Une pause-café à 3.500.- Fr.

Une pause-café à 3.500.- Fr.

La rémunération annuelle ( salaire ,primes ,options ) de M. Marcel OSPEL, président du conseil d’administration de l’UBS se monte à Fr. 31.000.000.-.Cela porte la pause-café de 15 minutes à Fr 3500.- , salaire mensuel d’un grand nombre de personnes. Propos démagogiques et racoleurs , peut-être , mais révélateurs d’une inadéquation avec n’importe quel critère logique et de bon-sens. Les diplômes, les compétences, l’intelligence, l’intuition ou les responsabilités ne peuvent pas justifier un tel salaire. Celui-ci est, dit-on, en relation avec les résultats de l’entreprise. Si tel est le cas, il faut expliquer pourquoi les dirigeants de Swissair se sont vus attribuer des parachutes dorés après le désastre de l’entreprise ? Et, pourquoi un prédécesseur de M. OSPEL a perçu, au début des années 90, des millions après une perte de plusieurs milliards due à des prêts délirants à des spéculateurs immobiliers ? La corrélation entre les résultats et les rémunérations n’est donc pas crédible. L’explication doit se trouver ailleurs. Les dirigeants de ces entreprises sont des interlocuteurs privilégiés et incontournables des grands décideurs de la planète ( hommes politiques, multinationales, grands financiers et médias ) et sont aussi des intermédiaires dans des affaires dont la couleur n’est pas toujours ultrablanche, tels que la fiscalité internationale, les délits d’initiés, les pots de vins, la corruption politique, les trafics d’armes et autres. Ces produits financiers « troubles » nécessitant beaucoup de doigté et de discrétion, celui qui les gère, acquiert auprès de ses employeurs un position dominante . Ses prétentions salariales seront à la hauteur de son degré d’influence et de ses implications dans ces dossiers sensibles . Dans ce cas-là, la fidélité et la discrétion n’ont pas de prix.

Le tribunal de la Honte

Le tribunal de la Honte

Les explications pitoyables du Tribunal de la Haye sur la mort de M. Slobodan MILOSEVIC jettent un discrédit total sur cette arrogante « justice » d’inspiration anglo-saxonne. Suicide, crise cardiaque ou empoisonnement à choix. Une chose est sûre : la mort est due à « un arrêt cardiaque» dixit Carla del Ponte ( des fois qu’il serait mort d’une entorse à la cheville ). Une autre chose est sûre : le tribunal lui a refusé des soins. Cela s’appelle un assassinat passif. De toutes les façons, ce tribunal instrumentalisé et inféodé aux Etats-Unis l’avait déjà inéluctablement condamné et ses milles cinq cent fonctionnaires étaient en service commandé pour instruire uniquement à charge le bouc émissaire de la tragédie yougoslave et justifier la guerre du Kosovo dirigé depuis peu par un ancien terroriste de U.C.K. !!!

Après avoir été élu démocratiquement à la tête de la Serbie, M. MILOSEVIC aura été broyé par l’Histoire. La chute du mur de Berlin a marqué la fin du communisme. L’Occident triomphant n’a pas pu tolérer que le modèle yougoslave perdure et a ouvert la boîte de Pandore en encourageant les indépendantistes et en ravivant les haines. Pour s’être opposé au démantèlement irresponsable de son pays, il a été diabolisé et accusé de génocide et d’épuration ethnique. Où sont les génocides ? Où est l’épuration ethnique ? si ce n’est l’exode des Serbes de Croatie (200.000 personnes) et du Kosovo ( 200.000 personnes) sous les yeux bienveillants des soldats de l’OTAN. Le tribunal, pour soutenir l’accusation de génocide , en est réduit à s’accrocher aux obscures événements de Srebreniza.

Le tribunal, par la voix de sa présidente Carla del Ponte, regrette de ne plus pouvoir le juger . Quelle hypocrisie !!! Cette mort évitera à ce tribunal l’enlisement et le ridicule et MILOSEVIC restera ,dans la conscience publique ,un bourreau et une brute sanguinaire. Les médias occidentaux ne feront jamais leur autocritique sur les énormes mensonges qu’ils ont distillés quotidiennement pendant l’intervention au Kosovo. Une page d’histoire va se tourner sans que la Vérité ne soit faite.

En Irak aussi, les protagonistes de l’effroyable, de l’irresponsable et de l’imbécile croisade des forces du « Bien » souhaitent secrètement qu’un « arrêt cardiaque » interrompe le procès de Saddam HUSSEIN qui ne pourrait que mettre en évidence la manipulation, les mensonges et le cynisme.