Archives pour la catégorie Europe

Les attentats de Barcelone

Alors que l’auteur de la tuerie est en fuite et que son identité et ses motivations relèvent de suppositions, les enquêteurs bâtissent un scénario autour d’une cellule terroriste de douze personnes . Pourquoi écartent-ils  l’hypothèse d’un psychopathe solitaire qui loue une camionnette et fonce dans la foule ? Quels liens trouvent-ils avec le groupe de « terroristes » de Cambrils ? Pourquoi ceux-ci ont-ils été tous abattus alors qu’une vidéo montre la reddition de l’un d’eux ? Comment expliquer la destruction totale de leur maison ? Comment peut-on porter crédit aux revendications tardives du site de propagande de l’EI, étrangement protégé (ou noyauté) par nos services ? Elles permettent le montage d’un scénario où tous les acteurs sont morts ou en fuite et où les indices matériels sont détruits. La désignation d’un ennemi extérieur permet d’exonérer  notre société de la responsabilité de la déviance d’individus violents et psychopathes. La plupart de ceux-ci n’ont jamais fréquenté la mosquée, boivent du vin, consomment de la drogue et rêvent de voitures de luxe. Nos gouvernements préfèrent accuser la nébuleuse islamiste pour renforcer la surveillance et les mesures sécuritaires. Celles-ci soutiennent  aujourd’hui des pans entiers de l’ économie et de l’administration ; armée, police, industries d’armement, services de sécurité et cellules antiterroristes qui entretiennent la peur pour justifier leur activité. Cette politique de l’état d’urgence ne sert qu’à alimenter la spirale infernale de la défiance de l’Autre et est le ferment de la dérive des « Paumés » de la société.
Daniel Fortis
1231 Conches                                                                                                        Genève, le 20 août 2017

Un G7 affligeant

Le  G7  s’est tenu le 26-27 mai à Taormina dans  un camp retranché sous haute protection. Cette gouvernance mondiale autoproclamée a accouché d’un pitoyable échec dont  l’indicible président américain Trump porte la responsabilité. Sans aucune légitimité, si ce n’est la légitimité des Riches ou de ceux qui s’octroient le droit de posséder la bombe atomique, ce sommet a été une pantalonnade et une insulte au reste du monde. En effet, ces sept pays, Etats-Unis, Canada, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie ne représentent que 760 millions d’habitants soit 10% de la population mondiale. Ils se sont arrogé cependant le droit de décider à la place des 90% du reste de la planète. La Russie n’a pas été invitée sous prétexte d’avoir annexé la Crimée après un plébiscite de sa population. La Chine (1400 millions), pourtant signataire du traité de Paris, était absente. L’Inde, 20 fois plus peuplée que la France,  est traitée de quantité négligeable alors qu’elle est exposée à un risque climatique extrême. Le communiqué final de cette conférence est affligeant. Sur le climat, l’obstruction des Etats-Unis aurait mérité une condamnation unanime pour parjure. Sur les drames migratoires ( dont ils sont directement responsables), les participants n’y ont fait aucune allusion alors qu’à quelques kilomètres des corps d’immigrés s’échouent sur les plages siciliennes. Sur le terrorisme, alors là, ces  marchands d’armes sont unanimes pour augmenter les budgets militaires .Ils savent pourtant que les armes sont inopérantes dans cette guerre. Ils ne veulent pas comprendre que leur dictature arrogante sur la planète est à l’origine des « vocations » terroristes.

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                  Genève, le 29 mai 2017

  

ATTENTAT DE BERLIN: DIFFICILE A CROIRE.

