Le rassemblement du 11 janvier n’a pas tenu ses promesses

L’immense espoir d’un rassemblement citoyen et fraternel s’est transformé en un rassemblement élitiste et politicien qui réunissait les gouvernants, le monde médiatique et artistique, la gauche-caviar, la bien-pensance républicaine ,les intellectuels et les soixante-huitards potaches. Où étaient les électeurs du FN, la classe ouvrière, les catholiques pratiquants et les Français musulmans ?. Ils ne pouvaient pas défiler sous le slogan « Je suis Charlie ». Celui-ci n’est pas fédérateur pour une grande partie des citoyens moins favorisés pour qui la liberté d’expression est scandaleusement à géométrie variable et est synonyme de liberté de calomnier. Il eut fallu faire un rassemblement sur une base plus populaire avec un slogan derrière lequel tous les Français pouvaient se retrouver pour dénoncer la violence, l’extrémisme , l’obscurantisme et ,surtout, le respect intangible de la vie. A ce titre, la présence du premier ministre israélien Netanyahou était choquante après le massacre de Gaza de l’année dernière. Il est important de continuer à rassembler ceux qui sont restés chez eux et éviter de tomber dans la spirale infernale de l’après 11- septembre avec le Patriot Act, Guantanamo, les guerres , les murs et les drones. Ils sont à l’origine de la dramatique situation actuelle.
Daniel Fortis
1231 Conches

Un rassemblement salutaire….

Un rassemblement salutaire…..

Après le traumatisme planétaire engendré par la folie meurtrière de deux individus contre les caricaturistes de Charlie Hebdo, les rassemblements spontanés dans toute la France et le soutien international sont réconfortants et nous font espérer un monde plus solidaire. Il ne faut pas manquer cette occasion de rassembler au- delà de toutes considérations culturelles , religieuses et politiques. La polémique politicienne sur l’éviction du FN au défilé républicain est ,à ce titre, révoltante. Ce rassemblement ne doit pas réunir que les personnes intellectuellement capables de se distancer de la primarité des caricatures incriminées et d’en rire au second degré mais rassembler aussi les gens simples qui ont été blessés au premier degré par celles-ci. La démocratie, c’est aussi se mettre au niveau du plus faible. Cet espoir de rassemblement ne doit pas se faire en désignant un ennemi commun. C’est le travers dans lequel tombent certaines personnes en déclarant que l’ennemi de l’Occident est l’Islam. Le danger de ces propos primaires, c’est de favoriser la répétition des ignominies de l’après 11- septembre sous l’arrogante bannière de la guerre antiterroriste, non seulement stérile et fallacieuse, mais à l’origine de la dramatique situation actuelle. Il faut dépasser le simplisme, repenser nos valeurs et se poser, par exemple, la question: comment le CAC 40, au lendemain de ce séisme planétaire, a-t-il pu gagner 3,59 % ?.Apparemment, les financiers ne sont pas traumatisés. Les caricaturistes, quant à eux, sont traumatisés. Ils doivent cependant continuer à nous amener avec quelques coups de crayon, sans outrance et subtilement, à réfléchir autrement.

Daniel Fortis
1231 Conches