bêtise des va-en-guerre. Leur retrait précipité ressemble à une « débandade » politique et militaire qui laissera l’Irak dans le chaos et alimentera les extrémismes.

Les nouveaux conquistadores

La plus puissante armée au monde, totalisant à elle seule un pouvoir de destruction massive égal à celui de toutes les armées réunies du monde, s’apprête à envahir un pays pour s’approprier son pétrole. Les Etats-Unis, qui se mettent au-dessus de toutes les lois et les transgressent dans l’indifférence générale, ont mis en place une politique médiatique basée sur le mensonge, la désinformation et la manipulation. Le dérisoire pouvoir destructif de l’armée irakienne prêterait à rire si la situation n’était pas aussi dramatique et que le cynisme américain n’était pas aussi inqualifiable.

Qui a écrasé le Vietnam sous les bombes explosives, incendiaires et chimiques provoquant la mort de deux millions de personnes ? Qui a, délibérément, alors que le Japon entamait des négociations de capitulation, utilisé l’arme la plus effroyable contre la population exclusivement civile d’Hiroshima ? Le seul pays au monde qui a osé cela est-il en droit de régenter le monde à sa guise ? Le gouvernement américain complètement inféodé aux grandes compagnies pétrolières est aveuglé par une soif de puissance planétaire.

Pour justifier ses actes de guerre, ce pays a inventé AL-QUAIDA. Cette nébuleuse n’a jamais revendiqué sérieusement un seul attentat. Ces bases n’étaient que des grottes rudimentaires en Afghanistan. Ces membres ne sont que des paumés et des illuminés de nos banlieues. Les enquêtes qui ont monopolisé toutes les polices du monde entier depuis le 11 septembre n’ont pas réussi à démontrer les ramifications et l’hyper puissance de cette organisation. Si celle-ci était avérée, comment se fait-il que le terroriste aux semelles explosives du vol Londres-New-York n’ait pas obtenu de son puissant commanditaire un tout petit détonateur ? Cela lui aurait évité d’être neutralisé par ces voisins alertés par l’odeur du souffre d’une vieille allumette qui ne voulait pas s’enflammer.

L’apathie générale de nos démocraties européennes est affligeante. Leur lâcheté ne s’explique que par les bénéfices qu’elles trouveront à la baisse du coût du pétrole après la main mise sur l’Irak et l’embellie boursière qui en résultera.