19  décembre : un camion fonce dans la foule et provoque un carnage. Un suspect pakistanais est arrêté. 20 décembre L’attentat est revendiqué par Daesh dans un site djihadiste ( dont la plupart sont créés et instrumentés par les services occidentaux ). 21 décembre : le suspect est relâché après une incompréhensible garde-à-vue de 36 heures !  22 décembre : Après avoir dissimulé pendant trois jours la découverte d’une pièce maîtresse de l’enquête, la police allemande exhibe la carte d’identité « oubliées » par le terroriste ( scénario identique à Nice, Paris et New-York ) !  23 décembre : C’est au tour de la police italienne d’avoir la chance de « réduire au silence » le présumé terroriste lors d’un banal contrôle de routine ( la mort est privilégiée à l’arrestation dans les affaires liées au terrorisme). 24 décembre. Pour accréditer la piste terroriste, on découvre un dangereux réseau composé du cousin et de l’oncle. Comment acceptons-nous un scénario aussi incroyable  et pourquoi nos services et nos médias le relaient-ils inconditionnellement ? Premièrement, il faut que l’Ordre triomphe. Deuxièmement, il faut que les services sécurisent la population avec l’élimination du danger. Tercio, il faut désigner de façon indubitable la responsabilité des intégristes musulmans pour éviter d’envisager d’autres pistes : par exemple la piste de l’extrême-droite comme lors de l’attentat de Bologne ou de la déviance psychiatrique d’un loup solitaire. Quand cesseront ces manipulations des esprits et cette infantilisation ?

 

Daniel Fortis

1231 Conches                                                                                                           26 décembre 2016

Un nouveau souffle pour l’Europe

Libérée de l’obstruction systématique de l’Angleterre en matière de politique étrangère, de transparence fiscale, de  défense et d’environnement, l’Europe pourra enfin mieux  affirmer son identité et ses idéaux après son divorce avec la « vieille » Angleterre. Ce pays n’a jamais été européen et s’est toujours aligné sur les Etats-Unis auxquels il pourra demander son adhésion comme cinquante-et-unième Etat.

Quant à l’Europe, elle doit saisir sa chance et se redynamiser autour de ses valeurs. S’affranchir de l’ultralibéralisme anglo-saxon et de ses lobbys, quitter l’Otan, soigner sa russophobie et son islamophobie, résister à la big-datarisation et à notre flicage au nom de la lutte contre le terrorisme. Mais, aussi, réformer ses institutions, sanctionner les dérives populistes et ultranationalistes de certains de ses membres, réduire et dynamiser son mammouth bureaucratique et défendre les valeurs humanistes et environnementales.

Elle peut s’inspirer du modèle suisse en mettant en évidence sa diversité culturelle, linguistique, géographique et ses valeurs communes à travers sa riche et mouvementée histoire. Instaurer un mode de communication autre que la dictature de l’anglais qui n’est plus aujourd’hui une langue européenne. Souvenez-vous de l’espéranto, cette langue aux racines diverses inventée par un Polonais, Ludwik Zamenhof en 1887. Elle aurait pu être le ciment de l’Europe. Malheureusement, elle a été combattue par les régimes conservateurs et fascistes. De telle initiative sont nécessaires pour donner un nouveau souffle à l’Europe.

 

Daniel Fortis                                                                                                      Genève, le 1er juillet 2016

1231 Conches

La réponse dérisoire de l’Europe face au phénomène migratoire

Confrontés au déferlement de migrants, les gouvernements européens ont pris des mesures dérisoires sans relation avec l’ampleur du phénomène. Que représente l’accueil de quelques centaines de milliers de migrants face aux dizaines de millions de gens désespérés de Syrie, d’Irak, de Libye et d’Afrique qui sont prêts à tout pour venir chez nous ? Si rien n’est entrepris, le flux migratoire actuel va devenir un raz-de-marée qu’aucune frontière n’arrivera à contenir. La seule solution est d’agir dans ces pays et de prendre nous-même en charge la réhabilitation d’un cadre de vie acceptable pour ses habitants. Cela incombe à l’Occident responsable de la fragmentation territoriale, du pillage des ressources et de la corruption des dirigeants de ces pays. Cela incombe aux Américains, Anglais et Français responsables de la déstabilisation de ces pays par leurs dramatiques interventions militaires en Irak ,en Afghanistan, en Libye, et maintenant en Syrie. Cela incombe à nos instances financières et économiques complices des Etats du Golf et des paradis fiscaux qui monopolisent toutes les richesses. Cela incombe à nos sociétés consommatrices et énergivores responsables du dérèglement climatique qui contraint à l’exode des populations entières. Nos dogmes productivistes et consuméristes ont été imposés à la planète pour notre seule prospérité. Ils ont créé de tels déséquilibres qu’il est de notre devoir de les corriger. Cet enjeu planétaire n’a pas encore été compris par nos dirigeants.

