Comment en est-on arrivé là ?

Après le traumatisme des attentats, le peuple français s’est mobilisé courageusement contre la barbarie d’individus en proie à des pulsions nihilistes et mortifères. Il réclame une réplique policière, judiciaire et militaire forte. La surenchère sécuritaire des politiciens est cependant dangereuse pour l’unité nationale et la vengeance est mauvaise conseillère. La riposte militaire des Etats-Unis après le 11 septembre 2001 a été à l’origine du choc des civilisations et est responsable du chaos actuel. Le gouvernement français doit s’interroger sur les raisons de ce déferlement de haine . Quelle est sa légitimité à faire le gendarme en Syrie ? Pourquoi a-t-il soutenu aveuglément et obstinément tous les opposants à Bachar-el-Assad dans l’ignorance de leurs desseins ? Pourquoi s’est-il affranchi de ses alliés pour aller bombarder seul des cibles isolées et aléatoires provoquant des morts civils ? Pourquoi ne pas admettre le lien de ceux-ci avec les attentats ? Pourquoi avoir utilisé son interventionnisme à l’étranger pour soigner son impopularité ? Personne ne répond à ces questions. Les politiciens et les « experts du terrorisme « dissertent sur l’Islam, le Coran, les sourates, les imams et les radicalisations et accusent la soi-disante aversion des Musulmans pour notre mode de vie et nos valeurs démocratiques et culturelles. Naturellement, ils se défendent de toute stygmatisation et amalgame. Cependant, ils ne font que renforcer l’islamophobie.
Daniel Fortis
1231 Conches

Impressions persanes

VOYAGE EN IRAN – 23 Octobre – 4 Novembre.
Expérience forte, dense, déroutante et apaisante qui remet l’église ( la mosquée ) au milieu du village.

Notre voyage s’est terminé sur la somptueuse place royale à Ispahan et la magie visuelle de la mosquée de l’imam. Sur l’esplanade de celle-ci, j’ai demandé à un représentant religieux islamique de nous délivrer un message. Après nous avoir remercié d’avoir choisi de visiter l’Iran, il nous a simplement demandé de témoigner de la réalité iranienne autour de nous. Elle est d’une extrême complexité historique, géographique, sociale, religieuse et elle a été déformée par des décennies de diabolisation et par un isolement imposé par l’Occident. Une question m’obsède : Comment des cow-boys primaires et violents ont-ils pu mettre ce pays dans l’axe du Mal ? Ce pays est pourtant dépositaire d’une histoire exceptionnellement riche qui a engendré les plus grandes avancées de notre civilisation, les premières agglomérations, l’agriculture, l’irrigation, l’écriture, l’astronomie et les premières lois sociétales. Au croisement de nombreuses civilisations et confronté à de nombreuses invasions, la Perse a su intégré toutes ces valeurs et permis les échanges entre l’Extrême-Orient et la Méditerranée. Dans le 20eme siècle matérialiste et productiviste, l’avidité des compagnies pétrolières, les coups d’Etats fomentés par celles.ci, la corruption, la mégalomanie et les répressions et, enfin, l’agression de l’Irak soutenu par l’Occident ont éprouvé ce pays qui n’a pu retrouver son honneur que dans la révolution islamique. Il en a résulté un Iran complexe et contradictoire qui m’a interpellé au travers de quelques expériences.
Les fêtes.
Dès le premier jour de notre voyage, Téhéran s’est habillé de noir. L’Ashurâ (commémoration schiite du martyre de l’imam Hossein) a transformé la ville. Cortège d’hommes se flagellant symboliquement, théatre de rue avec des acteurs surjouant la douleur et le drame, martellement assourdissant des tambours. Cette cérémonie d’un autre âge contrastait avec le nœud autoroutier à plusieurs niveaux qui surplombait la scène. Dans cette atmosphère pesante, notre présence pouvait interpeller. Notre appréhension s’est dissipée lorsque des femmes nous ont proposé des galettes de pain. Quelques jours plus tard à Pasargades, lors de la fête dédiée au roi Cyrus, nous avons été absorbés par une foule impressionnante et désordonnée de jeunes Iraniens. Modernes, branchés, volubiles et rieurs, ils ont déambulés dans un brouhaha joyeux autour du mausolée. Seuls étrangers, là aussi, nous avons été acceptés avec bienveillance et sollicités à de nombreuses reprise pour prendre des photos avec eux. Ces deux fêtes traduisent le dilemme de la société iranienne. Défendre l’identité islamique ou aller vers la modernité en honorant leur histoire préislamique.
Les retraités iraniens.
Par l’intermédiaire d’une amie iranienne, nous avons été invités chez un couple de retraités dans un quartier de Shiraz. Petite maison mitoyenne simple et confortable. Ambiance très chaleureuse malgré la barrière de la langue. Très investis dans les dernières technologies de l’informatique, ils n’ont pas ménagé leurs critiques au gouvernement pour sa politique économique et l’inflation galopante. Nous avons compris que la politique intérieure les préoccupait plus que les problèmes internationaux.
La société
Ce peuple de 80 Mio d’habitants, évolués, instruits, cultivés ne montre pas de complexe à notre égard. Notre haut pouvoir d’achat ne les incite pas au harcèlement dans les bazars. Leur attitude n’est empreinte que de bienveillance, de sourire et de cordialité. Combien de fois ai-je entendu « welcome » en les croisant. Rarement, je n’ai connu un tel sentiment de sécurité. Aucune agressivité, aucun ressentiment, aucune méfiance ne les habitent. Les services de sécurité sont très peu nombreux et discrets . Par expérience, je peux dire qu’un contrôle de vitesse en Iran diffère d’un contrôle aux Etats-Unis. Où trouve-t-on un policier qui nous escorte pour trouver un restaurant et nous propose éventuellement de venir manger chez sa mère ? Entre eux, le contact est très facile ,direct et respectueux .Dans les villes, la circulation cauchemardesque à nos yeux (sans agent ,sans feux, sans règle) ne pose pas de problème pour eux. Une belle leçon de civilité.
Paysage et architecture.
Pays d’une superficie près de trois fois plus grande que la France, la diversité géographique est exceptionnelle. La seule visite du centre de l’Iran nous a valu un périple de 1600 kilomètres sur une infrastructure autoroutière excellente. Ce monde minéral désertique met en valeur les villes-oasis de Kachan, Yadz, Shiraz et Ispahan (étapes de notre voyage). Ces villes se sont développées tout en préservant de vastes parcs autour des anciens quartiers. Les quartiers modernes ont une architecture très intéressante et innovante avec une recherche structurelle et volumétrique jamais anodine.
Mon espoir.
L’avenir de l’Iran doit se garder d’ évoluer vers le modèle des monarchies du Golfe inféodées à l’argent et à l’Occident ni vers un islamisme rétrograde. Sa riche histoire, la diversité de ses origines et ses poètes doivent l’inspirer pour s’ouvrir au monde. C’est la meilleure réponse à tous ceux qui ont mis injustement ce magnifique pays au ban des nations. Ils n’ont pas eu la chance de déambuler sur l’impressionnante place royale d’Ispahan et ses parcs qui dégagent un sentiment de sérénité et de paix.

Daniel Fortis