On nous raconte n’importe quoi

Si un auteur de livre policier envoyait à un éditeur un scénario inspiré des trois derniers attentats « terroristes » survenus en France, celui-ci serait refusé au motif de son invraisemblance. Comment croire qu’un étudiant algérien sans antécédent projette de plastiquer tout seul et subitement deux églises, tue sans raison une joggeuse, se blesse accidentellement par balle et appelle le SAMU et la police qui remonte jusqu’à une voiture pleine d’explosifs ! Comment croire qu’un père de famille, habitant avec ses deux enfants et sa femme, sans antécédent, unanimement apprécié par ses voisins, ses proches et son employeur, se lève un lundi matin pour aller décapiter celui-ci ! Comment croire qu’un petit revendeur de cannabis paumé sans antécédent projette tout à coup de s’armer d’une Kalachnikov enraillée, d’une arme de poing non-armée et tente de mitrailler des voyageurs d’un TGV dans une telle exiguité qu’il est immédiatement maîtrisé par des touristes militaires américains. L’impréparation et l’atrocité de ces actes devraient mener leurs auteurs directement en hôpital psychiatrique. Cependant les services gouvernementaux préfèrent surfer sur la menace terroriste qu’ils accompagnent peut-être en amont des faits mais certainement en aval avec un matraquage médiatique de la version officielle qui ne laisse la place à aucun doute.

Daniel Fortis
1231 Conches

La Turquie et la lutte antiterroriste

Les gouvernements occidentaux se sont réjouis du ralliement du gouvernement turc à la coalition internationale contre les terroristes de Daesh. Le premier jour, les avions turcs ont bombardé quelques positions terroristes et, insidieusement, dès le deuxième jour, ils ont visé une autre cible beaucoup plus importante pour eux : leurs ennemis séculaires, les indépendantistes kurdes qui combattent, pourtant eux aussi, Daesh. Allez comprendre la logique. Celle-ci ne peut être comprise que par l’instrumentalisation perfide de la lutte antiterroriste pour la défense d’intérêts politiques, géostratégique, expansionnistes et économiques. Au prétexte de celle-ci, les Américains ont envahis l’Afghanistan et l’Irak. Les Russes ont écrasé les indépendantistes tchétchènes. Les Chinois ont maté la rebellion tibétaine. Les Israéliens ont construit le mur de la honte pour sanctuariser leurs conquêtes territoriales et les Français font du néocolonialisme sur le continent africain. Sur le plan intérieur, la lutte antiterroriste a permis d’imposer à tout le monde le fichage et les écoutes téléphoniques ainsi que le controle de nos courriers, de nos déplacement et de nos dépenses par d’obscures services de renseignements qui exploitent la nébuleuse informatique et les réseaux « sociaux ». Tétanisé par une menace terroriste, mise en scène en permanence par nos gouvernements, les citoyens ne réagissent plus. Ils finiront par être transformés en une masse d’individus surveillés, manipulés et conditionnés pour fonctionner en consommateurs dociles et interchangeables dans une structure soumise aux seules lois économiques.

Daniel Fortis
1231 Conches