Daniel Fortis
1231 Conches

La réponse du berger à la bergère

La  Russie  a  annexé  sans  coup  férir  la  Crimée  avec  le  plébiscite  de  ses  habitants.  C’est  la  réponse  du  berger  russe  à  la  bergère  européenne.  Celle-ci  s’était  ingérée  illégitimement  dans  les  affaires  ukrainiennes  et  avait  encouragé  le coup  d’Etat  pendant  les  jeux  de  Sotchi. Quelle  autre  réponse  le  président  Poutine  aurait-il  pu  faire  devant  la  menace  de  l’implantation  de  base  de   l’OTAN  et  de  la  marginalisation  de  la  population  pro-russe ? L’Europe  et  ses  médias  ont  oublié  que  tous  les  Ukrainiens  n’étaient  pas  pro-européens  et  que  ceux-ci,  séduits  par  le  mirage  européen , étaient  phagocytés  par  une  extrême  droite  nationaliste.  Noyau  dur  de  l’opposition,  celle-ci  a  refusé  de  discuter  des  importantes  concessions  faites  par  le  président  élu  et  a alimenté  pendant  trois  mois  un  climat  insurrectionnel .  Pendant  ces  troubles, les  médias  occidentaux  ont  en  permanence  diffusé  le  message  des  Gentils  Ukrainiens  pro-européens  opprimés  par  les  Méchants  Ukrainiens  pro-russes.  Cette  vision  simpliste  a  été  contredite  par la  réalité.  L’ Europe , pour  camoufler  sa  déconvenue,  en  est  réduite  à  utiliser  de pitoyables  rétorsions.  Elle  ferait  mieux  de  définir une  politique  étrangère indépendante  des  Etats- Unis   en  s’affranchissant  de l’emballement  médiatique.

Il y a 10 ans

Il était une fois le G8.

Il y a dix ans, Genève se barricadait. La police et l’armée déployaient un dispositif impressionant. Les autoroutes, les douanes, le lac étaient interdits au prétexte de juguler la venue de casseurs fichés et instrumentalisés par « on ne sait pas qui ».

Tous les signes extérieurs de richesse étaient occultés par des panneaux jaune. Les établissements bancaires donnaient congé à leurs employés. Les bourgeois désertaient la ville et se réfugiaient dans leurs résidences secondaires. Des hélicoptères tournoyaient nuit et jour sur la ville. L’état de guerre était déclaré à tous ceux qui contestaient le nouvel ordre mondial, sauf les casseurs qui sont venus et repartis tout aussi mystérieusement sans que la police ne réagisse.

Pendant ce temps, la ville d’Evian, transformée en forteresse, accueillait les « grands » de ce monde pour une garden-partie avec petits fours, poignées de main médiatiques, sourires forcés, banalités et promesses hypocrites. Pour cette pantalonnade, des sommes vertigineuses avaient été dépensées. Après sa « victoire » irakienne, le président BUSH « honorait » d’une visite-éclair cette parodie de gouvernance mondiale.

A Genève, le temps s’était arrêté dans l’attente du cataclysme annoncé. Les Genevois se réunissaient dans une sorte de communion grave. Une atmosphère surréaliste planait sur la ville . Les drapeaux de la Paix flottaient sur le pont du Mont-Blanc pour prôner la vision d’un autre monde et un soleil radieux réchauffait les coeurs.

 

L’imbroglio égyptien

L’imbroglio égyptien et le désarroi occidental

L’inconsistance et la versatilité des propos des chefs d’Etat occidentaux sur les évènements en Tunisie et en Egypte révèlent leur vision simpliste et arrogante.

