Obama : la déception

Obama : la déception
Lors de son investiture, le président américain avait énoncé avec force et clairvoyance l’axe de sa politique. Trois ans après, il s’est renié sur des nombreux sujets et a succombé aux lobbys qui phagocytent la soi-disant «Grande Démocratie Américaine ».Sa politique dans le conflit israélo- palestinien est révélatrice de ses errements.
En 2008, il avait annoncé avec courage que le préalable à toute négociation de paix devait être l’arrêt de la colonisation par les Israéliens. Avec leur arrogance coutumière, ceux-ci ont continué la colonisation. Cédant aux lobbys pro- israéliens, OBAMA est resté silencieux devant la provocation d’Israël qui démontre, s’il est encore besoin, son désintérêt à la recherche de la paix. Aujourd’hui, le président des Etats-Unis conditionne la reconnaissance d’un Etat Palestinien à la conclusion d’un accord de paix !! S’est-on imposé cette condition avec la reconnaissance du Kosovo, de la Croatie et de la Bosnie ? La menace du véto américain est déplorable et absurde. C’est le serpent qui se mord la queue.

Vol Rio-Paris : Enquête suspecte

Vol Rio-Paris : Enquête suspecte

Après les conclusions du Bureau d’Enquêtes et d’Analyses ( BEA ) sur le crash de l’avion Rio-Paris, une psychose de l’avion aurait du submerger le monde entier. En effet, le givrage de deux indicateurs de vitesse aurait provoqué la chute en 3 minutes et demi d’un avion qui volait sans problème à une vitesse de croisière de 900 km/h à 10.000 mètres d’altitude ! L’équipage, composé de trois pilotes chevronnés, aurait été incapable de gérer une situation qui n’était pas critique et aurait cédé à la panique ! Qui peut croire à cette invraisemblable version ?
Messieurs les experts, donnez- nous une autre explication, s’il vous plait. Il est évident que la fiabilité de l’avion et de son système de navigation et d’alarme est en cause et que la concurrence féroce entre Airbus et Boeing et les milliers d’emplois en jeu pèsent lourdement sur vos conclusions. Cependant, la Vérité ne devrait-elle pas s’imposer avant toutes considérations économiques ?