Des zones d’ombre à Toulouse

Des zones d’ombre à Toulouse.

Après la « liquidation » d’une balle dans la tête du présumé terroriste par les forces du RAID, M. GUEANT, ministre de l’Intérieur, leur a adressé un chaleureux message. Il avait pourtant répété hypocritement son souhait de l’arrêter. Les médias qui ne relaient que les communiqués officiels ont occulté les questions légitimes sur l’incapacité de spécialistes du RAID à neutraliser un individu isolé. Les louanges du ministre adressées à tous les services de sécurité sont incompréhensibles devant l’échec flagrant de ceux-ci dans le renseignement et le fichage du suspect et dans leur incapacité à l’arrêter. La « liquidation » du criminel prive tout le monde des explications essentielles, sur les réseaux de propagande, d’endoctrinement et la déviance criminelle. Les nombreux témoignages de son avocat, de ses proches, des voisins et de ses amis sont en contradiction avec le profil islamiste du délinquant.
Cependant, seule la menace terroriste l’AL- QAIDA est retenue en écartant toute étude comportementale et individuelle du meurtrier. Cette menace et l’islamophobie engendrée serviront certains candidats à la présidence. Un excellent film diffusé en janvier 2012 sur Antenne 2 « Les hommes de l’ombre » décortique les manipulations insidieuses et mensongères des faits et la récupération politique d’un évènement tragique dans une campagne présidentielle.
A voir absolument avant l’élection du 22 avril 2012

Syrie : l’ingérence occidentale

Syrie : l’ingérence occidentale
Avec l’appui inconditionnel, depuis une année, de tous les médias occidentaux, l’insurrection syrienne, (limitée à quelques villes meurtries par la répression de 1980), est présentée comme l’axe du Bien face à l’axe du Mal du régime de Bachar-el-Assad. Vilipendée par des instances morales autoproclamées, le régime (pourtant légitimé par l’invitation de M. Sarkozy en 2008) est cloué au pilori et définitivement condamné. Une information unilatérale et manipulée nourrit une vision simpliste et manichéenne. Aucune vérification des chiffres. Aucune information contradictoire. Témoignages récités d’enfants manipulés. Reportages uniquement à charge. Manque d’objectivité vis-à-vis du nombre de Syriens pro-Assad ou de ceux que cette insurrection inquiète. Où sont les insurgés d’Alep ou de Damas ? Affublés de toutes les vertus démocratiques, les insurgés sont encensés malgré notre ignorance de leurs intentions et de l’identité de leurs chefs. Interprétation absurde des événements (attentat à Alep, morts de journalistes). Occultation des propositions d’assouplissement du régime (libération des prisonniers politiques, nouvelle constitution, votation anticipée).
Les médias faillissent à leur devoir d’information contradictoire, participent au lynchage du régime et figent toute solution de sortie de crise.
Il n’est pas question ici de défendre un régime corrompu, violent et anachronique mais de faire pression sur celui-ci en accompagnant toute évolution positive sans utiliser la désinformation au service d’une géostratégie occidentale. La Russie et la Chine l’ont bien compris