Depuis la chute de l’empire ottoman, les Occidentaux n’ont pas cessé de s’ingérer dans la gouvernance des pays arabes. Colonisation, protectorat, corruption, répression, fragmentation territoriale, expulsion et annexion ont fragilisé toute la région. Sous le prétexte de promouvoir la démocratie, ils ont soutenu les pires régimes dictatoriaux pour défendre leurs intérêts pétroliers. Ils ont combattu tous les mouvements d’indépendance et de progrès incarnés par Atatürk en Turquie, Nasser en Egypte, Mossadegh en Iran, Soekarno en Indonésie. Ils ont étouffé les aspirations légitimes de ces pays à retrouver leur identité et leur fierté. L’islamisme est devenu le seul recours de ceux qui veulent s’affranchir du joug de nos valeurs matérialistes et consumériste. Aujourd’hui, les seules formations structurées et surtout structurantes sont les partis prônant un islamisme tolérant. La guerre au terrorisme a engendré l’islamophobie, a justifié les pires dérives et a fait perdre toute vision politique.

La Turquie qui fait cohabiter les valeurs islamiques avec la démocratie devrait nous servir d’exemple.

Délire sécuritaire

Délire sécuritaire

  

Alors que des centaines de volcans à cet instant même expulsent des cendres volcaniques, au quatre coins du monde, un petit volcan islandais sème la panique en Europe et cloue au sol tous les avions. Curieusement, les cendres de ce volcan ne s’attaquent exclusivement qu’aux réacteurs des avions. Bizarre.

 

Nos voitures à combustion atmosphérique et nos alvéoles pulmonaires rien. Bizarre.

 

A l’origine de ce délire sécuritaire, la menace de répétition du seul incident répertorié il y a 14 ans (qui n’a fait aucune victime). Les réacteurs d’un avion s’étaient éteints en traversant un nuage volcanique. La densité de particules volcaniques qu’il a traversé devait être d’environ 50.000 fois plus importante que la densité disséminée sur les 10.000.000 km 2 de l’Europe. L’absurdité de ces mesures sécuritaires est équivalente à l’absurdité d’une interdiction de baignade aux enfants mineurs dans une piscine dans laquelle on aurait déversé une bouteille de vin.

 

Cette hystérie sécuritaire pose des questions. Qui a décidé en premier l’interdiction de vol ? Sur la base de quelle norme ? Quelle localisation des prélèvements ? Où sont les rapports d’expertise (réalisés en l’espace de quelques heures) ?

 

Pourquoi, sur des bases aussi aléatoires et ténues, tous les aéroports ont fermé les uns après les autres. Qu’en est-il de la cohabitation des avions et des oiseaux responsables d’un très grand nombre de catastrophiques aériennes ? Et, enfin à qui profite ce délire sécuritaire ? Les yoyo boursiers des actions des compagnies aériennes nous en diront plus.

 

 

L éviction de GORBATCHEV

L’éviction de GORBATCHEV.

 

  

L’Europe a fêté avec magnificence la chute du mur de Berlin. Sur l’avant-scène, l’omniprésent SARKOZY (qui, se levant le 9 novembre 1989 fut le seul à anticiper cet événement historique !) paradait. En arrière-plan, sur un « strapontin », Mikhaïl GORBATCHEV écoutait ceux qui lui volaient le mérite de cette libéralisation. Son action admirable pour desserrer, sans effusion de sang, l’étau du totalitarisme communiste n’a jamais été reconnu. Pire, dans les deux ans qui ont suivi la chute du mur, tous les pays occidentaux et le Fond monétaire international ont tout fait pour écarter GORBATCHEV du pouvoir. Le capitalisme triomphant voulait le démantèlement de l’URSS et la privatisation des entreprises russes. Pour parvenir à leurs fins, les Occidentaux ont préféré une marionnette avinée, Boris ELTSINE. Celui-ci, aveuglé par le mirage de la société de consommation, a démantelé son pays, ses valeurs sociales et bradé à ses petits copains les fleurons de l’industrie russe avec la bénédiction des milieux financiers occidentaux. Le rendez-vous avec l’Histoire a été manqué en imposant du jour au lendemain, un nouveau totalitarisme, celui du capitalisme.